Une démocratisation des NTI

Les 2500 personnes qui travaillent ou étudient à l'école La Magdeleine disposent aujourd'hui d'un accès individuel leur permettant, peu importe le lieu dans lequel elles se trouvent, de retrouver leur propre environnement de travail personnalisé. Ils disposent d'un espace disque privé, de la suite OpenOffice (l'équivalent de Microsoft Office) et d'une foule d'autres logiciels libres en plus d'avoir, bien entendu, un accès complet à Internet.

De plus, il est maintenant possible aux étudiants de se brancher aux serveurs de l'école le soir, à la maison. Les serveurs de fichiers ont d'ailleurs rendu obsolète les disquettes. L'école dispose de son serveur Internet, et le serveur de courriel est promis pour la rentrée en septembre prochain. Certains postes de travail demeureront pour un certain temps, bicéphales, c'est-à-dire qu'ils exécuteront autant Windows que Linux en bi démarrage, le temps que la transition soit effectuée et que tous aient pu apprivoiser le nouvel environnement. Pour l'équipe de la Magdeleine ayant planché sur ce projet, la principale difficulté était bien davantage la résistance au changement que la technologie elle-même.

D'autres ordinateurs qui, selon les normes actuelles, seraient en fait désuets, seront installés sous peu à l'école La Magdeleine, après avoir subi une cure de jeunesse. Selon Benoît de Ligneris, « cette expérience montre clairement que les logiciels libres démocratisent les technologies de l'information. Ce faisant, ils permettraient à l'ensemble des élèves du Québec de bénéficier d'un ordinateur à l'école ».

De plus, inutile de dire que les projets réalisés par notre directeur d'école dont nous avons parlé la semaine dernière, Mario Asselin, intéressent fortement l'équipe de La Magdeleine. Il faut dire que la combinaison « logiciels libres et cybercarnets » se veut particulièrement prometteuse.

À suivre...