Le paysage urbain - Habiter la carte postale

La basse-ville vue de la rue Turnbull. Le projet de l’îlot Irving doit être construit en bas de cette côte.<br />
Photo: Yan Doublet - Le Devoir La basse-ville vue de la rue Turnbull. Le projet de l’îlot Irving doit être construit en bas de cette côte.

Québec — Pour freiner l'étalement urbain, la Ville de Québec ouvre aujourd'hui la porte à davantage de constructions en hauteur. Le paysage urbain de la ville carte postale serait-il en train de changer?

Quand on lui pose la question, le conseiller responsable de l'aménagement, François Picard, répond qu'on n'est quand même «pas à New York».

Il n'a pas tort. Réputée pour son cachet, la ville de Québec est plutôt modeste en matière de constructions en hauteur. Son immeuble le plus haut, l'édifice Marie-Guyard (surnommé le «complexe G»), fait à peine 31 étages et paraît bien seul au centre de la ville.

Dans les quartiers du centre comme Montcalm, Limoilou ou Saint-Jean-Baptiste, les constructions à deux, trois étages dominent. La regrettée Jane Jacobs, qui a beaucoup inspiré les efforts de revitalisation des centres-villes en Amérique du Nord, ne trouverait pas grand-chose à redire sur ces quartiers animés et à échelle humaine.

«Il y a une douceur de vivre à Québec, un rythme, une qualité des lieux urbains qui en font une ville agréable, note Johanne Brochu, une spécialiste en design urbain de l'Université Laval. Moi je suis Montréalaise, mais je suis à Québec depuis sept ans et je ne suis pas à la veille de partir!»

Mais Québec est aussi réputée pour son ratio élevé de voitures par habitant et son étalement urbain. Et le trafic automobile commence à atténuer la «douceur» évoquée par Mme Brochu. «Si on veut qu'à Québec, on continue à être à proximité de tout, c'est certain que la construction en hauteur a son intérêt», lance-t-elle.

C'est dans ce contexte que l'administration de Régis Labeaume est partie à la chasse aux espaces vacants au centre et dans la première couronne pour y favoriser de nouveaux projets domiciliaires en hauteur.

Sur le boulevard Laurier dans l'ancienne ville de Sainte-Foy, on va même modifier le règlement de zonage pour faire passer à 27 le nombre d'étages autorisés.

Si le paysage de la ville va changer? Oh que oui, répond François Picard, mais pas partout. «Dans le centre-ville et sur la colline parlementaire, l'image que vous avez de Lévis, par exemple, ne sera pas changée.»

Quant au boulevard Laurier, la Ville n'a pas la prétention d'en faire un paysage digne de cartes postales. «Est-ce que la Défense à Paris en est un? Non. Mais oui, on va l'embellir. Comme dit souvent le maire, en arrivant à Québec, les gens vont passer d'une ville moderne à une ville patrimoniale.»

Saint-Jean-Baptiste

Le dossier est toutefois plus controversé lorsqu'on cherche à densifier entre ces deux extrêmes. Le quartier Saint-Jean-Baptiste dans l'ancienne ville de Québec, par exemple, ne fait pas partie de l'arrondissement historique, mais le secteur a son cachet et ses résidants sont prêts à se battre pour le défendre.

Ils viennent d'ailleurs d'obtenir la tenue en février d'un référendum à propos du projet d'immeuble résidentiel (l'îlot Irving) sur le site d'un stationnement extérieur inutilisé. Pour le rendre possible, la Ville souhaite modifier le règlement de zonage et faire passer le nombre d'étages permis de 6 à 9.

«Pas dans ma cour»

La Ville, soutient François Picard, a fait ses devoirs pour ne pas bouleverser le paysage. «Au centre-ville, on s'est assuré de ne pas dépasser les gabarits des bâtiments qui sont déjà autour des terrains vacants», dit-il, avant de rappeler que non loin de l'îlot Irving, la rue Saint-Jean est bordée par un immeuble de dix étages qui ne dérange personne.

Récemment, le maire s'en est pris aux opposants qu'il a décrits comme des «bourgeois» qui avaient peur de «perdre leur vue sur les Laurentides».

Johanne Brochu est moins cinglante, mais estime que trop de citoyens se mobilisent contre des projets de ce genre sans avoir une vue d'ensemble du secteur où ils vivent et une vision du «bien commun». Il ne faut pas oublier, dit-elle, que le paysage est un milieu de vie où «il y a du monde.» «L'enjeu, c'est de savoir si l'ajout s'intègre à ce qui existe, s'il en permet la réactualisation.»

Mais au-delà du syndrome du «pas dans ma cour» auquel on pourrait vouloir assimiler ce cas, qu'en est-il des paysages et percées visuelles que cet espace libre offre à tous à partir des rues environnantes, par exemple dans la Turnbull?

Cela n'appartient-il pas au «bien commun»? Interrogé sur l'existence de ce genre de critère dans la prise de décisions, François Picard répète que la ville a besoin «d'amener plus d'habitants dans le secteur».

Percées visuelles

Pour Johanne Brochu, le sacrifice de ce point de vue est justifié si d'autres côtes offrent des percées visuelles à proximité. Après tout, lance-t-elle, on n'est tout de même pas dans un quartier historique!

Toutefois, ce type de considération gagnerait à être prise en compte, à son avis. «Ça prend une vue d'ensemble qui permettrait d'établir collectivement où on veut garder des percées visuelles», dit-elle en déplorant que les plans d'urbanisme n'incluent pas de ce genre de questions. «Ce n'est pas une étude qui coûterait des millions à réaliser. On dirait: voici les types de vues qu'on a, on les catégoriserait et ensuite, on identifierait des possibilités d'ajouts de bâtiments.» Bref, en ces matières, on gagerait à avoir une vue d'ensemble au sens propre... comme au sens figuré.
4 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 26 novembre 2011 11 h 38

    Attention !

    Ne ruinez pas les vieux quartiers. Ne masquez pas la falaise et les immeubles historiques. Laissez-nous la vue du Vieux Séminaire et des clochers. Déjà, le complexe G et le Hilton ont abîmé le Vieux-Québec. N'encouragez les 10 étages que en dehors du coeur historique, et les gratte-ciels à Sainte-Foy.

  • ragazzino - Inscrit 26 novembre 2011 14 h 13

    Attention de ne pas faire trop attention

    La Ville ne veut pas densifier dans le quartier historique, mais bien en dehors des murs. Il faut absolument que Québec se mette à la densification, il est temps!

  • Jean Richard - Abonné 26 novembre 2011 16 h 49

    Québec, paradis des chars

    « Et le trafic automobile commence à atténuer la «douceur» évoquée par Mme Brochu. »

    Commence ? Il y a longtemps que l'automobile a commencé à faire ses ravages dans cette ville et pour renverser la vapeur, il faudra mettre les bouchées triples et faire preuve d'une certaine témérité politique.

    L'omniprésence automobile et surtout la priorité qu'on lui accorde font qu'au quotidien, ceux qui tentent de vivre sans une dépendance étroite avec ce moyen de transport seront souvent agacés, irrités par certaines situations.

    Par exemple, être piéton à Québec, c'est souvent un cauchemar qui n'est pas étranger au fait que les trottoirs soient si déserts. Les trottoirs y sont très étroits, souvent mal dessinés, les voitures circulent à haute vitesse très près d'eux, et pour mieux ralentir ceux qui préfèrent encore marcher, on a ces stupides feux de circulation qui vous font systématiquement attendre de 2 à 3 minutes à chaque intersection. Et s'il vous vient l'envie de vous déplacer à vélo, là, c'est indescriptible. J'imagine mal l'implantation d'un réseau Bixi à Québec : il n'aurait qu'une poignée de jeunes clients...

    Il faut se demander si on n'a pas un peu trop attendu. Car plus on attend pour corriger le tir, plus ce sera difficile d'y arriver.

    Il est question ici de densification de l'habitat. Cette densification est sûrement souhaitable. Toutefois, pour qu'elle se fasse d'une façon harmonieuse, elle doit être précédée d'une politique de mobilité urbaine qui réduise de façon draconienne la suprématie de l'automobile. Québec doit devenir une ville où il fait d'abord bon être piétons, ensuite cycliste, et enfin, avoir davantage recours à des transports en commun dignes de ce nom. Une densification avec dépendance à l'automobile serait catastrophique.

    Beaucoup de pain sur la planche ! Est-ce que Super-Labeaume est à la hauteur ?

  • Julien S. - Inscrit 8 janvier 2012 11 h 02

    On oublie le vrai problème...

    En réponse au syndrôme du "Pas dans ma cour", il faudrait créer celui du "FTGPTT" (Ferma ta Gueule et Paie tes Taxes !") qu'on brandit systématiquement dès que des citoyens font valoir leur droit de parole. Je pense que cet article est très complaisant envers l'administration Labeaume et omet de mentionner le vrai problème. Les percées visuelles et les jolis paysages sont moins importants que le problème de l'offre et de la demande que posent ces constructions. En effet, dans un quartier comme St Jean Baptiste, bien plus que le cachet, ce que les citoyens demandent, ce sont des logements à prix raisonnables (ce qui correspond à la population du quartier). Ce que l'administration Labeaume autorise, ce sont systématiquement des condos de luxe ( on parle de 500 000 et plus) http://www.compop.net/node/558
    L'administration espère ainsi renflouer ses caisses et payer ses délires sans que cela paraisse trop. Qu'on arrête donc de nous prétendre que ces dézonages sont faits "pour le bien commun", pour amener "des jeunes familles au centre ville" (des jeunes familles de millionnaires ?) et qu'on lutte activement "contre l'étalement urbain" !