La NASA lance une nouvelle expédition exploratoire sur Mars

Washington — La NASA va lancer en 2007 un nouvel engin exploratoire sur Mars qui se posera dans la zone arctique de la planète rouge pour y chercher de l'eau sous forme de glace et des traces de vie passée ou actuelle.

Forte du succès des robots Spirit et Opportunity, qui ont fait des découvertes majeures de sites ayant contenu de l'eau et pourraient avoir abrité des organismes vivants, l'agence spatiale américaine a donné jeudi soir son feu vert à la mission Phoenix.

L'objectif est de procéder à un lancement de cet engin, doté d'un long bras robotisé, en août 2007 avec une arrivée prévue en mai 2008, précise la NASA dans un communiqué publié sur son site Internet.

«La mission Phoenix explorera un nouveau territoire dans les plaines du nord de Mars analogues aux régions terrestres où l'on trouve un pergélisol, à savoir la zone polaire du nord» où le sol est glacé, a expliqué Peter Smith, le scientifique de l'Université d'Arizona, chargé d'évaluer ce projet.

L'orbiteur Odyssey avait repéré en 2002, lors de ses survols de Mars, des signes d'abondance de glace dans cette zone, rappelle l'agence spatiale.

Durant le cours de sa mission de 150 jours martiens, Phoenix pourra à l'aide de son long bras robotisé creuser jusqu'à 50 cm dans le sol gelé. La NASA pense que cette couche est la plus affectée par les changements de climat saisonnier et qu'elle pourrait contenir des composants organiques nécessaires à la vie.

Pour analyser ces échantillons de sol martien, Phoenix sera doté d'un laboratoire portable. Certains de ces échantillons seront chauffés pour libérer certains composants, explique l'agence spatiale.

Utilisant des technologies héritées de missions précédentes comme le Pathfinder, Phoenix sera équipé d'une caméra panoramique à double objectif permettant de donner des images à haute résolution de la géologie du site où l'engin se posera.

Phoenix disposera également d'instruments capables d'observer et d'analyser l'atmosphère de Mars jusqu'à 20 000 mètres d'altitude, obtenant notamment des données sur la formation des nuages et leurs mouvements.

Phoenix sera la première mission sur Mars dans le programme Scout, qui consiste à étudier la planète rouge avec un budget modeste. Elle est estimée à 386 millions de dollars, y compris le lancement de l'engin.

La modestie du coût s'explique aussi par le fait que Phoenix avait été initialement construit dans le cadre de Mars Surveyor en 2001.

Mais la NASA avait décidé de mettre fin à ce programme après la perte de l'engin Mars Polar en 1999, au moment de sa tentative d'atterrissage près du pôle Sud de Mars.

Phoenix a été conservé dans une «salle blanche» de la firme Lockheed Martin à Denver (Colorado) avant d'être ressuscité pour cette mission.

Au cours des deux prochaines années, les scientifiques chargé du programme Phoenix vont effectuer des essais de l'atterrisseur et de tous ses instruments.

Ils sélectionneront aussi un site d'atterrissage dans la région du pôle Nord basé sur les informations que transmettront l'orbiteur Mars Reconnaissance, qui doit être lancé en août 2005.

Cet orbiteur sera équipé de caméras de très haute précision capables de photographier un objet de la taille d'une assiette.

Toutes ces missions s'inscrivent dans le cadre des ambitions spatiales à long terme du président George W. Bush annoncées début 2004, dont l'une consiste à envoyer une mission habitée sur Mars, précédée avant 2020 par un retour de l'homme sur la Lune.