Les enfants résistent davantage aux contaminations à la COVID-19

Des études tendent à démontrer que les enfants souffrent moins de la COVID-19.

 
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Des études tendent à démontrer que les enfants souffrent moins de la COVID-19.

 

Les enfants courent moins de risques de contracter la COVID-19 que leurs parents et souffrent généralement de symptômes plus légers. C’est du moins ce qu’indiquent deux études publiées la semaine dernière à ce sujet.

Des scientifiques allemands ont d’abord étudié 328 ménages comprenant au moins un membre infecté par la COVID-19. Au sein de cette population de 1264 personnes, 33 % des enfants exposés au virus ont contracté la maladie contre 58 % des adultes. Ces résultats suggèrent donc que les jeunes résistent davantage aux contaminations.

« Les enfants avaient cinq fois plus de probabilités d’être asymptomatiques comparativement aux adultes », notent par ailleurs les auteurs. Qui plus est, les niveaux d’anticorps persistaient davantage chez les jeunes que chez les plus vieux. Plus de 96 % des enfants, contre 83 % des adultes, présentaient une défense immunitaire « robuste » près d’un an après l’infection.

Une étude américaine de grande envergure confirme cet avantage des enfants contre la COVID-19. Une équipe de chercheurs s’est penchée sur les dossiers de 728 047 jeunes de moins de 19 ans.

De ce nombre, 13 % avaient été déclarés positifs à la COVID-19. Sur l’ensemble de ces cas positifs, 6 % s'étaient retrouvés à l’hôpital. Parmi tous ces enfants hospitalisés, seulement 1 % étaient morts de la COVID-19. Ces chiffres concordent avec d’autres études.

Ce taux de mortalité d’environ 1 % pour les enfants hospitalisés se trouve bien loin de celui des adultes. Près de 11 % des adultes qui entrent à l’hôpital pour être soignés de la COVID-19 y décèdent.

Les deux publications scientifiques n’ont pas été revues par les pairs.

À voir en vidéo