Les médicaments pour l'hypertension n'augmentent pas les risques de mourir de la COVID-19

Photo: Patrick Semansky La Presse canadienne
Si les problèmes cardiovasculaires alourdissent les risques de mourir de la COVID-19, les médicaments pour l'hypertension n’y sont pour rien. C’est la conclusion d’une étude publiée vendredi dernier dans le New England Journal of Medecine (NEJM) s’intéressant au sort de 8910 patients hospitalisés dans 169 hôpitaux d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord.

Ainsi, la consommation d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (comme du lisinopril ou du captopril) n’augmenterait pas les risques de mourir en raison du coronavirus chez les personnes hospitalisées. Les personnes qui prennent des récepteurs de l'angiotensine II (ARA), aussi appelés sartans, pourront également être soulagées d’apprendre que leur médication ne semble pas aggraver leurs risques de mourir de la COVID-19. De précédentes études, à plus petite échelle, avaient laissé planer des doutes à cet égard.

Les auteurs de l’étude du NEJM confirment toutefois, sans surprise, que les personnes souffrant de faiblesses cardiovasculaires sont plus à risque de décéder de la COVID-19. Ils jugent que l’infection causée par le coronavirus, qui peut affecter le coeur et ses vaisseaux, combinée à la réponse du système immunitaire parfois exagérée, explique la vulnérabilité de ces personnes.

À voir en vidéo