La veuve noire du nord fait son apparition au Québec

La veuve noire du nord mesure 15 à 20 millimètres et elle se reconnaît au sablier rouge dessiné sur son abdomen et aux trois taches rouges présentes sur son dos.
Photo: Sean McCann La veuve noire du nord mesure 15 à 20 millimètres et elle se reconnaît au sablier rouge dessiné sur son abdomen et aux trois taches rouges présentes sur son dos.

La veuve noire du nord est désormais présente au Québec. Une étude publiée mercredi dans la revue PLOS ONE le confirme en grande partie grâce aux observations effectuées par de simples citoyens.

Les arachnophobes ne doivent pas s’affoler pour autant, car la veuve noire du nord, du nom scientifique Latrodectus variolus, qui vit depuis toujours en bordure des Grands Lacs, est la moins dangereuse des espèces de veuves noires. Même si ces dernières possèdent toutes le même venin, celui-ci n’est pas mortel.

« Les personnes en bonne santé ne devraient pas être affectées », affirme Christopher Buddle, professeur à l’Université McGill qui figure parmi les auteurs de l’étude.

De plus, les risques de se faire mordre sont infimes, car ces araignées qui affectionnent les lieux sombres et humides, comme sous les troncs d’arbres morts, les roches ou dans des cavités, fuient les humains.

« S’il y a morsure, l’araignée n’injectera généralement pas de venin, car elle veut simplement signifier sa présence. Son venin provoquera tout au plus une fièvre et des crampes musculaires, à moins que la victime soit un enfant dont le système immunitaire est très affaibli », précise Maxim Larrivée, chercheur à l’Insectarium d’Espace pour la vie qui a participé à l’étude.

Les deux chercheurs insistent sur le fait qu’ils ont pu déterminer avec précision l’aire de distribution de la veuve noire du nord non seulement grâce aux informations puisées dans la littérature scientifique et à celles fournies par les musées, mais aussi grâce aux observations effectuées et transmises par des citoyens amateurs de science.

« La combinaison des données de ces diverses sources nous a permis de modéliser l’aire de distribution actuelle de cette espèce d’araignée et ainsi de prédire qu’elle est désormais présente dans le sud du Québec jusqu’au lac Saint-Pierre », souligne M. Buddle.

Changements climatiques

« Il y a fort à parier que cette araignée se retrouve plus au nord que précédemment en raison du réchauffement climatique. Au cours des 25 dernières années, la saison de croissance de l’insecte s’est allongée de trois semaines l’automne, au Québec. Jusqu’à récemment, plusieurs espèces du sud n’arrivaient pas à survivre au Québec parce qu’elles n’avaient pas le temps d’atteindre le stade de développement leur permettant de tomber en état d’hibernation avant les gels de l’hiver », explique M. Larrivée.

« Trois observations effectuées par des citoyens, au Québec, dont l’une au sud de Huntingdon en 2012, une autre à Oka en 2014 et une dernière à Dollard-des Ormeaux, nous ont permis de valider les prédictions du modèle », ajoute M. Larrivée, qui a essayé de trouver en vain d’autres spécimens dans les régions prédites par le modèle, comme le nord de Montréal jusqu’au début des Laurentides.

« Même si je connais très bien sa niche écologique, c’était pire que de chercher une aiguille dans une botte de foin. Pour cette raison, la collaboration des citoyens est vraiment précieuse, car elle multiplie par plus de 1000 notre capacité de détection de ces insectes qui sont encore très rares au Québec. »

« On ne doit pas sous-estimer la valeur des observations faites par des amateurs. La science citoyenne est très utile, elle enrichit de façon considérable nos connaissances sur la répartition des espèces, qui est soumise à des facteurs environnementaux qui évoluent de plus en plus rapidement à l’échelle du continent », poursuit-il.