L’astronaute David Saint-Jacques passe du rêve à la réalité de l’espace

L’astronaute originaire de Saint-Lambert a répondu lundi aux questions des journalistes réunis à l’Agence spatiale canadienne, à Longueuil.
Photo: Agence spatiale canadienne L’astronaute originaire de Saint-Lambert a répondu lundi aux questions des journalistes réunis à l’Agence spatiale canadienne, à Longueuil.

Une semaine après son arrivée à bord de la Station spatiale internationale (SSI), l’astronaute québécois David Saint-Jacques commence à s’acclimater à son nouvel environnement et découvre ce que des années d’entraînement n’ont pas pu lui enseigner.

« C’est une étrange sensation. Avec l’entraînement, c’est comme si tout était un peu familier. Ce que je vois m’est familier, les opérations sont familières, mais les sensations sont complètement nouvelles », a-t-il expliqué lundi lors d’une première conférence de presse depuis son décollage le 3 décembre à bord d’une fusée Soyouz.

L’astronaute originaire de Saint-Lambert s’est présenté seul à l’écran pour répondre aux questions des journalistes réunis à l’Agence spatiale canadienne, à Longueuil. Il est apparu souriant, s’amusant à flotter et à faire tournoyer son micro, ce qui ne veut pas dire que son apprentissage de la vie en apesanteur est déjà terminé.

« Je fais les erreurs typiques du débutant, j’essaie de ne pas me cogner partout. Mes collègues me montrent comment voler, a-t-il dit. C’est un peu comme être dans l’eau, mais sans pouvoir nager. »


Il retrouve peu à peu le sens de l’orientation et commence à se défaire de cette sensation de congestion à la tête causée par la microgravité. Même si l’adaptation peut prendre du temps, un seul coup d’oeil à l’extérieur de la station lui rappelle la chance qu’il a d’être en orbite.

« Lorsqu’on est occupés à faire notre travail, on pense à nos procédures et on voit la Terre, a-t-il noté. On a tous vu ça des milliers de fois, des images de la Terre vue de l’espace, mais de la voir là, devant moi, cette belle bille bleue, gracieuse, qui tourne doucement dans le vide de l’espace, c’est vraiment émouvant. »

Après seulement sept jours dans l’espace, il avoue qu’il voit déjà la planète d’un oeil différent.

« Je regarde la Terre et c’est évident que nous sommes tous des êtres humains de la même espèce sur la même planète, et que le fait que nous sommes Canadiens ou Américains ou Russes, c’est un détail culturel, mais ce n’est pas fondamental à qui nous sommes, a-t-il souligné. Au fond, c’est un vaisseau spatial dans lequel tous les êtres humains vivent. »

Moments marquants

David Saint-Jacques a également profité de son apparition publique pour revenir sur les moments marquants de la journée du décollage. Il a été « sidéré » en assistant à un premier lever du soleil en orbite : « C’était une émotion vraiment incroyable. »

Il a été tout aussi marqué par son arrivée à bord de la SSI, lorsqu’il a pris conscience du fait que des êtres humains y vivent en orbite autour de la Terre. « Je le savais en théorie, mais de le réaliser en personne, ça m’a vraiment impressionné. »

Le médecin, ingénieur et astrophysicien de formation s’est également rappelé des émotions fortes vécues lors du lancement à bord de la fusée Soyouz, lundi dernier.

« Je m’assois à l’intérieur, je suis en territoire connu. Ça ressemble complètement au simulateur, les procédures sont les mêmes, on a pratiqué ça des dizaines de fois. Et au décollage, on sent soudainement qu’on n’est pas dans un simulateur. On sent les vibrations, on sent l’accélération, on est écrasés dans le siège. »

« C’est comme l’impression que d’énormes mains très fortes vous poussent vers le haut pendant des minutes et des minutes, puis vous relâchent. Et voilà, vous êtes en chute libre autour de la Terre », a-t-il raconté.

À peine remis de ses émotions, David Saint-Jacques doit se mettre au travail. Les six astronautes actuellement à bord de la SSI ont passé la journée de dimanche à vider un vaisseau cargo rempli d’équipement scientifique, afin de commencer les expériences sous peu.

Le « programme chargé » de l’astronaute québécois comprend notamment l’étude des impacts de la microgravité sur le corps humain et de la médecine à distance.

Dans l’immédiat, son « premier défi » consiste cependant à apprendre tout ce qu’il y a à savoir au sujet de la SSI avant que les trois astronautes qui les ont accueillis à bord ne retournent sur Terre dans quelques semaines.