Davantage de décès prématurés pour les femmes canadiennes

Le cancer fait partie des causes prises en compte dans l'étude. 
Photo: iStock Le cancer fait partie des causes prises en compte dans l'étude. 

Les Canadiennes sont plus nombreuses à mourir prématurément, c’est-à-dire avant l’âge de 70 ans, que les femmes d’autres pays de l’OCDE à revenu élevé. Et la principale cause de ces décès prématurés est le cancer du poumon.

Dans son rapport sur la performance du système de santé canadien, l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) a comparé la mortalité prématurée, qui est estimée à partir du nombre d’années potentielles de vie que les personnes décédées avant 70 ans ont perdues — pour 100 000 habitants —, enregistré entre 1960 et 2010 dans 18 pays de l’OCDE, dont le Canada, les États-Unis, l’Australie, la France, les Pays-Bas, la Suisse, la Suède, la Finlande et le Japon.

Ces comparaisons internationales ont montré que le Canada s’est maintenu en milieu de peloton entre 1960 et 2010, période durant laquelle la mortalité prématurée a néanmoins diminué de 66 %. Ce sont des pays comme la Suède et le Japon qui ont présenté les plus faibles taux de décès prématurés au cours des 50 années étudiées, tandis que les États-Unis n’ont cessé de voir ce taux s’accroître, jusqu’au point d’afficher la pire performance.

Plusieurs autres pays, tels que l’Australie et la Suisse, ont également fait des progrès importants entre 2000 et 2010. L’Australie, un pays semblable au Canada à plusieurs égards, de par son régime de santé universel par exemple, a longtemps présenté le même profil que le Canada, mais a réussi à réduire significativement son taux de décès prématurés au cours de la dernière décennie de l’étude.

Lorsque l’ICIS a analysé les données associées aux principales causes de ces décès prématurés, telles que le cancer, la cardiopathie ischémique susceptible d’entraîner un infarctus du myocarde, une insuffisance cardiaque ou une mort subite, et les accidents de la route, il est apparu que les Canadiens étaient en moyenne un peu moins nombreux que les hommes des autres pays étudiés à mourir prématurément du cancer. Par contre, les Canadiennes, quant à elles, étaient plus souvent victimes de cancer que la moyenne internationale.

En 2010, les Canadiennes avaient perdu 106 années potentielles de vie de plus que les Australiennes, et 162 de plus que les Japonaises. « En 2013, la mortalité des femmes en raison du cancer du poumon en particulier était près de deux fois plus élevée que celle des femmes des autres pays de l’OCDE en 2013 », souligne-t-on dans le rapport.

Alors que le Canada a connu une baisse de près de 85 % des décès prématurés occasionnés par une cardiopathie ischémique au cours des 50 ans de l’étude, il en compte toujours un nombre supérieur à la moyenne internationale.

Selon Jean Harvey, directrice de l’Initiative sur la santé de la population canadienne à l’ICIS, ces données montrent que le Canada peut s’améliorer en tirant des leçons de pays semblables, tels que l’Australie. « Il serait utile d’analyser les stratégies qu’ils ont adoptées pour les soins de santé, mais aussi en politiques sociales, en éducation, en promotion de la santé et en prévention des maladies. »

1 commentaire
  • Christian Debray - Abonné 30 septembre 2016 07 h 43

    Ce sera encore pire avec l'application des lois sur la mort assistée.
    Le femmes ont plus tendance à se suicider, mais manquent souvent leur suicide, c'est un appel à l'aide. Avec la mort assisé, elles ne manqueront pas leur coup.