Les singes aussi tirent des bienfaits des sources d’eau chaude

Les singes des neiges japonais sont connus pour aimer se baigner dans les sources d’eau chaude dans la région de Nagano.
Photo: Nick Ut Archives Associated Press Les singes des neiges japonais sont connus pour aimer se baigner dans les sources d’eau chaude dans la région de Nagano.

Tokyo — Les bienfaits relaxants des bains dans les sources d’eau chaude, reconnus et pratiqués partout dans le monde, ne sont pas limités aux humains, et les singes en tirent aussi des effets bénéfiques, ont montré des chercheurs japonais.

Le singe des neiges japonais, également connu dans l’archipel sous le nom de nihonzaru (ou macaques japonais), est connu pour aimer se baigner dans les sources d’eau chaude dans la région de Nagano, où les touristes affluent pour photographier ces animaux pendant leurs ablutions.

Pendant longtemps, on pensait qu’en se trempant dans ces eaux chaudes, ces singes, de couleur brune tirant sur le beige et au visage rouge, tentaient surtout de se réchauffer durant les froids mois d’hiver dans cette région souvent enneigée.

Mais des chercheurs de l’Institut de recherche sur les primates de l’Université de Kyoto, qui ont observé 12 femelles macaques en 2014 dans le parc aux singes de Jigokudani Yaen-Koen à Nagano, sont arrivés à la conclusion que ce n’était pas la seule raison.

Pour leur étude, publiée cette semaine dans la revue Primates, ils ont analysé le comportement des singes durant leurs bains et ont collecté leurs excréments pour mesurer la présence de glucocorticoïde, une hormone dont la concentration augmente avec le niveau de stress.

Ils ont trouvé que les niveaux de stress des singes étaient 20 % moins élevés en moyenne après un bain.

« L’étude a montré que se baigner dans les sources d’eau chaude n’est pas seulement bénéfique pour les humains, mais aussi pour les macaques japonais », résume à l’AFP Rafaela Sayuri Takeshita, une des auteurs de cette étude.

Elle pense que cela pourrait aussi avoir d’autres effets positifs sur les singes, par exemple sur leur fertilité. « Nous voulons aussi étudier la relation entre ces bains, leur reproduction et leur longévité », ajoute-t-elle.