La mission de Spirit sur Mars - Le premier cliché en couleur de la planète rouge en route vers la Terre

Équipés de lunettes à filtre rouge et bleu, les scientifiques de la NASA examinent les premières photos captées par Spirit.
Photo: Agence Reuters Équipés de lunettes à filtre rouge et bleu, les scientifiques de la NASA examinent les premières photos captées par Spirit.

Pasadena — Le robot américain Spirit a réalisé les premières photographies en couleur de son environnement sur Mars, que la NASA recevait et assemblait hier pour former une vue panoramique, première carte postale à haute définition de la planète rouge.

Les images formant ce panorama sont stockées dans l'ordinateur du robot, qui profite de chaque possibilité de communication avec la Terre pour les transmettre, a expliqué la NASA dont les spécialistes doivent ensuite traiter et assembler ces photos comme un grand puzzle.

«Nous avons acquis les images avec succès, elles sont dans la mémoire du Rover, nous devons maintenant les télécharger», a expliqué Steve Squyres, responsable scientifique de la mission en précisant que des vignettes transmises par Spirit constituaient la preuve que les photos avaient été prises.

Au total, la caméra panoramique de Spirit doit prendre 75 images et chacune de ces photos est prise cinq fois, avec un filtre différent, pour permettre le rendu en couleur et à haute définition, à 360 degrés.

L'ensemble de ces images pourrait prendre «jusqu'à une semaine» à recevoir sur Terre, a estimé James Bell, l'un des membre de l'équipe traitant ces données au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA à Pasadena (Californie). Le poids total de l'image panoramique sera de l'ordre de 100 mégabits, a-t-il précisé.

Dès son arrivée dimanche, le Rover avait envoyé des images en noir et blanc à basse définition, prise avec ses caméras de navigation, qui donnaient une première idée du site rocailleux où il est posé, dans le cratère de Gusev, par 15 degrés au sud de l'équateur martien.

Hier, la NASA a de nouveau montré ce panorama, traité en trois dimensions, visible avec lunettes à filtre rouge et bleu, ce qui donne aux chercheurs une meilleure idée de leurs premiers objectifs d'exploration.

M. Squyres, un géologue de formation, a montré une dépression dans le sol martien à proximité de Spirit en estimant que «c'est probablement l'endroit où nous allons aller en premier», quand le robot commencera à se déplacer au début de la semaine prochaine.

«C'est un trou dans le sol, une fenêtre sur l'intérieur de Mars, c'est très intéressant pour nous», a poursuivi M. Squyres en décrivant cette dépression baptisée Sleepy Hollow (creux ensommeillé), un nom choisi en raison du manque de sommeil de l'équipe du JPL qui fonctionne à l'heure martienne, ce qui met l'horloge biologique des chercheurs à rude épreuve.

Les images désormais les plus attendues ont été prises par la caméra panoramique de Spirit, deux optiques surmontant un bras télescopique en position verticale qui donne des yeux aux chercheurs.

Cette caméra aidera les responsables de la mission à choisir les sols et roches à analyser et à repérer de nouvelles régions vers lesquelles les robots seront dirigés. La résolution de la caméra est plus de trois fois supérieure à celle de la mission Pathfinder de 1997 qui avait vu le mini-robot Sojourner évoluer de quelques mètres sur Mars.

Une autre tâche-clé accomplie sans problème a été le déploiement de l'antenne à gain élevé de Spirit qui, lui, a permis de transmettre des données directement vers la Terre et non via les satellites en orbite martienne, à un débit qui devrait dépasser les 11 000 bits par seconde.

Ce moyen de communication s'ajoute à l'antenne UHF déjà opérationnelle qui permet au Rover de transmettre des données à très haut débit (128 000 bits par seconde) via les satellites américains Mars Global Surveyor et Mars Odyssey, quand ils passent au-dessus de Spirit, pendant plusieurs minutes chacun une ou deux fois par sol (journée martienne).

Spirit est pour l'instant à une quarantaine de centimètres du sol, sur la plate-forme constitué de l'atterrisseur qui le protégeait pour son arrivée sur Mars et va consacrer plus d'une semaine à préparer ses premiers pas sur le sable martien.