Nouveau-Brunswick: Higgs mise toujours sur les petits réacteurs nucléaires

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé l’an dernier un engagement de 10 millions de dollars pour la recherche dans le secteur nucléaire.
Photo: Frank Gunn Archives La Presse canadienne Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé l’an dernier un engagement de 10 millions de dollars pour la recherche dans le secteur nucléaire.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick estime que les petits réacteurs nucléaires pourraient être la réponse aux besoins d’énergie propre de la province.

Au cours d’une entrevue de fin d’année avec La Presse canadienne, Blaine Higgs a soutenu que les « petits réacteurs modulaires » actuellement conçus au Nouveau-Brunswick seront en mesure de fournir de l’énergie propre tout en luttant contre les changements climatiques.

Plus tôt ce mois-ci, le Nouveau-Brunswick a signé un protocole d’entente avec l’Ontario et la Saskatchewan pour la mise au point de petits réacteurs modulaires (PRM). Deux sociétés, ARC Nuclear Canada et Moltex Energy, ont toutes deux établi des bureaux au Nouveau-Brunswick pour mettre au point des prototypes ; chacun a engagé 5 millions de dollars, notamment pour la recherche et le développement.

« La technologie PRM est très différente de celle du Candu », a expliqué M. Higgs, se référant à la technologie inventée au Canada et utilisée dans les réacteurs de Pointe Lepreau, au Nouveau-Brunswick, et en Ontario. « Les deux nouvelles technologies utilisent une fraction de l’uranium utilisée dans les réacteurs Candu. »

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé l’an dernier un engagement de 10 millions de dollars pour la recherche dans le secteur nucléaire.

Le premier ministre Higgs a aussi précisé qu’il souhaitait pousser davantage l’exploration du gaz naturel dans la province. « Oui, nous nous éloignons peut-être de certains des combustibles fossiles traditionnels, mais il y a une marche à suivre : passer du pétrole au gaz et du gaz au nucléaire, puis au solaire et à l’éolien. C’est ce que nous devons faire accepter dans cette province parce que nous avons [ces ressources] juste sous notre nez, et nous nous asseyons dessus. »

En juin, le gouvernement progressiste-conservateur de M. Higgs a discrètement adopté des modifications réglementaires qui permettraient l’extraction d’hydrocarbures, dans la région de Sussex, par fracturation hydraulique — un procédé controversé. Cette décision avait déjà été évoquée dans le discours du Trône et est compatible avec le soutien traditionnel des conservateurs à la fracturation hydraulique. Les dirigeants micmacs et wolastoqiyik l’ont tout de même qualifiée de « secrète » et ont estimé qu’elle constituait un recul dans les relations de la province avec les populations autochtones.