Quand l’intelligence artificielle s’allie au sport

Catherine Couturier Collaboration spéciale
Avancée possible grâce à l’intégration de l’intelligence artificielle des produits: décortiquer précisément le mouvement des athlètes.
Photo: iStock Avancée possible grâce à l’intégration de l’intelligence artificielle des produits: décortiquer précisément le mouvement des athlètes.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

L’industrie du sport connaît un développement important depuis une dizaine d’années et, avec cette croissance, on voit l’arrivée de multiples appareils et gadgets pour mesurer, analyser et quantifier les activités physiques. Selon le groupe d’experts européen Idate, le nombre d’objets connectés liés à la pratique sportive devrait continuer à exploser dans les prochaines années.

Après la Fitbit, l’Apple Watch et autres gadgets connectés, les sportifs peuvent désormais enfiler des objets, qui, grâce à l’intelligence artificielle, promettent des performances améliorées : combinaison de yoga pour mieux apprendre les positions, entraîneur intégré à même un t-shirt, les possibilités se multiplient. « Le vêtement connecté lit l’information du corps et le met sur mon téléphone portable », explique Florian Miguet, directeur de Clim8. « Le vêtement intelligent, lui, fait la connexion entre le corps et le vêtement, mais le vêtement réagit ensuite et donne une réponse à ton corps. »

Florian Miguet faisait partie de la poignée d’entrepreneurs sélectionnés pour participer à la mission Fusion Sport Connecté qui s’est déroulée à Montréal début juin. Organisée par Katapult et Bpifrance, la semaine visait à accompagner six start-ups françaises dans leurs projets innovants.

Meilleur confort, meilleure performance

Alors qu’il était directeur pour une grande marque de sport, Florian a remarqué que les skieurs perdaient beaucoup d’énergie à essayer de réguler leur température corporelle, plutôt que de se concentrer sur leur performance. Plusieurs vêtements connectés permettaient déjà de suivre le rythme cardiaque et d’autres mesures de performance, mais rien n’existait pour la thermorégulation.

C’est ainsi qu’il a lancé Clim8 (un jeu de mots avec l’anglais climate), qui fabrique aujourd’hui des chandails et des gants qui maintiennent une température idéale chez le professionnel comme chez le sportif du dimanche. En effet, alors que ces produits (et leurs prix prohibitifs) étaient auparavant réservés aux athlètes de haut niveau, l’entreprise française travaille à leur démocratisation, en s’associant avec des marques connues pour y intégrer sa technologie. « Si nos produits poussent les gens à rester plus longtemps dehors, à avoir plus de plaisir, c’est positif ! On peut viser la performance, mais le confort, c’est pour tout le monde », soutient-il.

Les données anonymes sont ensuite analysées à un niveau macro pour perfectionner gants et chandails, qui s’adaptent également aux besoins de chacun. « L’intelligence permet d’améliorer complètement la technologie », affirme Florian Miguet.

Décortiquer le mouvement

Autre avancée possible grâce à l’intégration de l’intelligence artificielle des produits : décortiquer précisément le mouvement des athlètes. Le fabricant de maintien et de protège-tibias déjà bien établi Tibtop a ainsi décidé de se lancer dans la conception de protège-tibias connectés : « Il existait des outils de mesure généralistes, qui intégraient par exemple des GPS. Nous voulions développer quelque chose spécifiquement pour la pratique du soccer », explique Bakary Kamara, directeur général et cofondateur de l’entreprise française.

L’objet ressemble en tout point à un protège-tibia « normal », hormis une petite prise pour le recharger et une rangée de DEL indiquant l’activation du produit et son niveau de batterie. Il permet par ailleurs de mesurer le positionnement et les déplacements du joueur grâce à un GPS, et intègre un accéléromètre, un gyroscope et un magnétomètre, pour décortiquer et interpréter tous les gestes du joueur de soccer : saut, passe, frappé, botté, choc.

« Cela permet un meilleur apprentissage des gestes du sport et de l’activité », soutient Bakary Kamara. En plus d’être un outil pour suivre et améliorer les performances, il pourrait aider à mieux comprendre les gestes qui provoquent les blessures, par exemple. « À terme, l’analyse de toutes ces données pourrait permettre de déterminer à quels seuils de dépense ou de fatigue la blessure arrive », poursuit M. Kamara.

Une telle technologie devient aussi une aide précieuse pour les entraîneurs. La somme des données de toute l’équipe rend possible une analyse tactique du match plus fiable et abordable. « Cela permet aux coachs d’avoir un recul et d’être objectifs sur ce qui s’est passé », assure M. Kamara. L’outil de compilation à l’usage des entraîneurs remplace avantageusement les systèmes d’analyse par caméra, beaucoup plus coûteux.

Le sport adore les chiffres et les statistiques. L’intelligence artificielle ouvre ici une porte vers la systématisation des gestes, et une analyse raffinée des mouvements et des disciplines. Le futur du sport sera-t-il encore (un peu) humain ? « Nous offrons des outils d’accompagnement, assure M. Kamara, nous ne sommes pas là pour nous substituer à un médecin ou à un entraîneur ! »