Le décollage de la fusée de la Nasa vers la Lune de nouveau reporté

La directrice de lancement, Charlie Blackwell-Thompson, a pris la décision finale d’annuler depuis le centre spatial Kennedy, en Floride, a indiqué un commentateur de la Nasa dans une retransmission vidéo.
Joel Kowsky Nasa via Associated Press La directrice de lancement, Charlie Blackwell-Thompson, a pris la décision finale d’annuler depuis le centre spatial Kennedy, en Floride, a indiqué un commentateur de la Nasa dans une retransmission vidéo.

Le décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa vers la Lune ne pourra pas être retenté dans les jours qui viennent, après son annulation au dernier moment samedi pour la deuxième fois en une semaine, un contretemps qui repousse le lancement effectif du programme américain de retour sur la Lune, Artémis.

La période permettant actuellement un lancement, déterminée par les positions de la Terre et la Lune, se termine mardi, mais une possibilité de décollage d’ici là « n’est plus sur la table », a déclaré lors d’une conférence de presse Jim Free, administrateur associé à la Nasa, sans annoncer de nouvelle date possible pour le moment.

Les prochaines périodes pour un lancement vont du 19 septembre au 4 octobre, puis du 17 au 31 octobre.

Cinquante ans après la dernière mission Apollo, le nouveau programme phare Artémis doit permettre d’établir une présence humaine durable sur la Lune, permettant ensuite de s’en servir comme tremplin vers Mars.

Après une première tentative échouée lundi, le lancement de la première mission test Artémis 1, sans astronaute à bord, était cette fois prévu samedi à 14 h 17, heure locale, avec une fenêtre de tir de deux heures, depuis le centre spatial Kennedy, en Floride.

Mais les équipes de la Nasa ont échoué à résoudre un problème de fuite de carburant, qui s’est déclenché au moment des opérations de remplissage des réservoirs de la fusée. Peu après 11 h 00, la directrice de lancement, Charlie Blackwell-Thompson, a pris la décision d’annuler.

Peu avant 6 h, heure locale, elle avait donné son feu vert pour commencer le remplissage des réservoirs de la fusée avec son carburant cryogénique — hydrogène et oxygène liquides ultra-froids.

Mais vers 7 h 15, une fuite a été détectée au pied de la fusée, au niveau du tuyau par lequel passe l’hydrogène liquide, hautement inflammable, jusqu’au réservoir. Malgré plusieurs tentatives, elle n’a pas pu être réparée.

La fuite a été qualifiée de « grosse » par Mike Sarafin, en charge de la mission à la Nasa.

Lundi, lors d’une première tentative, le lancement avait également été annulé au dernier moment à cause de problèmes techniques, dont une fuite similaire qui avait, elle, pu être surmontée.

L’annulation du décollage « est absolument la bonne décision » à prendre en cas de fuite, a réagi samedi auprès de journalistes l’astronaute Victor Glover, présent sur place. Avec ces tests à répétition, qui permettent de mieux comprendre ce nouveau véhicule, « la confiance des gens devrait augmenter, pas baisser », a-t-il soutenu.

Six semaines dans l’espace

La fusée orange et blanche SLS, qui n’a encore jamais volé, est en développement depuis plus d’une décennie, pour devenir la plus puissante du monde.

Artémis 1 doit permettre de vérifier que la capsule Orion, au sommet de la fusée, est sûre pour transporter à l’avenir des astronautes.

Grâce à ce nouveau vaisseau, l’agence spatiale américaine entend renouer avec l’exploration humaine lointaine, la Lune étant 1000 fois plus éloignée que la Station spatiale internationale.

Le voyage doit durer environ six semaines au total. Orion s’aventurera jusqu’à 64 000 kilomètres derrière la Lune, soit plus loin que tout autre vaisseau habitable jusqu’ici.

L’objectif principal d’Artémis 1 est de tester le bouclier thermique de la capsule, le plus grand jamais construit. À son retour dans l’atmosphère terrestre, il devra supporter une vitesse de 40 000 km/h et une température moitié aussi élevée que celle de la surface du Soleil.

Au total, le vaisseau doit parcourir quelque 2,1 millions de kilomètres jusqu’à son amerrissage dans l’océan Pacifique.

Alunissage en 2025

 

Le succès complet de la mission serait un soulagement pour la Nasa, qui tablait à l’origine sur un premier lancement en 2017 pour SLS, et aura investi d’ici fin 2025 plus de 90 milliards de dollars dans son nouveau programme lunaire, selon un audit public.

Le nom Artémis a été choisi d’après une figure féminine, la soeur jumelle du dieu grec Apollon — en écho au programme Apollo, qui n’a envoyé sur la surface lunaire que des hommes blancs, entre 1969 et 1972.

Cette fois, la Nasa souhaite permettre à la première personne de couleur et la première femme de marcher sur la Lune.

La prochaine mission, Artémis 2, emportera en 2024 des astronautes jusqu’à la Lune, sans y atterrir. Cet honneur sera réservé à l’équipage d’Artémis 3, en 2025 au plus tôt. La Nasa souhaite ensuite lancer environ une mission par an.

Il s’agira alors de construire une station spatiale en orbite lunaire, baptisée Gateway, et une base sur la surface de la Lune.

Là, la Nasa veut tester les technologies nécessaires à l’envoi de premiers humains pour un aller-retour vers Mars. Un tel voyage, qui durerait plusieurs années, pourrait être tenté vers la fin de la décennie 2030.

À voir en vidéo