Santé - Découverte d'une protéine liée aux états dépressifs

Washington — Une équipe internationale de chercheurs a découvert une protéine qui jouerait un rôle important dans le déclenchement des états dépressifs, une percée potentielle pouvant ouvrir la voie à des traitements de maladies mentales touchant des dizaines de millions de personnes dans le monde.

Cette nouvelle protéine baptisée p11 semble réguler la réaction des cellules cérébrales à la sérotonine, une neuro-hormone dont le niveau dans le cerveau est lié aux dépressions mentales, ont indiqué ces scientifiques de l'université Rockefeller, de l'institut Karolinska, en Suède, de l'Université de Rouen (France) et du laboratoire pharmaceutique américain Eli Lilly. Ces travaux sont publiés dans la revue américaine Science datée du 6 janvier.

Bien que les scientifiques établissent depuis longtemps un lien entre la sérotonine et les dépressions, ils ne savent toujours pas ce qui provoque ces maladies mentales sérieuses dont souffrent 18 millions d'Américains, ni le rôle exact joué par cette neuro-hormone. «Nous avons montré que la protéine p11 intervient dans les changements complexes multiples sous-jacents aux dépressions», a indiqué Per Svenningsson, le principal auteur de cette étude.