Le coronavirus ne touche pas tous les continents de la même manière

Le coronavirus est officiellement pandémique depuis plus d’un an, mais il ne touche pas tous les continents de la même manière. Au tournant de la nouvelle année, l’Amérique du Nord était le continent le plus durement affecté par la COVID-19, avec plus de 450 nouveaux cas par million d’habitants chaque jour. (Au Québec, on comptait au plus fort de la deuxième vague environ 300 cas quotidiens par million d’habitants.)

En janvier et en février, plusieurs continents ont amorcé une descente épidémiologique. Toutefois, l’Europe et l’Amérique du Sud ont vite repris la route des infections. L’Amérique du Nord, pour sa part, poursuit sa trajectoire enviable — mais voit le variant B.1.1.7, provenant du Royaume-Uni, solidifier son emprise en ses contrées. L’Asie, l’Afrique et l’Océanie ne déplorent que relativement peu de cas ; un constat réjouissant, même si des observateurs pensent que les appareils statistiques de certains pays souffrent de lacunes pouvant dépeindre la réalité comme étant plus rose qu’elle ne l’est vraiment.

À voir en vidéo