Pour comprendre les métaphores, vaut mieux avoir toute sa tête

Des chercheurs de l'université de la Californie à San Diego viennent de découvrir qu'une minuscule région du cerveau, appelée circonvolution angulaire gauche, est essentielle pour saisir le sens figuré des proverbes et des métaphores.

Vilayanur Ramachandran et ses collègues ont annoncé à la réunion annuelle de la Société américaine de psychologie, cette semaine à Los Angeles, qu'ils étaient parvenus à cette trouvaille en demandant à quatre patients atteints d'une anomalie de cette aire cérébrale particulière à la suite d'une tumeur ou d'un accident cérébral vasculaire quel sens profond ils attribuaient à une vingtaine de proverbes et de métaphores. Le scientifique a alors observé que ces personnes ne parvenaient pas à interpréter ces figures de style, qu'elles ne comprenaient que dans leur sens littéral, tandis que trois autres personnes victimes de lésions dans d'autres régions du cerveau percevaient tout à fait correctement le sens imagé des mêmes expressions.

La plupart des gens comprennent que le proverbe «l'herbe est toujours plus verte chez le voisin» possède un sens général plus abstrait signifiant que la situation des autres semble toujours plus attrayante que la nôtre. Or les personnes dont la circonvolution angulaire gauche était anormale saisissaient cette phrase au pied de la lettre. De même, lorsqu'on leur a demandé d'expliquer le sens qu'elles donnaient à «tout ce qui brille n'est pas or», une d'elles a répondu: «Nous devons être prudents lorsque nous achetons des bijoux», alors qu'il fallait bien sûr en comprendre que les apparences sont parfois trompeuses.

Selon Vilayanur Ramachandran, il apparaît logique que la circonvolution angulaire joue un rôle dans la compréhension des métaphores puisqu'elle est voisine des régions corticales responsables de l'audition, de la vision et du toucher. Cette localisation particulière semble en effet appropriée pour intégrer diverses sensations et pour tirer un sens commun et abstrait à partir de celles-ci. Pour éprouver son hypothèse, le chercheur a néanmoins mis à l'épreuve l'aptitude des patients — dont la circonvolution angulaire était atteinte d'une lésion — à traduire une information sensorielle d'une certaine catégorie en une autre catégorie, comme traduire des formes en sons. Comme prévu, les patients ne sont pas parvenus à associer l'image d'une scie au son grinçant qu'elle produit.

Cela suggère que la circonvolution angulaire gauche, nettement plus volumineuse chez Homo sapiens sapiens que chez les autres primates, aide les humains à penser en termes abstraits, a affirmé Ramachandran au service de nouvelles de la revue Nature.

Bien que des clichés du cerveau obtenus précédemment par imagerie médicale aient indiqué que plusieurs aires cérébrales différentes sont activées lors du processus d'interprétation des métaphosres, l'étude de Ramachandran qui a porté spécifiquement sur des lésions cérébrales très rares montre que la circonvolution angulaire gauche est quant à elle absolument indispensable pour discerner toutes les subtilités de la langue.

Avec Nature
1 commentaire
  • Jean-Guy Beaulieu - Inscrit 2 juin 2005 10 h 39

    Pour comprendre les métaphores

    Est-ce à dire que la traduction littérale de Deep Throat par Gorge profonde ou de low profile par profile bas serait le résultat d'une atteinte à la circonvolution angulaire gauche ?

    Jean-Guy Beaulieu
    Kénogami