Pour s’y retrouver parmi les algorithmes

Illustration: Tiffet

Le mot lui-même fait sourciller les nuls en maths. À moins de vivre sur une île déserte, plus personne ne doute que les algorithmes gèrent en douce des pans complets de la vie. Mais bien peu savent comment ils fonctionnent réellement. Petit guide pour s’y retrouver dans ces outils omniprésents dans notre quotidien.

Quoi  

D’abord, le nom. Loin d’être un nouveau venu, l’algorithme est une antiquité, une invention du mathématicien grec Euclide. Quelque 300 ans avant Jésus-Christ, ce fort en thème élabora le tout premier algorithme en mettant au point un procédé simple pour trouver le plus grand commun diviseur (PGCD) entre deux nombres entiers sans en connaître la factorisation. Malheureusement pour ce futé Euclide, l’algorithme tient plutôt son nom du grand mathématicien perse inventeur de l’algèbre, Al-Kwharizmi (mort vers 850 de notre ère), dont le nom a été latinisé en algoritmi.

 

Comment

Nés bien avant les ordinateurs, les algorithmes sont des procédés permettant de trouver des solutions simples à des problèmes complexes. Des recettes invariables qui permettent de découper en étapes simples et automatiques les problèmes à résoudre. Des exemples ? Les protocoles de soins appliqués dans les urgences; les métiers à tisser; les diagnostics médicaux.

« Les protocoles appliqués dans les urgences sont une sorte d’algorithme. Ils comprennent une série de mesures à prendre pour traiter le plus efficacement possible les malades », explique Alain Tapp, professeur associé, nouvellement recruté au MILA, l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal.

 

Évolution

La puissance exponentielle des ordinateurs a permis de démultiplier l’usage des algorithmes pour exécuter des tâches à une vitesse qui serait autrement impossible. Grâce aux super-algorithmes, des programmes informatiques peuvent désormais analyser, traiter et trier à la vitesse de l’éclair des milliards de données, et ce, dans des sphères comme la médecine, le commerce, le transport, la finance, l’administration, les communications.

Internet

Depuis 20 ans, l’arrivée d’Internet a propulsé à l’avant-scène les algorithmes de recherche, notamment ceux qui utilisent les milliards de données personnelles laissées sur le Web par les internautes pour les croiser avec d’autres données.

Avenir

La science se tourne désormais vers des algorithmes capables d’un apprentissage profond, ou deep learning, permettant ainsi d’apprendre et de s’entraîner à de nouvelles tâches sans supervision humaine. Toutes ces techniques font partie du vaste champ de l’intelligence artificielle, un domaine en plein essor visant à permettre aux machines de raisonner et d’interagir comme des humains.

1 commentaire

Consultez la suite du dossier

  • Richard Guay - Abonné 19 février 2017 20 h 01

    Bon exemple!

    Voici l'algorithme du plus grand commun diviseur:

    x,y:= X,Y {par exemple x,y := 25,5}
    do x > y → x:= x - y
    □ y > x → y:= y - x
    od;
    print (x)

    {les expressions sont effecuées dans la boucle tant qu'elles sont vraies, on sort de la boucle lorsque x=y}
    Réf: A discipline of programming, by Edsger W. Dijkstra, Prentice-Hall, 1976, p.45.

    Mario Béland