La greffe de cellules souches pour traiter le diabète

Des chercheurs de l'université Stanford, en Californie, ont réussi à transformer des cellules neuronales immatures issues du cerveau humain en cellules productrices d'insuline. Cette prouesse qui reste à être peaufinée pourrait éventuellement s'avérer un excellent traitement pour les personnes atteintes du diabète de type I.

Le Dr Seung Kim et son équipe se sont intéressés à ces cellules souches cérébrales présentes chez l'adulte en raison notamment de leur grande ressemblance avec les îlots de Langerhans du pancréas, qui sécrètent l'insuline. Chez certaines espèces d'invertébrés, comme la drosophile, les neurones du cerveau constituent carrément la principale source d'insuline, rappellent les chercheurs dans l'article qu'ils publient dans le journal PLoS of Medicine (Public Library of Science).

En mettant ces cellules souches cérébrales en présence des signaux chimiques qui guident normalement le développement du pancréas, les chercheurs ont obtenu des cellules capables de produire et de libérer de l'insuline en réponse à des variations de niveaux de glucose.

Afin d'éprouver la viabilité et l'efficacité de ces cellules in vivo, les scientifiques les ont greffées à des souris immunodéprimées afin qu'elles ne rejettent pas ces tissus étrangers. La greffe a été une réussite puisque les cellules ont conservé leur nouvelle propriété et continué de sécréter l'hormone lorsque les taux de sucre s'élevaient dans le sang de l'animal. De plus, aucune de ces cellules n'est devenue cancéreuse, contrairement à ce qui s'était produit lors d'expériences antérieures portant sur des cellules souches embryonnaires.

Bien que cette première demeure pour l'instant au stade expérimental chez l'animal, les chercheurs y voient une piste fort prometteuse pour traiter les diabétiques, d'autant qu'elle évite le dilemme éthique associé aux cellules souches embryonnaires et permet au patient de devenir son propre donneur, écartant du coup les dangers de rejet.