Technologie - Le réseau sans fil entre enfin dans nos chaumières

Au moment où les réseaux domestiques câblés commencent à peine à s'imposer, la baisse des prix des périphériques aidant, la norme sans-fil 802.11b promet à moyen terme de stimuler la mise en place d'infrastructures de réseaux sans fil dans nos chaumières et dans les petites et moyennes entreprises.

Il est maintenant de plus en plus fréquent de voir des utilisateurs d'ordinateurs personnels, recycler ceux-ci lors de l'achat d'une nouvelle machine, au lieu de les envoyer tout bêtement à la poubelle. Que ce soit simplement comme ordinateur secondaire, pour se servir uniquement d'un texteur, pour fureter sur Internet et prendre son courriel, ou encore le transformer en un petit serveur de fichiers et d'imprimante, très rapidement, le besoin de mettre en commun certaines ressources titille tellement certains consommateurs que la mise en place d'un réseau devient une opportunité que moult usagers envisagent de faire.

La mise en place d'un petit réseau maison est aujourd'hui chose facile. Avec la démocratisation des prix des concentrateurs/routeurs comme l'unité BEFSR41 Linksys dont nous avons déjà traité dans ces pages, le branchement d'un réseau maison n'est plus l'affaire des techniciens gourous peu soucieux de partager leur savoir. En moins d'une demi-heure, une personne sachant manier le tournevis peut très bien installer deux cartes réseaux dans chacun des PC, raccorder celles-ci au concentrateur, et brancher le tout à un modem haute vitesse pour toute la famille puisse profiter des avantages de l'inforoute rapido-presto en plus de partager l'accès à une imprimante par exemple.

Toutefois, l'emmerdement majeur provient du fait de devoir passer les fils réseaux au travers des différentes pièces de la maison. À supposer qu'un ordinateur soit au sous-sol et que le second soit au rez-de-chaussée proche du concentrateur, le passage des fils réseaux le long des plinthes rebutera plus d'un décorateur intérieur. Très inesthétique, nous en convenons.

La vision de Jobs

Les disciples de la Pomme eux, se marrent un tantinet en regardant les esclaves de l'oncle Bill se dépatouiller avec des spaghettis de fils car, depuis quelques années déjà, le révérend Père Steve iJobs avait vu venir le jour ou la norme sans fil 802.11b connaîtrait son heure de gloire, tout comme aujourd'hui le port USB, l'ordinateur design, la norme FireWire, le graveur de DVD et le Red Champagne au Saguenay/Lac St-Jean. Donnons à la Pomme ce qui lui revient, il y a dans cette boîte des visionnaires qui n'on pas peur d'imposer des normes en devenir, quittes quelquefois, à commettre quelques erreurs.

Bref, depuis la mise en marché du iMac version 1.0, tous les ordinateurs d'Apple peuvent être raccordés à un réseau sans fil répondant à la norme 802.11b et commercialisé sous le bienveillant nom d'Airport. Mais je vous vois venir, coquins lecteurs: "Dis nous chroniqueur, sans tomber dans les explications techniques, qu'est ce que la norme 802.11b?"

Une norme internationale

Fonctionnant dans le spectre de fréquence de la bande 2.4 GHz, le protocole 802.11b (ou Wi-Fi) est régit par le très sérieux I.E.E.E. (Institute of Electrical and Electronics Engineers), un organisme international regroupant plus de 377 000 membres provenant de 150 pays. Il ne s'agit donc pas d'une norme propriétaire, attachée à une seule compagnie. Et la recette pour avoir un réseau sans fil à la maison ou au bureau est plutôt simple: une simple carte émetteur/récepteur, insérée dans un ordinateur, et une borne d'accès, qui elle, est branchée par un fil, soit au concentrateur, soit au modem haute vitesse.

Mis en marché par Apple ainsi que la firme Lucent, la norme 802.11b permet à un ordinateur équipé d'une carte transmetteur/récepteur de pouvoir se brancher, sans lien physique aucun, à une borne d'accès et de transférer des données à une vitesse théorique de 11 Mbps, et ce à plus de 300 pieds. Dans les faits, plus vous vous éloignez de la borne d'accès, plus les performances diminuent. Mais pour une utilisation dans une maison, n'ayez crainte, même si votre borne d'accès est branchée à un modem haute vitesse, et que vous vous éloigniez de vous ne verrez pratiquement pas de diminution de performances.

Dans les conférences

Pour une moyenne entreprise qui veut éliminer à tout jamais les fils qui pendouillent sous les bureaux, rien n'empêche de brancher deux ou trois bornes d'accès à des endroits différents. Une personne équipée d'un portable pourra donc être continuellement branchée au réseau, qu'elle se promène de la salle de conférence à l'entrepôt par exemple.

Les organisateurs des grandes conférences ont aussi adopté la norme 802.11b. Il est aujourd'hui commun de voir des participants à une conférence utiliser leur portable tout en écoutant celle-ci. À ce sujet, laissez-moi vous conter une histoire cocasse, mais vraie. Récemment, la gourou américaine Esther Dyson organisait son très sélect PC Forum. Durant une des allocutions, alors qu'un conférencier discourait, deux journalistes du milieu technologique, branché au réseau sans fil avec leurs portables, argumentaient sur les propos dudit conférencier et alimentaient en temps réel leurs blogues respectifs. Plusieurs participants, eux aussi branchés à Internet, leurs portable sur les genoux, se mirent à suivre en ligne les propos de nos deux journalistes, et à alimenter de commentaires, les sites de ceux-ci. Finalement, s'apercevant qu'il se produisait quelque chose dans la salle, un des autres conférenciers, branché lui aussi au réseau sans fil, remonta à la source des discussions virtuelles, et projeta ses propres réponses sur le grand écran de la salle, médusant ainsi plusieurs participants et conférenciers. Conférences et réactions en temps réel, il faut le faire non?

Offres multiples des fabricants

Dans les faits, de nombreuses sociétés proposent maintenant, dans un même emballage, toutes les composantes nécessaires à la mise en place d'un réseau sans fil permettant de brancher deux ou plusieurs ordinateurs: cartes PCMCIA pour portables, cartes PCI pour ordinateurs de bureau et borne d'accès.

Que ce soit de la part de Linksys, 3Com, le très sérieux Intel ou le très abordable D-Link, les offres se multiplient, et les prix chutent comme neige au soleil (dixit Jean Perron). Comme leur contrepartie avec fil, ces ensembles réseaux sont très faciles à installer, et nul n'est besoin du fameux beau frère qui connaît tout en informatique et qui configurera tout cela en échange de quelques bouteilles de doux houblon.

Toutefois, avant même de penser à investir dans un de ces ensembles, un point important à vérifier est si la borne d'accès comprend un mur coupe-feu, ainsi qu'un accès par de mot passe avec chiffrement. En effet, en se promenant au centre-ville avec son portable et une petite antenne, il n'est pas rare de constater que les administrateurs de nombreux petits réseaux sans-fil n'ont pas activé la sécurité sur la borne d'accès, et que l'accès complet à leur réseau vous est tout à fait permis.

L'avenir

Bien que l'avenir s'annonce prometteur pour les réseaux utilisant la technologie sans fil 802.11b, on peut toujours rêver et désirer des outils encore plus simples d'utilisation. Motorola est une de ces sociétés qui semble avoir compris le message, car récemment, à un salon très spécialisé regroupant les joueurs majeurs de l'industrie de la câblodistribution, ANGA 2002, cette compagnie a dévoilé pour la première fois un appareil qui devrait être appelé à institutionnaliser les réseaux maison utilisant le protocole 802.11b: le modem-câble SBG1000.

En effet, cette unité, en plus de respecter les normes établies de branchement à Internet par câble, intègre sous un même capot, un concentrateur/routeur cinq ports, un mur coupe-feu, un serveur d'imprimante, un serveur DHCP, un port USB et... une borne d'accès sans fil à la norme 802.11b. Selon un copain, amateur de batraciens, la vue et la fiche technique de l'appareil lui a fait faire un "wet dream de networking". Je vous laisse interpréter ses propos pour lesquels les mots me manquent en ce moment. L'émotion sûrement. Quoi qu'il en soit, le modem-câble de Motorola est sympathique à tous les causes, et discute autant avec les disciples de la Pomme, les esclaves de l'Oncle Bill ou les adorateurs du Pingouin. Pour notre part, après avoir vu une photo de la bête en question, et avoir lu au complet ses performances, permettez-nous plutôt d'éviter de parler de pollution et d'envoyer plutôt un message un tantinet insistant au chum de Julie, actionnaire de Vidéotron: Quand?

Lan Party à Longueuil les 4 et 5 mai

Les irréductibles amateurs de jeux en réseaux ne voudront surtout pas manquer l'occasion de se frotter à plus de 250 participants tous aussi irréductibles et fanatiques qu'eux, en participant à l'événement Pure Lan II qui se tiendra les 4 et 5 mai au collège Édouard-Montpetit à Longueuil. Mis à part un léger dodo et l'ingestion rapide de quelques pointes de pizza, ces joueurs de haut niveau disputeront tout le week-end de nombreux tournois virtuels mettant en vedette les jeux Counter Strike et Return to Wolfenstein Castle. En passant, pour les parents qui pensent encore que ce genre d'événements est un repaire de jeunes en perdition, et où le stupre et la luxure règnent en roi et maître, détrompez-vous. Ni alcool, ni drogue ne sont tolérés.

Appel à tous

Abonnés au service de modem-câble de Videotron, vous êtes de ceux et celles qui, parce qu'on leur a vendu ou loué un modem de marque Motorola, doivent payer un surplus lorsqu'ils dépassent une certaine limite de téléchargement alors que les clients plus récents, à qui on a vendu ou loué un modem de marque Samsung, n'ont pas de surplus à payer? Contactez l'auteur de ces lignes. Votre histoire nous intéresse.