Le cellulaire, même en classe

Deux sondages sont arrivés coup sur coup dans ma boîte aux courriels vendredi dernier. Un pour promouvoir Internet comme outil de réussite scolaire et l'autre pour me rappeler que les jeunes étudiants aimeraient bien amener leur téléphone cellulaire en classe.

C'est Nokia Canada qui a lancé le bal avec les résultats d'un sondage effectué auprès de 1250 répondants au sujet de l'utilisation du téléphone cellulaire par les jeunes au pays. Selon cette étude, 64 % des jeunes Canadiens âgés de 15 à 29 ans possèdent un téléphone cellulaire. Le pourcentage peut sembler élevé, mais en comparaison, sachez que 73 % des Canadiens de 30 et 45 ans possèdent un téléphone cellulaire et que 72 % des gens possèdent également un cellulaire dans la tranche d'âge des 46-60 ans.

Alors, revenons à ces étudiants, 42 % d'entre eux sont très favorables à l'utilisation de téléphones cellulaires dans les lieux publics, notamment à l'école. D'ailleurs, une majorité de jeunes disent ne pas voir le cellulaire comme un objet de distraction qui pourrait leur nuire en classe. C'est pourquoi la plupart des répondants disent trouver correct de garder leur téléphone cellulaire en classe s'il ne dérange pas les autres. Fini les petits bouts de papier entre les bureaux, ils pourraient tout simplement envoyer un petit message texte, à 10 cents l'unité, pour commenter les propos du prof, la tenue vestimentaire de la voisine ou la réponse illuminée d'un autre étudiant.

Un avantage

L'autre sondage, c'est celui réalisé par Ipsos-Reid pour le compte de Bell sur les habitudes des familles canadiennes en matière d'Internet. Le sondage révèle que 72 % des parents au Canada pensent qu'avec une supervision adéquate, l'accès Internet à la maison constitue un grand avantage en ce qui a trait aux études de leurs enfants.

Heureusement, les parents ne sont pas dupes, lorsqu'on leur demande quel usage leurs enfants font d'Internet selon eux, 35 % des parents répondent que leurs enfants utilisent Internet pour communiquer par courriel et par messagerie instantanée avec leurs amis et 17 % répondent que c'est pour leurs études ou leurs recherches.

Lorsqu'on leur demande si leurs enfants ont besoin d'un accès Internet à la maison pour faire leurs devoirs, 59 % des parents répondent que oui. Quant aux parents d'un enfant au secondaire, le pourcentage atteint les 94 % lorsque vient le moment de reconnaître l'importance d'Internet pour les devoirs de leur enfant.

Le sondage révèle qu'au Canada, les enfants passent en moyenne 9,5 heures par semaine en ligne. Et on dit que 66 % des parents essaient de limiter le temps passé en ligne par leurs enfants. Les parents estiment en moyenne que leur enfant devrait passer moins de temps en ligne chaque semaine. De 9,5 heures par semaine, il devrait passer à 7,3 heures pour faire plaisir aux parents.