Un congrès ouvert à tous

Hélène Roulot-Ganzmann Collaboration spéciale
Le public est invité à venir écouter des scientifiques de haut rang au Congrès de l’Acfas.
Photo: Merryl B. Lavoie Le public est invité à venir écouter des scientifiques de haut rang au Congrès de l’Acfas.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Si le Congrès de l’Acfas est surtout visité par la communauté universitaire, il n’en reste pas moins que le grand public est invité à venir écouter ces scientifiques de haut rang. Sur les milliers de colloques, communications et autres panels de discussion présentés tout au long de la semaine, voici notre sélection.

En route vers la mobilité durable

Le transport représente environ 4,5 % du PIB au Canada, et il grandit plus rapidement que toutes les autres industries. Il est cependant régulièrement décrié, car présenté comme l’un des grands responsables des changements climatiques. Le citoyen a par ailleurs très peu d’informations sur l’incidence de ses décisions touchant le transport sur sa vie et sur l’environnement. Or, l’évolution rapide des innovations technologiques peut aider à créer un avenir où le transport sera aussi efficace et durable que possible. Avec le colloque « Le transport : la route de la mobilité durable », le grand public sera mieux en mesure de comprendre comment les choix de chacun peuvent contribuer à une meilleure qualité de la vie pour tous.

Quelle université pour le XXIe siècle ?

Alors que partout dans le monde, la recherche de pointe fait de plus en plus appel à l’interdisciplinarité, les structures des universités, avec leurs divisions essentiellement disciplinaires, représentent une barrière qui freine le désir de nombreux chercheurs de mener des recherches moins formatées. Parallèlement, de nouvelles modalités de recherche apparaissent, qui font appel de plus en plus à des non-universitaires comme collaborateurs actifs, tandis que les collaborations avec le secteur privé se multiplient. Les panélistes du colloque « L’université du XXIe siècle : enjeux, défis et prospectives » tâcheront de trouver les moyens de penser la recherche contemporaine en dehors des cadres habituels.

Autochtones et allochtones : une réconciliation difficile

En 1996, le rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones (CRPA) recommandait aux Canadiens d’amorcer un processus national de réconciliation. Et en 2015, la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVRC) appelait à un pacte de réconciliation, considérant que l’appel lancé 20 ans plus tôt n’avait été ni entendu ni mis en œuvre. Depuis la parution de ce rapport, la réconciliation est devenue une préoccupation politique et sociale au Canada, mais de nombreuses questions demeurent pourtant en suspens. Parmi elles, les définitions mêmes de réconciliation et de relations harmonieuses, qui peuvent s’avérer différentes selon les cultures. Le colloque « La réconciliation entre les Autochtones et les allochtones : perspectives multiples » promet de repenser les concepts dans une optique de diversité des points de vue.

Services sociaux : la transformation inachevée

Les nombreuses réformes opérées dans le réseau de la santé et des services sociaux depuis les 20 dernières années ont contribué à transformer la pratique d’intervention sociale individuelle, de groupe et collective dans les secteurs institutionnels et communautaires. Plus récemment, le projet de loi 10, communément appelé la reforme Barrette, visant à favoriser l’accès aux soins tout en réduisant les coûts du système, a entraîné une surcharge de travail et de la détresse chez un grand nombre de travailleurs sociaux. Quatre ans après son entrée en vigueur, le colloque intitulé « La transformation des services sociaux au Québec : quels enjeux pour l’intervention sociale » fait le point sur les enjeux concernant les services à la population en général et pour les plus vulnérables en particulier.

La prévention en santé mentale au cœur de la réussite scolaire

Dans le contexte où 70 % des troubles de santé mentale débutent pendant l’enfance et l’adolescence, il est impératif d’agir tôt et de manière globale pour soutenir les jeunes qui formeront la société de demain. Les milieux scolaires peuvent d’ailleurs jouer un rôle actif dans les interventions préventives et curatives mises en place. Selon la Politique sur la réussite éducative du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), l’école doit veiller au développement du potentiel de l’élève dans toutes ses dimensions, incluant les dimensions affectives et sociales. Le colloque « La santé mentale, un déterminant de persévérance scolaire et de réussite éducative ! » permettra d’examiner plus amplement les liens entre la santé mentale et la persévérance scolaire afin de déterminer les actions qui pourraient être posées en milieu scolaire.

L’entrepreneuriat au féminin

En raison de son impact sur les opérations, les communications et la résolution de problèmes, l’économie numérique modifie la manière dont les entreprises fonctionnent, ce qui offre un levier considérable aux femmes entrepreneures. Le colloque « L’entrepreneuriat féminin dans l’espace francophone à l’ère de l’économie numérique » vise à dresser l’état des lieux de l’entrepreneuriat féminin en francophonie et à examiner dans quelle mesure les différents dispositifs de l’économie numérique permettent d’améliorer le niveau du succès entrepreneurial des femmes entrepreneures et de créer un véritable espace de francophonie économique entre actrices pourtant basées sur différents continents.

Familles d’ici et d’ailleurs

Le colloque « Familles d’ici et d’ailleurs » porte un regard sur la diversité et le multiculturalisme des sociétés québécoise et canadienne, tissées sur plusieurs générations du fil de l’apport culturel des familles d’ici, souvent venues d’ailleurs. Cet espace d’échanges autour du vécu des familles a pour objectif de dégager à la fois ce qui distingue chaque famille, dans un contexte de vie qui lui est propre, et de dessiner un tronc commun d’expériences afin de guider des interventions qui sauront répondre aux spécificités des familles à des moments critiques de leur vie.

De l’assimilation à l’appropriation culturelle

Les récentes contestations publiques qui ont conduit, au Québec, à l’interdiction des pièces de théâtre SLĀV et Kanata sous motif que le metteur en scène et son équipe s’appropriaient culturellement l’histoire des esclaves noirs et des communautés autochtones nous amènent à réfléchir sur les diverses significations historiques, politiques, juridiques, sociales et éthiques des revendications des groupes historiquement marginalisés. Les excuses suffisent-elles pour passer par-dessus les politiques d’assimilation des Autochtones canadiens ? La sacralisation du patrimoine autochtone leur permet-elle de continuer à construire leur identité ? Quelle partie de leur patrimoine culturel doit être protégée ? Le colloque « De l’assimilation à l’appropriation culturelle : l’évolution des revendications des groupes historiquement marginalisés » propose d’approfondir les concepts inhérents à ce débat, comme ceux d’acculturation, d’assimilation, de reculturation, d’appropriation culturelle, de white culture and white art, d’identité, etc.

Les enjeux sociétaux de l’intelligence artificielle

Les développements récents en intelligence artificielle (IA) ont mené à des percées technologiques importantes. L’IA permet de créer des systèmes de traitement du langage naturel, de reconnaissance de la voix, de l’image ou de reconnaissance faciale. Elle permet aussi de créer de la musique, des textes littéraires ou d’autres contenus artistiques. Elle trouve des applications en transport, en droit, en finance ou en médecine. Bref, elle nous promet une hausse de la productivité, de meilleurs soins de santé ou l’accès à de nouveaux savoirs. Mais elle n’est pas sans soulever des enjeux importants ni sans générer de l’inquiétude. Comment éviter la discrimination algorithmique, les violations de la vie privée ou l’opacité souvent associées à l’usage de ces technologies ? Comment réduire l’accroissement des inégalités économiques et l’apparition d’une nouvelle fracture numérique ? Comment s’assurer de la juste appropriation de ces technologies par tous les acteurs impliqués, incluant ceux de la société civile ? Le colloque « Intelligence artificielle : enjeux sociétaux et dialogues savoirs-société » fera le point sur ces grandes questions.