Preuve inédite - Un écureuil qui émet des ultrasons pour donner l'alarme

Paris — Un petit écureuil américain utilise des ultrasons pour prévenir ses congénères en cas de danger, ont établi des scientifiques canadiens, apportant pour la première fois la preuve de l'utilisation de ces fréquences dans la communication entre animaux.

Le spermophile de Richardson (Spermophilus richardsonii), petit écureuil terrestre qui vit dans les grandes plaines de l'Amérique du Nord, produit des sons audibles, dans la gamme des 8 kilohertz (kHz), mais il émet également des sortes de «murmures» non perceptibles, qui se traduisent par de très faibles déplacements d'air, indiquent David Wilson et James Hare, de l'université du Manitoba, dans une étude publiée aujourd'hui dans la revue britannique Nature.

Ces «murmures» sont en fait des ultrasons dans la gamme des 50 kHz, non perceptibles donc par l'homme ou des prédateurs. Le petit mammifère émet ce signal en cas de danger, mais si la menace se fait plus pressante, il recourt à des cris normaux.

Pour communiquer

Des animaux comme les dauphins ou les chauves-souris ont fréquemment recours aux ultrasons pour localiser une proie ou un danger, mais pas pour communiquer entre eux. «À notre connaissance, écrivent les chercheurs, des cris d'alarme sous forme d'ultrasons n'avaient jamais été détectés chez des animaux, bien qu'ils aient le double avantage d'être directionnels et inaudibles par les prédateurs.»