Amarrage réussi de la capsule Dragon à la Station spatiale internationale

C’était la 35e fois que le bras robotisé canadien Canadarm2 était utilisé pour attraper un vaisseau en vol libre.
Photo: NASA / Agence France-Presse C’était la 35e fois que le bras robotisé canadien Canadarm2 était utilisé pour attraper un vaisseau en vol libre.

L’astronaute de l’Agence spatiale canadienne (ASC) David Saint-Jacques a utilisé avec succès le Canadarm2, lundi, pour attraper le vaisseau spatial Dragon lancé samedi matin et l’amarrer à la Station spatiale internationale.

C’était la première fois qu’un astronaute de l’ASC utilisait le bras robotisé canadien pour effectuer un attrapé cosmique et la 35e fois où ce bras de 17 mètres servait à attraper un vaisseau en vol libre.

Lors de l’opération, l’astronaute originaire de Québec a reçu l’assistance de son collègue de la NASA, Nick Hague. La manoeuvre a été réalisée à environ 400 kilomètres au-dessus de l’océan Atlantique.

La capsule Dragon avait été propulsée vers l’espace par une fusée Falcon 9 de la compagnie SpaceX.

Cette semaine, des contrôleurs de vol au sol, à l’ASC, à Longueuil, et au centre spatial Johnson de la NASA, à Houston, se serviront du robot spatial canadien Dextre pour décharger environ 2500 kilogrammes d’objets divers du contenu de la soute non pressurisée et y recharger du matériel.

Dragon devrait rester amarré à la Station spatiale pendant environ un mois.