Quelques commentaires sur ArchambaultZik.ca

La boutique en ligne ArchambaultZik.ca, lancée vendredi dernier par Quebecor est présentée comme une solution au piratage. Elle permet aux consommateurs québécois d'acheter des fichiers musicaux à 99 ¢ la pièce.

En quittant les lieux où se déroulait le lancement d'ArchambaultZik.ca, Serge Sasseville, vice-président aux affaires juridiques chez Netgraphe, et soit dit en passant, vieux copain du secondaire, ce qui ne contribue pas à nous rajeunir, me lance un: «Je suis anxieux de lire lundi ce que tu vas écrire.»

Rassure-toi Serge, votre boutique en ligne est au diapason technologique de ce qui se fait ailleurs. Absolument rien à redire. ArchambaultZik.ca est aussi accessible que les boutiques de ses concurrents, exception faite de celle d'Apple, qui est un modèle du genre. Tout comme les autres boutiques en ligne, ArchambaultZik.ca intègre avec succès les toutes dernières technologies de gestion de droits numériques. Bref, vous avez fait vos devoirs, et ça se voit. Cependant, permets-moi d'y aller de quelques petits commentaires qui se veulent constructifs.

Une marque «distinctive»?

ArchambaultZik.ca. Disons qu'on a déjà vu mieux comme nom. Or, sachant que l'achat d'un produit ou d'un service est très souvent le résultat d'un acte impulsif, et en ces temps où l'orthographe semble en prendre pour son rhume dans nos écoles, inscrire sans fautes d'orthographe ou d'inattention le nom de la boutique (archambauzik, archambeauzik, archambaultzik?) relève de l'exploit. Alors, pourquoi ne pas recentrer la campagne de pub sur ce seul nom, facile à retenir, «ZIK.ca», qui, d'ailleurs, vous appartient et pointe déjà vers votre boutique en ligne. KISS Serge, KISS («Keep it Simple and Stupid»).

Le syndrome du «moi aussi»

Si la tendance actuelle se maintient, il y aura bientôt autant de boutiques de vente de musique en ligne que de dépanneurs sur l'île de Montréal. Alors, comment faire alors pour que «ZIK.ca» se démarque de ses concurrents et ne tombe pas dans le syndrome du «moi aussi», surtout avec un Puretracks.com «canadian» qui annonce pour bientôt un portail francophone?

Faites donc en sorte que cette boutique en ligne devienne le guichet unique de la vente de musique francophone, et particulièrement celle des créateurs d'ici. Mettez en marche la machine de la convergence (il faut bien que ça serve à autre chose que Star Machin ce truc-là) pour promouvoir «ZIK.ca» et capitalisez sur les réticences des consommateurs québécois à télécharger la musique des créateurs québécois et francophones des réseaux d'échange P2P. Poussez un peu plus loin la campagne de pub actuelle pour établir un véritable dialogue avec les consommateurs. Que votre catalogue compte 300 000 titres ou mieux à terme, pourquoi pas, mais imposez-vous surtout comme la référence de la francophonie. Point.

Mise en marché: le positionnement

Parlons donc de cette nouvelle publicité télé pour «ZIK.ca» où un groupe de jeunes très cool, avec ordinateur accroché au dos, téléchargent la musique du site «ZIK.ca». Encore une fois, que l'on veuille sensibiliser les jeunes aux conséquences du piratage et leur indiquer qu'il existe une solution de rechange légale, je veux bien, mais le consommateur que Quebecor aurait dû aussi viser dans sa campagne de pub est celui qui détient le numéro magique, à savoir le numéro de carte de crédit. Or ce consommateur qui, d'ailleurs, télécharge illégalement autant de musique que les jeunes, c'est le parent.

De plus, c'est ce même parent qui a encore le plus de réticences à télécharger la musique des créateurs d'ici. Alors, pourquoi ne pas avoir choisi de cibler aussi ce consommateur plutôt qu'uniquement les jeunes? À moins que «ZIK.ca» ne décide d'adopter les techniques des sociétés oeuvrant dans la téléphonie cellulaire en permettant aux jeunes de pouvoir acheter partout, quand bon leur semble, et pas seulement dans les magasins Archambault, des cartes à puces de 10, 20 ou 25 $, je doute de l'impact que «ZIK.ca» aura auprès des 15-20 ans. Et pour séduire ce jeune public (et les autres), faites donc de ces cartes à puce des objets désirables, comme des cartes à puce «édition limitée» Céliiiine, ou «édition limitée» Cowboys Fringants. Seul l'avenir nous dira si Quebecor a fait le bon choix en matière de positionnement lors de la mise en marché. Et sincèrement, nous leur souhaitons d'avoir fait le bon choix.
3 commentaires
  • Roger Simard - Abonné 19 janvier 2004 11 h 32

    Archambaultzik.ca

    Drôle d'analyse que vous faites M. Dumais. Pour avoir acheté environ 150 pièces chez iTunes ( en utilisant une carte de crédit d'un collègue américain et en le repayant avec Paypal) , je trouve qu'en comparaison, le site de Archambault est pourri.

    Presque aucune photo des oeuvres qui nous intéressent. Écoute impossible sur Mac OS X ( en tout cas avec ce que j'ai maintenant).
    Et il semble que le Québec soit une terre remplie d'artistes divers....

    Une job à la va vite de Netgraphe, pour le compte de leurs patrons, qui eux sont des gens qui sont contre le paiement décent de droits d'auteurs pour la musique qui sort de leurs tuyaux....

    Vivement un iTunes canadien !

    Roger Simard

  • Isabelle Landry - Inscrite 7 février 2004 16 h 56

    En effet M.Simard..

    C'est que l'auteur du reportage semble préférer aider un «ancien compagnon de classe du secondaire» que de faire un résumé objectif et un portrait réaliste d'un site Internet qui est complètement sans aucun intérêt!

    D'ailleurs, son article s'attarde beaucoup plus sur la publicité et sur la mise en marché que sur le site en question; comme quoi il était sans doute préférable pour lui d'éviter le sujet!..

    Il me semble évident que M.Dumais n'a vraisemblablement pas fait l'essai d'aucun autre site de vente de mp3 (tels que iTunes) qui, soit dit en passant, n'a strictement rien à voir avec cette blague qu'on nous présente sur ArchambaultZik.com, un méli-mélo sans fin qui exaspère à un point tel qu'on ne souhaite que quitter le plus vite possible. Malheureusement pour nous, le ridicule ne tue pas encore.

  • Maurice Blanchard - Inscrit 17 mars 2004 17 h 09

    Pourvu qu'ça marche

    Quand inévitablement viendront les problèmes avec les serveurs pour le téléchargement vaudra mieux le signaler aux clients tds afin de ne pas perdre leur bonne volonté.