Après Mars et Saturne - La NASA enverra Messenger en orbite autour de Mercure

Cap Canaveral — La NASA s'apprête à lancer le satellite Messenger dans l'espace pour une mission d'exploration de la planète Mercure, la plus proche du Soleil.

Lorsqu'il sera en orbite autour de cette petite planète, l'engin spatial devra subir des températures atteignant jusqu'à 450 degrés Celsius. À titre d'illustration, ce serait comme si 11 Soleils réunis rayonnaient sur la Terre.

Fait à souligner, le seul élément à faire écran entre les instruments scientifiques transportés par la sonde et l'extrême chaleur du Soleil est une sorte de bouclier solaire fait d'un matelas de tissu céramisé ayant une épaisseur de moins d'un centimètre, cousu à la main par un technicien à l'aide d'un fil de fibre de verre enduit de Teflon.

Messenger sera le premier vaisseau spatial à orbiter autour de Mercure et le premier, en plus de 30 ans, à s'en rapprocher autant.

Un long voyage

Même si Mercure est située à 80 millions de kilomètres de la Terre à son point le plus rapproché, Messenger devra franchir huit milliards de kilomètres, en spirale, pour y arriver. C'est qu'il est technologiquement impossible d'effectuer un vol direct vers Mercure, un trajet qui ne prendrait que quelques mois. Aussi la sonde devra-t-elle passer une fois à proximité de la Terre, survoler deux fois Vénus et trois fois Mercure, se servant de l'attraction gravitationnelle de ces planètes pour ralentir, avant de se placer en orbite autour de Mercure. On prévoit qu'elle arrivera à destination en mars 2011.

Mariner 10 a été le dernier engin envoyé par la NASA au voisinage de Mercure. Équipé d'un pare-soleil, il était passé à trois reprises à proximité de Mercure en 1974 et en 1975, fournissant les premiers clichés de la planète. La qualité des images laissait à désirer, selon nos normes actuelles. Les photos que prendra Messenger seront — de loin — supérieures.

Les scientifiques cherchent à savoir comment la planète a évolué comme elle l'a fait, et si les cratères perpétuellement sombres qui s'y trouvent, aux pôles, ont déjà contenu de la glace. Tout ce que les scientifiques pourront apprendre de la formation de Mercure les aidera à mieux comprendre les origines des autres planètes situées à proximité du Soleil, soit Vénus, la Terre et Mars.

Une fois sa mission accomplie, en 2012, Messenger continuera à tourner en orbite autour de Mercure jusqu'à ce que l'engin s'écrase à la surface de la planète.

Le coût de la mission est évalué à 427 millions $US.