Des labos fabuleux au coeur de l’innovation citoyenne

Le Fab Lab est ouvert à des citoyens de tous les âges. Ci-dessus, un jeune homme travaille sur une planche à roulettes améliorée.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le Fab Lab est ouvert à des citoyens de tous les âges. Ci-dessus, un jeune homme travaille sur une planche à roulettes améliorée.

L’économie collaborative est en plein essor. Plus que les Uber et Airbnb de ce monde, 170 organismes au Québec forgent cette nouvelle donne économique et sociale, propulsée par Internet et une soif de renouer avec la communauté. Premier volet d’une série de trois textes sur un mouvement qui fait boule de neige.

Dans un coin de l’atelier, un jeune crack de technologie tient sur sa tête un étrange casque doté de capteurs neuronaux. À ses côtés, une artiste dessine sur un écran des animaux, transformés en origami de papier grâce à une découpeuse laser, pendant qu’une imprimante 3D recrache du plastique quelques mètres plus loin pour fabriquer la pièce manquante d’un appareil.

Bienvenue à l’échoFab, le pionnier des « Fab Lab » au Canada qui crèche rue Peel, dans Griffintown. Le laboratoire communautaire fait partie d’un réseau mondial de labos créés par le MIT (Massachusetts Institute of Technology) au début des années 2000 pour donner accès gratuitement à la collectivité au savoir et aux équipements favorisant l’innovation.

Rompu à l’idée que les nouvelles technologies doivent servir au plus grand nombre et favoriser le changement social, le fondateur des Fab Lab, Neil Gershenfeld, professeur au MIT, a fait germer en moins d’une décennie 1000 de ces labos dans 78 pays, tous connectés pour partager savoirs, logiciels, modes d’emploi et données en mode code libre (open source).

(Presque) tout fabriquer

« Le Fab Lab, c’est une prise de pouvoir sur le monde de l’objet. C’est une communauté qui s’entraide pour faire… “almost anything” », lance Monique Chartrand, directrice de Communautique, organisme fondateur d’échoFab, lancé en 2011.

L’enjouée directrice reprend le leitmotiv du très couru cours « How to Make (almost) Anything » (Comment [presque] tout fabriquer) donné par le professeur Gershenfeld, qui permet à quiconque d’accéder sans frais aux machines de fabrication numérique ou à toute autre machine-outil pour mettre au monde une idée, un projet, et créer un prototype à très bas coût.

« Le Fab Lab, ça ne se résume pas à un partage d’équipements. Le principe premier ici est que les gens collaborent, et c’est cette rencontre des savoirs qui est importante. Un Fab Lab a les mêmes équipements qu’un autre laboratoire, mais le principe est d’ouvrir à toutes les connaissances des Fab Lab du monde entier qui s’échangent les infos d’un pays à l’autre », insiste la porte-parole de Communautique.

Depuis 2011, le Fab Lab reçoit patenteux, inventeurs et artistes en délire à la recherche de solutions concrètes à des problèmes concrets… ou pas. Du nombre, le quart revient comme bénévole aider d’autres bricoleurs à réaliser leurs rêves les plus fous en fusionnant leurs expériences. « Il y a autant des geeks qui viennent développer des logiciels que des dames qui viennent utiliser des machines à coudre, des architectes, des designers, des artistes. On a même eu des cuisiniers qui ont réalisé à l’imprimante 3D le portrait de Denis Coderre en chocolat ! » raconte la mère du Fab Lab, qui accueille 1000 bidouilleurs par année.

Inventeurs en herbe

Découpeuses laser, imprimante 3D et ordinateurs côtoient machines-outils, fraiseuse et équipement industriel dans un local où plane une vague odeur de bois brûlé. Une imprimante recrache des petits objets de plastique multicolores, notamment une miniature du Colisée de Rome, un filet en cotte de mailles et un étrange vase aux parois fines comme du papier de soie. « Ce sont tous des prototypes, des essais », explique Mme Chartrand.

Pas très loin trône une « patente à gosse » bricolée à partir de matériaux récupérés et du savoir-faire développé dans un autre Fab Lab qui permet de fondre des objets de plastique récupérés pour produire du fil à imprimer « maison ». « Comme ça, on utilise moins de plastique », explique Monique Chartrand. « On peut couler un prototype 3D pour 10 $ plutôt que de dépenser 10 000 $ pour le faire fabriquer en Chine. Les autres utilisateurs aident à perfectionner ces prototypes. Ça crée des discussions incroyables. C’est une formidable occasion d’empowerment pour les gens », assure cette mordue de laboratoires populaires.

Néophytes et autodidactes viennent y fabriquer leur propre éolienne ou des panneaux solaires concoctés à partir d’objets du quotidien, d’autres viennent « triper » sur des projets créatifs complètement éclatés. Pourquoi ne viser que l’utilitaire ? Technologie et contemplation peuvent aussi faire bon ménage.

Méditer au labo

C’est le cas de Frank, qui, concentré sur son écran, commande un logiciel capable de reconnaître les émotions à l’aide d’un casque neuronal « branché » sur son cerveau. Comme un athlète, il exerce aussi ses neurones à déplacer une souris d’ordinateur sans les mains. Objectif ? Créer un drone qui puisse être commandé par l’esprit ! Pourquoi ? « C’est vraiment coooool ! » rétorque l’inventeur d’objets volants connectés. « En fait, cette technologie permettrait aussi à des gens qui n’ont pas de mains de contrôler une prothèse seulement avec leur cerveau, dit-il. Ça pourrait être très utile. »

D’ailleurs, les Fab Lab ont à leur tableau de chasse d’avoir aidé des enfants amputés à imprimer en 3D leurs propres prothèses. Ce sentiment puissant de « je peux tout faire », l’échoFab a choisi de l’inoculer à de jeunes éclopés des centres jeunesse. « Ça leur montre que le savoir, l’innovation, ça ne s’apprend pas juste à l’université et que tout peut s’apprendre par les pairs. » « Même moi, dit Monique Chartrand, j’ai réussi à imprimer mon bouton de sécheuse brisé. Pourquoi courir chez le quincaillier ? »

Obsolescence programmée, objets mal conçus et bon marché : avec ses « Repair Café » ouverts à tous, le Fab Lab fait un immense pied de nez aux Dollarama de ce monde et à la production industrielle, souvent plus orientée vers le profit que l’intérêt du plus grand nombre. « On fait de la recherche sur les façons de pirater des électroménagers pour les rendre plus durables ou mieux adaptés aux besoins des personnes âgées. Les Fab Lab font en sorte que des gens reprennent le pouvoir sur l’industrie, la surconsommation et utilisent de nouvelles technologies pour réinventer des objets au profit des citoyens », insiste l’émule intarissable de Gershenfeld.

Le laboratoire citoyen accueillera d’ailleurs en août la première Foire du vieillissement créatif, une rencontre qui ne sera pas un « salon de gadgets, mais un lieu de discussions pour créer un vieillissement durable. Les gens veulent rester actifs. Il faut que les nouvelles technologies s’ouvrent à la réalité des aînés », explique Mme Chartrand. Exosquelettes, marchettes high tech, habitations modulables : tout est dans la mire de ces créatifs. Du moins, « almost anything », comme dit le pape des Fab Lab.

3 commentaires
  • Hélène Gervais - Abonnée 25 juillet 2016 06 h 41

    À part les expressions anglaises ....

    c'est extraordinaire ce laboratoire là, je dirais même génial. Félicitations à celui qui l'a mis en route et à ceux qui s'en occupent partout dans le monde.

    • Gilles Théberge - Abonné 25 juillet 2016 08 h 35

      Moi aussi ça m'a frappé.

      Plutôt d'en profiter pour marquer notre différence le labo de Montréal va n'être que le labo of Montreal...

      Une autre occasion manquée!

  • Lina Trudel - Abonnée 25 juillet 2016 08 h 25

    Des initiatives qui redonnent espoir


    Les vrais innovations sont très souvent venues du terrain, du moins celles qui ont une portée sociale.

    Utiliser « les nouvelles technologies pour réinventer des objets au profit des citoyens.» Quelle idée fantastique.

    Longue vie aux laboratoires citoyens et bravo à Communautique.