Les jeunes sont-ils désormais davantage frappés par la pandémie?

Dans les dernières semaines, on remarque une augmentation des nouveaux cas de contamination de coronavirus au Québec et au Canada. Toutefois, cette hausse progressive n’est pas associée à une mortalité aussi élevée qu’au printemps. Est-ce dû au fait que les jeunes sont désormais davantage frappés par la pandémie? Pour y voir un peu plus clair, nous vous présentons une ventilation de ces nouveaux cas au pays en fonction des tranches d’âge.

Au début de la pandémie, une grande proportion des cas étaient concentrés chez les personnes de 40 ans et plus. Puisque les capacités de dépistage étaient limitées, il est cependant probable que plusieurs cas n’aient pas été décelés par les autorités chez les plus jeunes, où les formes mineures ou asymptomatiques de la maladie sont plus fréquentes.
Photo: Données: Gouvernement du Canada

Fin juillet, on dénombrait une hausse des nouveaux cas, particulièrement chez les personnes de 20 à 29 ans. «Les jeunes Canadiens ne sont pas invincibles» contre la COVID-19, avertissait d’ailleurs Theresa Tam, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada.

En août, l’incidence de la maladie semble s’être plutôt équilibrée entre les différentes tranches d’âge. Comparativement avec le début de la pandémie, la maladie est donc plus fréquemment décelée chez les personnes de moins de 40 ans. Les données pour le début du mois de septembre — une période qui comprend la rentrée scolaire — sont encore trop parcellaires pour être affichées ici.

À voir en vidéo