Combattre l’agrile du frêne par son microbiome intestinal 

Dans un laboratoire de l’INRS–Institut Armand-Frappier à Laval, Claude Guertin remet des insectes à Judith Mogouong, une doctorante qui fait sa thèse sur l’agrile du frêne.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Dans un laboratoire de l’INRS–Institut Armand-Frappier à Laval, Claude Guertin remet des insectes à Judith Mogouong, une doctorante qui fait sa thèse sur l’agrile du frêne.

Le Devoir part cet été à la rencontre de chercheurs qui profitent de la belle saison pour mener leurs travaux sur le terrain. Aujourd’hui, la série Grandeur nature constate les dommages irrécupérables que l’agrile du frêne laisse sur son passage.

« Je veux des insectes ! » avertit Judith Mogouong en grondant gentiment son directeur de thèse, le biologiste Claude Guertin. Nous sommes à quelques minutes de partir afin de relever les pièges disséminés sur des frênes de Laval à Berthier, en passant par Joliette et Mascouche. L’enseignante en biologie au cégep, qui fait un doctorat « pour l’amour de la science », dépend de la capture des bestioles pour mener à bien son projet de thèse sur leur microbiome intestinal. Ce dernier pourrait receler des secrets propres à nous aider à combattre le ravageur, qui étend rapidement son territoire vers le nord.

Le chercheur Claude Guertin sort simplement de son bureau pour plonger tête première dans son univers de recherche. Sur le terrain de l’INRS–Institut Armand-Frappier à Laval, où il a son laboratoire, on rencontre des frênes morts, attaqués par l’agrile.

Notre premier arrêt est à un jet de pierre du laboratoire. Là où se tenait l’an dernier un majestueux arbre au tronc trop large pour l’enlacer se tient un géant sec auquel il ne reste que quelques malheureuses feuilles.

« Il y a deux ans, il était tout vert. On n’aurait jamais pu prévoir ça. Ça me brise le coeur », lance Claude Guertin en s’approchant pour constater les dommages.

Sous l’écorce, on voit des milliers de sillons caractéristiques de la larve d’agrile, qui grossit avant d’émerger du tronc par une petite ouverture en forme de « d ».

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Capturé par le biologiste Claude Guertin, cet insecte sera disséqué dans le but de décrypter le génome de ses intestins.  

« Cet arbre n’a eu aucune chance », constate le chercheur. Des centaines de larves semblent l’avoir attaqué de front. Chacune a son sillon : ils ne se croisent jamais.

Indulgent, il a préparé un horaire spécial pour la visite des journalistes du Devoir. Pour cause : les deux journées de terrain qu’il effectue avec la chercheuse au postdoctorat Narin Srei chaque semaine débutent à 4 h 30 du matin, comptent 8 h 30 de route en camion et l’échantillonnage de 57 arbres. Et ce, qu’il pleuve ou que la canicule sévisse.

Une fronde géante

Direction Mascouche pour relever un piège dit « de Lindgren » fait d’entonnoirs verts emboîtés les uns dans les autres. L’insecte est particulièrement attiré par cette couleur. Des kairomones et des phéromones participent aussi au pouvoir d’attraction. Enduits de fluon, les entonnoirs ne laissent plus s’échapper l’agrile une fois qu’il s’y est pris.

Le frêne de plus de 15 mètres qui nous attend, sur le terrain d’une résidence privée, a d’abord été repéré sur Google. Puis, les scientifiques ont sillonné les routes pour trouver les candidats idéals.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Claude Guertin relève un piège dit «de Lindgren» fait d'entonnoirs verts.

Il est en santé pour l’instant, mais Claude Guertin relève bel et bien un agrile dans le piège qu’il descend de la canopée de l’arbre à l’aide d’un système de cordes. L’insecte prend la direction de la glacière, dûment identifié. Judith le veut vivant à notre arrivée !

Pour jucher les pièges si haut dans les arbres, Claude Guertin a essayé plusieurs techniques, dont l’arbalète : « C’était excessivement dangereux ! » lance-t-il. Finalement, c’est à l’aide d’un lance-pierres géant qu’il propulse une corde au sommet des arbres. « Un vrai rêve de p’tit gars », dit-il, tout sourire, en procédant à une démonstration avec l’instrument de deux mètres.

Un poids fait descendre la corde, qui traverse l’arbre. Le piège peut ensuite y être fixé avant d’être juché dans le frêne, côté sud, car l’agrile est photosensible — il suit la lumière du soleil.

Les passants sont curieux. La propriétaire du terrain, Valérie, demande d’ailleurs des nouvelles de son arbre, qu’elle côtoie depuis que ses parents ont acquis la demeure quand elle avait trois ans. « Je veux que mes enfants grandissent eux aussi avec lui », confie-t-elle, un brin inquiète.

Dissection délicate

De retour au laboratoire, c’est avec le sourire que Judith apprend que nous lui ramenons quelques insectes. Elle s’empresse de les « calmer » en les glissant dans le frigo. Plus tard, elle les congèlera à -80 degrés Celsius.

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Grâce à la dissection, Judith Mogouong récupère quelques nanogrammes d'ADN bactérien dans les minuscules intestins des spécimens capturés.

Lorsque la cueillette sera terminée, elle disséquera tous les individus amassés au fil de l’été pour en extraire leur tractus intestinal. À l’aide d’un agrile issu d’une cueillette effectuée il y a deux ans, elle nous fait une démonstration de ce délicat travail qui nécessite de travailler sous le microscope avec de minuscules instruments chirurgicaux.

« Au début, je ne pensais jamais y arriver ! » dit celle qui y va maintenant d’une main experte.

Son objectif : extraire quelques nanogrammes d’ADN bactérien des minuscules intestins. Ce précieux matériel génétique sera ensuite envoyé à Génome Québec pour un séquençage complet.

« Au début d’une attaque, les arbres se défendent en sécrétant des molécules », explique Claude Guertin. « On veut voir si le microbiome de l’agrile s’y adapte. » Si oui, on pourrait savoir si une attaque est récente ou non sur un arbre ou dans un secteur donné.

« Éventuellement, on pourra peut-être modifier le microbiote pour combattre l’agrile », croit le biologiste.

En attendant, d’autres solutions se profilent. Avec son collègue Robert Lavallée du Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada, il a identifié un champignon, Beauveria Bassiana, qui attaque et tue l’agrile. La compagnie trifluvienne CDG Environnement travaille à sa commercialisation, qui, selon M. Guertin, pourrait prendre encore deux ans.

« Les frênes à Montréal vont probablement tous y passer. Mais on peut espérer au moins ralentir le processus », croit-il. Il espère aussi qu’une fois sur le marché, les solutions seront utilisées en prévention pour éviter l’hécatombe dans les villes encore épargnées.