La Ville reporte les travaux au Biodôme

Le report des travaux ne constitue pas un risque pour les animaux hébergés par le Biodôme.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le report des travaux ne constitue pas un risque pour les animaux hébergés par le Biodôme.

Le Biodôme, qui devait fermer ses portes le 5 septembre prochain pour subir d’importants travaux de réaménagement de ses espaces, demeurera finalement ouvert, et ce, au moins jusqu’en janvier 2018. Il en sera ainsi parce que le maire de Montréal, Denis Coderre, vient d’annuler le processus de sélection de la firme qui devait réaliser le projet de rénovation présenté à la presse en octobre dernier. Le maire a pris cette décision après avoir été informé que les coûts exigés par les trois soumissionnaires dépassaient significativement ceux qui avaient été estimés par deux firmes spécialisées en gestion de projet. Le Biodôme restera donc accessible au public durant toute l’année des festivités du 375e anniversaire de Montréal.

Dénommé La migration du Biodôme, le projet de rénovation qui avait été retenu lors d’un concours d’architecture prévoyait une reconfiguration des lieux, dont la construction d’une « mezzanine accueillant un belvédère et des points de vue inédits sur l’ensemble des écosystèmes, […] un agrandissement de la région subantarctique, une meilleure immersion dans la région subarctique, ainsi qu’une refonte du hall d’accueil principal ». Lors de la présentation du concept à la presse en octobre 2015, on avait évalué le budget total du projet, incluant les honoraires professionnels et de gestion du projet, le coût de construction, le déplacement des animaux, la muséologie et le mobilier à 22 millions de dollars.

Plusieurs millions

La Ville de Montréal a lancé le 17 mai dernier un appel d’offres pour la réalisation de ces travaux. Le 20 juillet dernier, trois entrepreneurs différents ont déposé un dossier faisant valoir leur expertise pour exécuter le projet. Le 3 août, ces mêmes entrepreneurs ont soumis leur offre de services. Magil réclamait 31 millions, QMD 31,4 millions et TEQ 33 millions pour la concrétisation du concept.

Selon une première estimation des coûts d’un tel contrat effectuée par la firme GLT, ceux-ci devraient se limiter à 14,2 millions, soit moins que la moitié des coûts exigés par chacun des trois entrepreneurs. Comme la firme GLT a été embauchée par les architectes et concepteurs du projet, la Ville a souhaité obtenir une autre estimation « complètement indépendante », de la part de Macogep qui a évalué pour sa part les coûts à 23,7 millions.

« Le maire trouve inacceptable l’écart entre les estimations faites et les prix obtenus lors de l’appel d’offres. C’est pourquoi il a annulé l’appel d’offres. Il demande des explications au sujet de ces écarts et au sujet du nombre élevé d’addendas aux plans et devis. Il demande également aux fonctionnaires chargés du dossier une révision importante du projet », nous a précisé Catherine Maurice, directrice des communications au cabinet du maire Coderre. En effet, outre les écarts entre les estimations et les prix par les soumissionnaires, 40 addendas aux plans et devis du projet figurent sur le Système électronique d’appel d’offres (SEAO), un site Internet du gouvernement du Québec où sont publiés les avis concernant tous les appels d’offres publics lancés par les autorités provinciales et municipales.

Ce projet de rénovation du Biodôme ainsi que celui de l’Insectarium — qui devait suivre en 2018 et qui visait à doubler la superficie des lieux — devaient à l’origine être financés par le gouvernement provincial. Mais le gouvernement libéral de Philippe Couillard a retiré son appui en 2014, laissant la Ville seule pour assumer les coûts de ces deux projets.

Suivi à faire

« Une révision complète du dossier doit être faite avant de statuer sur ce qui adviendra du projet du Biodôme. Mais entre-temps, nous pouvons déjà annoncer que le Biodôme restera accessible au public lors des festivités du 375e », a souligné Mme Maurice.

Faut-il s’inquiéter du report de ces travaux de rénovation ? Ces derniers étaient-ils devenus nécessaires compte tenu du fait que le Biodôme a ouvert ses portes en 1992, il y a 24 ans, dans un bâtiment, à l’origine un vélodrome, conçu pour les Olympiques de 1976, et qu’il reçoit quelque 835 000 visiteurs chaque année ? « Le projet Migration du Biodôme vise essentiellement le renouvellement de l’expérience de visite. Le report de sa réalisation ne comporte donc aucun risque pour la sécurité des lieux et pour le maintien en bon état de marche des infrastructures », nous a confirmé Nadine Fortin, chargée de communication à Espace pour la vie, qui chapeaute le Biodôme, l’Insectarium, le planétarium Rio Into Alcan et le Jardin botanique.

L’équipe d’Espace pour la vie n’a pas voulu commenter la décision du maire pour l’instant.

1 commentaire
  • Robert Beauchamp - Abonné 17 août 2016 10 h 19

    Dépassements?

    Mais qui sont donc ces firmes de gestion de projets? Ça n'existe donc pas des évaluations qui visent le prix juste?