Vaste étude pour recenser les sites de reproduction du monarque

La taille de la population des monarques, calculée en hectares (surface couverte par les papillons sur les sites d'hivernage), est passée de 18,19 hectares en 1996-1997 à 1,13 hectare en 2014-2015.
Photo: André Sarrazin Espace pour la vie La taille de la population des monarques, calculée en hectares (surface couverte par les papillons sur les sites d'hivernage), est passée de 18,19 hectares en 1996-1997 à 1,13 hectare en 2014-2015.

Tous les Canadiens sont invités à collaborer à Mission monarque, une vaste étude sur les habitats de reproduction du papillon monarque, dont les populations migratrices ont décliné de 90 % au cours des 20 dernières années, au point où ce papillon est aujourd’hui considéré comme une espèce au statut préoccupant par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). La participation du public aidera les chercheurs à déterminer les sites privilégiés par les monarques, ce qui permettra d’élaborer un plan de conservation susceptible d’optimiser la reproduction de ces papillons emblématiques lors de leur séjour chez nous.

Incapables de répertorier tous les sites de reproduction du monarque au pays, les chercheurs de l’Insectarium de Montréal, de l’Institut de recherche en biologie végétale de l’Université de Montréal, de l’Université du Québec à Rimouski, de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary font donc appel à tous les Canadiens pour qu’ils repèrent et recensent les plants d’asclépiades qui poussent près de chez eux et pour qu’ils les scrutent régulièrement afin de dénombrer les oeufs que des monarques y auraient pondus, ainsi que les chenilles et les chrysalides qui en découleront.

Migration printanière

La migration printanière du monarque se fait par étapes. Les individus qui quittent le Mexique début mars vont d’abord se reproduire au Texas. Puis, le rythme de migration vers le nord de leurs rejetons sera synchronisé avec l’émergence de l’asclépiade, leur plante hôte. Certains de ces rejetons atteindront le Canada, alors que la plupart se reproduiront au niveau de la latitude de la Virginie, et ce seront leurs descendants qui rejoindront le Québec.

Migration automnale

À l’automne, les individus qui quittent le Québec pour le Mexique n’ont jamais fait ce voyage de 4500 km, et pourtant ils réussissent à retrouver les sites d’hivernage de leurs ancêtres dans les hautes montagnes du Michoacán. Ils y parviennent probablement grâce à une boussole interne, au champ magnétique terrestre, à la position du Soleil et à l’orientation des étoiles dans le ciel, voire à la reconnaissance d’odeurs caractéristiques.

Les monarques qui séjournent au Canada représentent environ 15 % de la population totale de cette espèce en Amérique. « On prévoit qu’avec le réchauffement climatique, l’aire de reproduction du monarque va s’étendre vers le nord et devenir de plus en plus importante au Canada, d’où nos efforts pour accroître les chances du monarque de se reproduire et ainsi augmenter la population estivale et sa résilience lors de sa migration automnale », souligne Maxim Larivée, chef de la section Collections entomologiques et recherche à l’Insectarium de Montréal, qui dirige le projet Mission monarque.

Asclépiade

Les monarques se reproduisent uniquement sur des plants d’asclépiades, principalement sur l’asclépiade commune, mais aussi sur l’asclépiade incarnate qui est présente surtout dans les milieux humides comme les marais et le bord des étangs et des lacs. L’asclépiade qui est très importante pour la pollinisation de nombreux insectes ne pousse que dans les milieux ouverts, tels que les champs abandonnés ou en jachère, les bords de route et de champs cultivés. « Auparavant, on en voyait même dans les champs agricoles, mais en raison de l’utilisation d’herbicides systémiques, on a noté une forte diminution de la reproduction du monarque dans toutes les zones agricoles », rappelle M. Larivée avant de préciser que le monarque pond ses oeufs sur l’asclépiade et que ceux-ci s’y développent jusqu’au dernier stade de leur croissance, soit le moment où l’insecte est prêt à faire sa chrysalide.

À partir de données historiques de répartition de l’asclépiade, les chercheurs ont conçu des modèles prédisant les zones de reproduction du monarque au Canada. Mission monarque leur permettra de valider ces prédictions sur le terrain, et de connaître les sites que les monarques privilégient comme lieux de reproduction. Ces données permettront ensuite d’orienter et de raffiner leurs efforts de conservation. Les citoyens qui désirent participer doivent se procurer sur Internet le protocole de cueillette des données sur le terrain, lequel respecte la méthode scientifique tout en restant convivial. Les participants doivent visiter régulièrement le même site où prospèrent des asclépiades, idéalement toutes les semaines ou toutes les deux semaines, et ce, jusqu’à la fin août. « Pour faire un décompte le plus exact possible, on doit soulever les feuilles de la plante parce que les oeufs peuvent se trouver aussi bien sur le dessus que le dessous des feuilles. Les chenilles, quant à elles, se déplacent beaucoup et ne sont pas faciles à dépister durant leurs premiers stades car elles ne dépassent pas le centimètre de longueur. Et même si on ne trouve pas d’oeufs ou de chenilles au début de l’été, il faut poursuivre nos observations », recommande M. Larivée avant d’ajouter que les gens peuvent commencer leur inventaire dès maintenant puisque les premiers monarques sont arrivés dans le sud de l’Ontario.

Durant l’été

Les apprentis biologistes pourront observer deux générations de monarques durant l’été, car les individus qui atteignent le Québec au printemps se reproduisent dès leur arrivée. Puis, leurs rejetons se reproduisent à leur tour durant l’été, et ce sont les descendants de cette deuxième génération qui migreront vers le Mexique à l’automne. « On soupçonne fortement que les individus qui arrivent de migration (du sud du Mexique) ne se reproduisent pas au même endroit que ceux de la deuxième génération. On croit que ces derniers remontent plus au nord, où les plants d’asclépiades sont plus jeunes, plus frais et contiennent moins de cardénolides, une substance toxique que les chenilles auraient du mal à digérer mais qui les protègent, ainsi que les adultes, des prédateurs. Le suivi durant l’été va nous permettre de le vérifier et d’optimiser nos interventions », explique M. Larivée.

En plus des recensements réalisés par les simples citoyens, des inventaires seront également effectués par des biotechniciens dans les parcs fédéraux et les autres aires protégées par le fédéral et probablement aussi par le provincial, qui a été contacté à cet effet. Les chercheurs espèrent que les villes participeront aussi à cet effort collectif. « Notre contribution nationale s’inscrit dans un partenariat scientifique international pour la conservation du monarque. Ainsi, les données recueillies ici pourront servir à des chercheurs états-uniens et mexicains », précise M. Larivée.

 
2 commentaires
  • Hélène Paulette - Abonnée 8 juin 2016 09 h 34

    Le fauchage des bords de route.

    C'est une pratique commune aux petites municipalités qui détruit les asclépiades. Avis aux citoyens qui peuvent conscientiser leurs élus.

  • Gilles Théberge - Abonné 8 juin 2016 09 h 50

    Personnellement

    Il y a beaucoup d'Asclépiade chez moi. Je sais que c'est la nourriture de base des papillon monarques. Je la favorise.

    Et si tout le monde s'y met cela favorise la survie de cette espèce, autrefois si abondante!

    N'est-ce pas?