Tristan Fortin Le Breton - Le territoire en deux temps

Un extrait de Territoires, de Tristan Fortin Le Breton<br />
Photo: Source: ONF Un extrait de Territoires, de Tristan Fortin Le Breton

L'espace aussi passe et trépasse. Le photographe Tristan Fortin Le Breton s'intéresse à ces mutations fondamentales du paysage. En relativement peu de temps, il a vu de ses lentilles la transformation du territoire aux franges de la métropole, là où le Grand Montréal touche aux régions proches, en gros autour de l'autoroute 30, dans l'axe qui va de Brossard à Longueuil en passant par Boucherville.

«J'ai commencé il y a un peu moins d'une décennie à m'intéresser aux lieux qu'on traverse souvent sans les regarder, ces lieux encerclés par le développement, dit-il en entrevue. J'ai photographié les friches, les terrains vagues, les boisés en marge. En y retournant récemment, j'ai pu constater l'ampleur des transformations, de nouveaux quartiers bâtis dans les anciens champs, un centre commercial là où il n'y avait rien.»

L'oscillation entre l'«avant» et l'«après» de ces zones périphériques articule le projet Territoires, dévoilé aujourd'hui par l'Office national du film sur son site (onf.ca).

L'essai visuel de M. Fortin Le Breton témoigne «du temps qui passe et de la place de la consommation dans l'occupation de l'espace [...], dévoilant des étalements architecturaux et des espaces impersonnels, miroirs de notre prospérité et de notre course à la croissance économique», selon la documentation officielle. Le documentariste de l'espace qui trépasse sera en entrevue à l'émission de radio Bouillant de culture, animée par Patrick Masbourian, aujourd'hui à 14h, à la Première Chaîne de Radio-Canada.

«La vitesse et le sens de la transformation m'ont franchement étonné, dit encore le photographe du territoire. Tout est axé autour de l'auto, et le centre commercial devient la principale attraction. Je me demande ce qu'on va penser de ces aménagements dans dix ou quarante ans. Vont-ils vraiment résister à l'épreuve du temps? Et que vont-ils dire de nous?»