Le voyage le plus lointain exploré par un objet humain pour une sonde de la NASA

La sonde New Horizons, qui est grosse comme un piano demi-queue, a quitté la Terre le 19 janvier 2006.
Photo: NASA Associated Press La sonde New Horizons, qui est grosse comme un piano demi-queue, a quitté la Terre le 19 janvier 2006.
Une sonde de la NASA qui avait capté les premières photos de près de Pluton se dirige vers une destination à plus d'un milliard de kilomètres de là, dans ce qui serait le voyage le plus lointain exploré par un objet humain - et un Québécois est aux premières loges de cette mission historique.

La sonde New Horizons devrait passer par un objet appelé l'Ultima Thulé peu après minuit trente, mardi, trois ans après avoir croqué ses images de Pluton. Le chef de navigation de la sonde est le Québécois Frédéric Pelletier.

M. Pelletier et les huit membres de son équipe sont responsables de diriger la sonde vers sa cible.

En entrevue avec La Presse canadienne il y a quelques jours, le navigateur disait être «nerveux, mais confiant» au sujet de la mission.

L'objectif de la NASA est de passer la ceinture de Kuiper et d'envoyer des données à la Terre, afin d'en apprendre davantage sur l'origine du système solaire. Avec ces informations, les scientifiques pourraient approfondir leurs connaissances sur les comètes, les petites planètes et d'autres matières datant de l'époque où les planètes ont été formées - il y a de cela 4,5 milliards d'années.

Une fois que la sonde croisera l'Ultima Thulé, elle se trouvera à 6,5 milliards de kilomètres de la Terre et il faudra attendre dix heures pour que les contrôleurs de vol du laboratoire de physique appliquée de l'Université Johns Hopkins sachent si l'appareil a survécu.

La sonde devrait se trouver à 3500 kilomètres de l'objet visé et se déplacer à 14 kilomètres par seconde, soit plus de 50 000 kilomètres par heure.

«Le timing est important, a expliqué M. Pelletier en entrevue. Si on est un petit peu en retard ou un petit peu en avance et qu'on ne l'a pas dit, on pourrait manquer le bateau complètement.»

Si la mission réussit, des photos en noir et blanc pourraient être disponibles dès que les scientifiques auront la confirmation, mais les images en couleur tant anticipées devraient être prêtes seulement mercredi ou jeudi.

Cette partie de la mission s'avère plus risquée que son parcours vers Pluton, en raison de la distance, du nombre de variables inconnues et de l'âge de la sonde.

Les scientifiques estiment que la superficie de l'Ultima Thulé se compare à celle de Washington, D.C.

«On estime qu'il a un diamètre de 30 kilomètres en ce moment. On croit que ce ne sera pas sphérique, que ce sera une forme bizarre. Il y a aussi la possibilité que ce soit un astéroïde binaire - deux objets qui se touchent ou qui sont proches», a précisé M. Pelletier.

La sonde New Horizons, qui est grosse comme un piano demi-queue, a quitté la Terre le 19 janvier 2006 et depuis sa rencontre avec Pluton en 2015, elle va encore plus loin dans l'espace.

L'Ultima Thulé avait été aperçu pour la première fois en 2014 avec le télescope spatial Hubble, ce qui signifie que l'objet a été découvert après le lancement de la sonde.

Les scientifiques de la NASA croient que plusieurs autres objets se trouvent dans ce qu'on appelle la «troisième zone» du système solaire.

Malgré la paralysie partielle du gouvernement américain, plusieurs scientifiques de la NASA et d'autres employés s'étaient déplacés pour ne pas manquer cette occasion historique.