Les baleines boréales, des compositrices-interprètes prolifiques

Chassées depuis le XVIe siècle, les baleines boréales sont divisées en quatre populations en fonction de leur zone d’habitation.
Photo: Olga Shpak Wikimedia Commons Chassées depuis le XVIe siècle, les baleines boréales sont divisées en quatre populations en fonction de leur zone d’habitation.

Les baleines boréales du Spitzberg, une île de Norvège, qui cumulent le don du chant et celui de la composition, auraient créé près de 200 chansons différentes en trois ans, selon une étude publiée la semaine dernière dans la revue Biology Letters de la Royal Society. L’espèce est en danger d’extinction.

« Ces mammifères marins ont un répertoire vocal étonnamment diversifié et en constante évolution », souligne un communiqué de l’Université de Washington. Beaucoup d’animaux utilisent des sons pour communiquer, mais certains ont déjà démontré des dons musicaux assez originaux : les oiseaux chantonnent dans leur tête en dormant, les otaries battent la mesure, le grand dauphin se présente en sifflant…

Cette fois, ce sont les baleines boréales (aussi appelées baleines du Groenland) qui tiennent le haut de l’affiche. Selon une étude publiée dans la revue Biology Letters de la Royal Society, ces cétacés sont à la fois des compositeurs et des interprètes.

Un air de jazz

Chose encore plus rare, leurs chansons sont qualifiées par les chercheurs de « complexes » et « d’une grande variété ». Et pour cause, selon des enregistrements effectués de 2010 à 2014 dans le détroit de Fram à l’est du Groenland, les baleines boréales du Spitzberg ont produit 184 types de chansons différentes. « Si le chant des baleines à bosse ressemble à de la musique classique, les baleines boréales font du jazz », dit en riant Kate Stafford de l’Université de Washington, auteure principale de l’étude. « Le son est plus libre », constate la chercheuse. De plus, chaque année, leur répertoire est totalement renouvelé.

Selon les chercheurs, les baleines boréales chantent en hiver, quand le soleil ne se lève jamais et que la glace recouvre de 95 à 100 % de la mer. Reste maintenant à découvrir pourquoi leur répertoire varie constamment et si cette virtuosité est l’apanage des mâles, comme chez la baleine à bosse.

Chassées depuis le XVIe siècle, les baleines boréales sont divisées en quatre populations en fonction de leur zone d’habitation. La population de l’Atlantique Nord, étudiée ici, est en danger critique d’extinction et ne se compose plus que de 200 individus.