La voiture électrique pour le plus grand nombre

Vu la faible étendue du réseau de recharge, le nombre de kilomètres que peut parcourir une voiture électrique sans nécessiter une recharge demeure crucial aux yeux des consommateurs. Et, jusqu’ici, l’autonomie se payait très cher.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Vu la faible étendue du réseau de recharge, le nombre de kilomètres que peut parcourir une voiture électrique sans nécessiter une recharge demeure crucial aux yeux des consommateurs. Et, jusqu’ici, l’autonomie se payait très cher.
General Motors lancera à la fin de l’année sa petite Bolt, capable de parcourir 300 km et vendue 30 000 dollars. Tesla répliquera quelques mois plus tard avec son Model 3. La bataille pour l’auto électrique enfin populaire est engagée.


L’histoire de la voiture électrique est celle de l’éternel retour. Elle était là dès l’aube de l’aventure automobile, propre sur elle, facile à conduire, dénuée de la manivelle indispensable au démarrage du moteur, déjà limitée par son faible rayon d’action. La voiture à lourds accumulateurs est réapparue pendant les guerres mondiales, les crises du pétrole, les diverses tentatives légales de réduire consommation et pollution. Un tour et puis s’en va, en silence, sans avoir convaincu les foules de ses qualités.

Dans un sens, celui de la mobilité de masse, la situation est encore pire aujourd’hui. La voiture la plus désirable du moment est la Tesla Model S, 100 % électrique, made in Silicon Valley. Mais elle est réservée au plus petit nombre en raison de son coût d’environ 115 000 dollars. La Tesla fait payer cher son autonomie de 400 km et plus.

Seuil critique

Il existe des modèles électriques meilleur marché. Ennui : leur rayon d’action entre deux charges dépasse à peine les 100 ou 200 km. Avec le prix de vente et le manque d’infrastructures de recharge, cette faible autonomie est le principal frein à l’achat. Nombre d’études ont montré que le seuil psychologique, pour l’acquisition d’une telle technologie, est de 300 km.

Grâce aux progrès des batteries et la baisse de leur coût, voilà que se profilent à l’horizon des petits modèles de voitures électriques capables de parcourir un peu plus de 300 km, vendues entre 30 000 et 35 000 dollars. La formule magique, selon les marques, pour espérer pénétrer les marchés en profondeur. Tesla dévoilera à la fin du mois prochain les esquisses de son futur modèle « économique », le Model 3, qui proposera ces performances et ce prix. S’il n’est pas retardé par les difficultés de fabrication et importants délais de livraison dont est coutumier le constructeur californien, le Model 3 devrait être commercialisé en 2017.

Mais Detroit, la capitale américaine du moteur à essence, passée tout près de la mort clinique, s’apprête à brûler la politesse à la Silicon Valley. Revanche ! La vedette incontestée du salon automobile de Detroit, le mois dernier, a été la Chevrolet Bolt. Une voiture compacte à hayon, haute sur pattes. General Motors, dont Chevrolet est la marque principale, a tiré profit de la tentative en 2011 de la Volt. Un modèle électrique doté en complément d’un petit moteur à essence qui avait pour seule fonction de recharger les batteries. Une solution trop chère, trop compliquée.

Or les études poussées sur la chimie des accumulateurs au lithium-ion, leurs performances par grand froid et forte chaleur ou leur capacité à parcourir le plus de kilomètres possibles, ont nourries la conception de la petite Bolt, dont le lancement est prévu en fin d’année aux États-Unis et au Canada. Là encore, l’équation intègre une autonomie d’un peu plus de 300 km et un prix d’un peu plus de 30 000 dollars.

Combat revanche

Mary Barra, la présidente de General Motors, a fait du projet Bolt une cause personnelle. C’est à la fois une affaire de rédemption (GM sauvé de justesse par les milliards du gouvernement fédéral) et d’anticipation. L’automobile s’apprête à autant changer dans les 10 prochaines années qu’elle ne l’a fait dans les 70 dernières. Pas question que les promesses de conduite autonome, de connectivité, de partage, de mobilité propre ne proviennent que de Tesla, Google, Apple ou Uber. Voilà plus d’un siècle que Detroit fabrique des automobiles à la chaîne. Ce ne sont pas les geeks de la périphérie de San Francisco qui vont écrire le futur.

La bataille pour la voiture électrique populaire s’annonce ainsi passionnante. D’autant que les Chinois ou les Japonais n’ont aucune intention de laisser le champ libre aux seuls Américains. À preuve l’annonce le 1er février du projet de Renault-Nissan de développer une auto électrique à très bas coût, d’abord pour le marché chinois, puis le reste du monde si entente.


 
7 commentaires
  • Philippe Marsolais - Abonné 4 février 2016 06 h 51

    La Volt une solution "trop chère, trop compliquée", pas vraiment !

    Je ne comprends pas votre remarque à propos de la Volt, vous dites que c'est une solution "trop chère, trop compliquée". Euh, pas vraiment !

    Je possède une Volt depuis 2 ans et je l'ai payé dans la même fourchette de prix qu'on annonce la Bolt. J'ai une moyenne de 0,6L/100km (600ml/100km). Je suis en mode 100% électrique la plupart du temps, mais la petite génératrice à bord me permet de faire n'importe quelle distance (pratique pendant les vacances). Il n'y a rien de "compliqué" dans cette technologie et cela n'est sûrement pas "trop cher". De fait, les économies d'essence payent la voiture !

    Certes la Volt brûle parfois de l'essence sur les longs trajets, mais cela est une excellente technologie de transition jusqu'à ce que les voitures 100% électrique offrent des autonomies de 300km et plus. En attendant, la Volt n'a rien de trop cher et trop compliqué, de fait c'est le contraire, hyper simple et tellement rentable que la voiture se paie toute seule avec les économies d'essence.

    Je vous invite d'aller jeter un coup d'oeil au groupe Facebook "Volt, en français" qui compte presque 1000 propriétaires de Volt, et tout le monde est complètement charmé et ravi par cette incroyable voiture.

    • François Doyon - Inscrit 4 février 2016 08 h 58

      Propriétaire d'une "Volt" depuis 12 mois, 20,000 km à l'odo je suis encore sous le charme et à 100% de satisfaction.
      Une auto, qui pour la première fois après plusieurs autres, me fait me sentir en paix avec mes déplacements.

    • François Doyon - Inscrit 4 février 2016 11 h 37

      En plus de l'économie d'essence que dire également de l'absence totale de visite chez le concessionnaire: entretien zéro, changement d'huile zéro, rétrogradation importante = usure des bandes de freins presque inexistante, et j'en passe. Un véhicule en or et je ne travaille pas pour GM!

    • Dominic Minguy-Jean - Inscrit 4 février 2016 11 h 50

      Pas trop chère pour le consommateur. Trop cher pour le constructeur...

    • Jean-Yves Arès - Abonné 4 février 2016 14 h 00

      «Trop cher pour le constructeur...»

      C'est certain que les premières Prius n'étaient pas rentable pour le constructeur. Je pense bien qu'elles le sont maintenant depuis longtemps, avec un gros extra sur la réputation de Toyota.

      Il est normal qu'une entreprise fonctionne à perte quand elle arrive avec des produit innovants. L'important c'est la position future qu'elle aura dans le marché en question, bien plus que son bilan à court terme.

  • Denis Paquette - Abonné 4 février 2016 08 h 15

    Une voiture écologique, compétitive, pourquoi pas

    Enfin une voiture électrique abordable que ne nous empoisonnera plus et surtout se nourrira de ce qu'on produit de mieux, je ne souhaite qu'une chose que cette voiture fasse un tabac d'enfer et insite les gens a se la procurer

  • Jean-Yves Arès - Abonné 4 février 2016 14 h 06

    30,000...US$

    Mais tout de même une avancée majeure qui peut marqué le début d'une véritable place dans le marché de la voiture électrique.

    À espérer tout de même que cette voiture sera fiable, car elle sera sérieusement sous les projecteurs !

    http://www.moteurnature.com/actu/2016/chevrolet-bo