Chauves-souris menacées

Au Québec, ce sont la petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique et la pipistrelle de l’Est, trois espèces cavernicoles, qui sont les plus affectées par cette infection fongique.
Photo: M.B. Fenton Au Québec, ce sont la petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique et la pipistrelle de l’Est, trois espèces cavernicoles, qui sont les plus affectées par cette infection fongique.

Depuis 2010, les populations québécoises de chauves-souris qui hibernent dans les grottes et les mines abandonnées sont décimées par le syndrome du museau blanc, une maladie fongique qui continue de se propager à travers le nord-est de l’Amérique du Nord. Les spécialistes s’inquiètent et cherchent à sensibiliser le public aux diverses menaces qui pèsent sur ce petit mammifère volant.

Plusieurs les craignent ou en ont horreur. Certains croient qu’elles transmettent la rage et qu’elles s’attaquent aux humains pour en aspirer le sang. « Il est vraiment injuste de traiter les chauves-souris de la sorte, alors qu’il s’agit d’un des animaux les plus bénéfiques pour les humains », s’insurge Rodrigo Medellin, grand spécialiste des chauves-souris à l’Université nationale autonome de Mexico. M. Medellin était de passage à Montréal récemment pour présenter un documentaire réalisé par la BBC sur ses recherches et ses démarches visant à protéger les chauves-souris de son pays. Ces petits mammifères volants ont besoin de notre aide pour surmonter les menaces qui planent sur eux, plaide-t-il. Et ces menaces sont particulièrement graves dans le nord-est de l’Amérique du Nord.

Syndrome du museau blanc

C’est en février 2006, dans une caverne de l’État de New York, qu’a été observé pour la première fois en Amérique du Nord le syndrome du museau blanc sur des chauves-souris en hibernation. Depuis cet hiver-là, la maladie s’est rapidement propagée à travers le nord-est des États-Unis et du Canada. Elle est actuellement présente dans 25 États américains et dans cinq provinces canadiennes, soit le Québec, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard, où elle a tué plus de six millions de chauves-souris à ce jour.

Le syndrome du museau blanc affecte plus sérieusement les espèces qui hibernent, car il est causé par un champignon microscopique (Geomyces destructans) provenant de l’Europe qui prospère dans des milieux froids et humides comme les cavernes et les mines abandonnées, où les chauves-souris trouvent refuge pour leur hibernation. Les spores blanches du champignon attaquent principalement les parties dépourvues de poil de l’animal, comme le museau, les pattes et les ailes, où elles provoquent des démangeaisons qui réveillent les chauves-souris en hibernation. Or, chaque fois que la chauve-souris sort de sa torpeur, elle dépense une grande quantité d’énergie pour réactiver son métabolisme et notamment hausser sa température corporelle, qui doit passer de 3 à 32 degrés Celsius. « Si elle est réveillée trop souvent durant les 200 jours que dure habituellement son hibernation, elle risque d’épuiser ses réserves de graisse avant l’arrivée du printemps et de périr. C’est ainsi qu’on retrouve les chauves-souris mortes sur le sol des grottes. Et c’est l’hécatombe. On les ramasse à la pelle au printemps ! », raconte le biologiste Michel Delorme, ancien gestionnaire des collections vivantes et de la recherche au Biodôme de Montréal.

M. Delorme a suivi pendant une bonne dizaine d’années une grosse colonie de maternité comptant plus de 1500 petites chauves-souris brunes au Domaine Joly-De Lotbinière, près du pont de Québec. Or il n’a dénombré que 45 individus au sein de cette même colonie l’an dernier.

Au Québec, ce sont la petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique et la pipistrelle de l’Est, trois espèces cavernicoles, qui sont plus les affectées par cette infection fongique. Selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), ces trois espèces sont en « déclin catastrophique ». La grande chauve-souris brune souffre aussi du syndrome du museau blanc, mais sa constitution plus robuste lui permet de supporter un peu mieux la maladie. « En se basant sur les données de surveillance des hibernacles [sites d’hibernation], nous pouvons affirmer que le déclin des populations de petites chauves-souris brunes et de chauves-souris nordiques est supérieur à 94 %. En ce qui concerne la grande chauve-souris brune, nous considérons que le déclin est de 30 à 40 % », précise la biologiste Nathalie Desrosiers, coordonnatrice provinciale des dossiers concernant les chauves-souris au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP).

« En Europe, les chauves-souris semblent avoir développé une résistance à la maladie, ce qui indique qu’elles ont souffert de cette infection depuis très longtemps », ajoute Rodrigo Medellin. Mais, en Amérique du Nord, les chauves-souris semblent encore très vulnérables au champignon, et le seul moyen d’endiguer la propagation est « d’éviter de visiter les lieux fréquentés par les chauves-souris dans les régions où la présence du syndrome a été confirmée, et de prendre des mesures de décontamination appropriées avant et après chaque visite effectuée dans les régions à statut inconnu ou incertain », recommande le MFFP.

Une autre menace : les éoliennes

Les parcs d’éoliennes sont responsables de la mort de nombreux oiseaux de proie mais aussi d’une multitude de chauves-souris. On estime que de 600 000 à 900 000 chauves-souris sont fauchées chaque année aux États-Unis par les éoliennes. Certaines sont frappées par les pales, tandis que d’autres succombent à une hémorragie interne provoquée par la différence de pression existant à proximité de ces moulins à vent.

« Heureusement, on peut prévenir cette hécatombe en reprogrammant la mise en action des turbines, afin qu’elles ne démarrent pas au moment où les chauves-souris sont les plus actives, soit lorsque la vitesse du vent tourne autour de 6 mètres/seconde. De toute façon, on produit très peu d’énergie à cette vitesse, explique Rodrigo Medellin. Quand la vitesse du vent excède les 6 m/s, les insectes sont beaucoup moins nombreux, voire absents, et il en va ainsi des chauves-souris. Nous demandons à l’industrie éolienne d’éteindre les turbines quand la vitesse du vent approche les 6 m/s. En respectant cette recommandation, on pourrait éviter la mort de 70 à 90 % des chauves-souris qui sont actuellement tuées par les éoliennes. »

Un autre moyen de prévenir la mortalité des chauves-souris consiste à installer au sommet de chaque turbine un haut-parleur émettant des sons de haute fréquence qui désorientent les chauves-souris en perturbant leur système d’écholocation, qui devient alors inutilisable. « Cette installation a pour effet d’éloigner les chauves-souris, qui ont ainsi la vie sauve. Cette stratégie a été adoptée par la plupart des membres de l’Association canadienne de l’énergie éolienne », salue M. Medellin.

Perte d’habitat

Au Québec comme ailleurs, les chauves-souris perdent régulièrement des habitats qui leur étaient propices. « Les gens qui expulsent les maternités de chauves-souris qui ont trouvé refuge dans le grenier ou l’entre-toit de leur maison durant la période estivale, soit au moment où les petits sont encore auprès de leur mère, peuvent entraîner des mortalités massives, prévient Mme Desrosiers, du MFFP. Il est préférable d’attendre qu’elles partent d’elles-mêmes à l’automne et alors aller boucher les ouvertures. »

Les grandes coupes forestières et l’élimination des arbres morts (chicots), qui constituent de bons gîtes de repos et de mise bas, dans le cadre de développements résidentiels en banlieue des villes, constituent une autre menace pour la survie de ces petits mammifères inoffensifs, voire bénéfiques.

Bénéfices

En consommant des quantités phénoménales d’insectes, les chauves-souris contribuent en effet à diminuer les dommages causés par certaines espèces nuisibles à l’agriculture (notamment aux cultures de maïs et de coton) et à la foresterie. « Les États-Unis ont évalué à plusieurs milliards les pertes économiques associées au syndrome du museau blanc, car les agriculteurs sont désormais obligés d’épandre davantage d’insecticides, ce qui augmente leurs coûts de production », fait remarquer M. Michel Delorme.

Les chauves-souris diminuent aussi les risques de contracter des maladies transmises par des insectes, comme le virus du Nil, ajoute M. Medellin, qui souligne par ailleurs le rôle indispensable des chauves-souris qui s’alimentent de nectar de fleur ou de fruit. « Dans les pays tropicaux comme le Mexique, de nombreuses chauves-souris mangent des fruits et dispersent ainsi les graines de plusieurs espèces végétales importantes économiquement. Le rétablissement des forêts tropicales dépend en majeure partie de la dispersion des graines par les chauves-souris. La nuit, les chauves-souris sont beaucoup plus nombreuses que les oiseaux et dispersent ainsi beaucoup plus de graines que les oiseaux. Elles dispersent entre trois et cinq graines par mètre carré chaque nuit, alors que les oiseaux en dispersent entre une et deux par mètre carré par jour. »

Le professeur Medellin décrit aussi l’importance d’une espèce de chauve-souris qui se nourrit du nectar de l’agave, la plante servant à la préparation de la tequila. Depuis quelques années, les producteurs de tequila ne comptent plus sur la pollinisation par les chauves-souris des plants d’agave dans l’espoir d’accélérer la production. Ils empêchent les plants d’agave de fleurir et replantent les pousses qui apparaissent à la base des plants. « Mais ces plants ne sont que des clones de la plante mère. En raison de cette nouvelle façon de faire, 40 % des agaves utilisés pour la production de tequila sont malades. Et la maladie prospère en raison de la disparition de la diversité génétique des plants. Plusieurs plants meurent à l’âge de cinq ou six ans, alors que normalement on les récolte à l’âge de sept ou huit ans », explique le chercheur.

Depuis quelques années, M. Medellin encourage certains producteurs de tequila à laisser fleurir un certain nombre de plants d’agave afin de permettre aux chauves-souris de procéder à la pollinisation, ce qui contribuera à incorporer davantage de diversité génétique. « Le problème ne sera pas résolu en une année, cela prendra au moins 10 ans avant qu’on ne voie une hausse de la diversité génétique, mais les producteurs n’ont plus d’autre choix », affirme le chercheur.

Rodrigo Medellin croit fermement en l’importance de sensibiliser le public aux bienfaits des chauves-souris. Cette démarche est essentielle pour assurer leur survie, dit-il, en précisant que seulement 1 % des chauves-souris seraient porteuses du virus de la rage. Même si la prudence est de mise, le risque demeure néanmoins minime, fait-il valoir. Mme Desrosiers recommande toutefois, après tout contact avec une chauve-souris, de laver immédiatement la peau exposée durant 10 à 15 minutes, avec de l’eau et du savon, et de communiquer rapidement avec Info-santé au 811.

Huit espèces québécoises

Parmi les 970 espèces de chauves-souris qui existent à travers le monde, huit vivent au Québec. Toutes les espèces québécoises sont insectivores et, pour assurer leur survie durant l’hiver, une saison marquée par l’absence d’insectes, trois espèces migrent vers le Sud et les cinq autres entrent en hibernation.

Espèces migratrices : chauve-souris rousse (Lasiurus borealis), chauve-souris cendrée (Lasiurus cinereus), chauve-souris argentée (Lasionycteris noctivagans).

Espèces hibernantes : petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus), chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis, chauve-souris pygmée (Myotis leibii), pipistrelle de l’Est (Perimyotis subflavus), grande Chauve-souris brune (Eptesicus fuscus).

Espèces menacées : selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), la petite chauve-souris brune, la chauve-souris nordique et la pipistrelle de l’Est sont « en voie de disparition » au Canada.

Hibernation

C’est dès le mois d’octobre, après avoir emmagasiné une réserve de graisse pouvant atteindre jusqu’à 30 % de leur poids, que les chauves-souris entrent en hibernation dans une grotte ou une mine désaffectée où règnent une humidité élevée et une température légèrement au-dessus du point de congélation.

Elles abaissent leur température corporelle (à entre 3 °C et 6 °C) et leurs rythmes respiratoire et cardiaque (à 25 battements/minute) à un niveau minimum leur permettant de rester en vie tout en consommant le moins d’énergie possible. Suspendues la tête en bas, elles demeurent dans cet état de torpeur pendant près de 200 jours, ne se réveillant qu’une fois par mois pour boire et déféquer.

Écholocation

Animal nocturne, la chauve-souris repère les obstacles devant elle et les proies à l’aide d’un système d’écholocation qui consiste à émettre des ultrasons inaudibles pour l’humain. Lorsqu’ils frappent un insecte ou un objet, ces ultrasons rebondissent en direction de la chauve-souris qui les capte et les analysent. La réflexion de ces ondes sonores la renseigne ainsi sur la direction, la distance, la taille de l’insecte. Une petite chauve-souris brune peut ainsi capturer jusqu’à 600 insectes en une heure. Chaque chauve-souris émet un cri caractéristique de son espèce.
 
Au Mexique


Le Mexique compte 138 espèces différentes de chauves-souris. Certaines sont insectivores comme au Québec, mais d’autres sont frugivores, carnivores  piscivores, ou s’alimentent de nectar de fleur. Trois espèces se nourrissent de sang. Or, même ces trois espèces vampires  peuvent être bénéfiques, car des chercheurs viennent de découvrir que leur salive renferme un composé qui détruit les caillots sanguins sans les effets secondaires des anticoagulants courants, souligne Rodrigo Medellin
 
Réseau québécois d’inventaires acoustiques de chauves-souris

Le Réseau a été mis en place en 2000 dans le but de mieux connaître les populations de chauves-souris du Québec.

Il comprend 16 parcours d’écoute dans 16 régions du Québec. Ces parcours forment une boucle de 20 km qui passe habituellement près d’un plan d’eau, d’un milieu boisé ou d’une zone où subsistent des arbres morts dans lesquels les chauves-souris se réfugient. « On privilégie aussi les secteurs résidentiels où les maisons ou les arbres matures sont abondants et où on trouve des lampadaires qui attirent les moustiques », précise Nathalie Desrosiers, du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Les inventaires sont effectués entre le 15 juin et le 31 juillet de chaque année. Ils débutent 20 minutes après le coucher du soleil et se poursuivent jusqu’à minuit. Deux techniciens du ministère se déplacent à bord d’un véhicule automobile et pointent leur détecteur en direction du ciel. Quand ils entendent un cri de chauve-souris — celui qu’elles poussent pour communiquer entre elles est perceptible par l’oreille humaine — ils mettent en marche leur détecteur, qui enregistre alors les ultrasons émis par la chauve-souris. L’endroit où la chauve-souris est détectée est localisé à l’aide d’un GPS.

En laboratoire, les enregistrements sont analysés à l’aide d’un logiciel permettant de visualiser les cris sous forme de sonagrammes, ce qui permet de reconnaître la signature vocale (échographique) de l’espèce de chauve-souris observée. « On peut ainsi documenter la distribution et l’abondance des différentes espèces de chauves-souris dans chacune des régions et comparer les données d’une année à l’autre », explique Michel Delorme, ancien gestionnaire des collections vivantes et de la recherche au Biodôme et créateur du réseau.

« Depuis 2010, le ministère n’a plus les ressources financières nécessaires pour effectuer les analyses. Nous continuons tout de même à faire les inventaires en raison du déclin des populations », précise Mme Desrosiers, avant de souligner l’existence du Réseau de suivi des maternités. « On demande aux citoyens de nous signaler les endroits où des chauves-souris et leurs petits passent l’été, ce qui nous permettra de faire le décompte des femelles et des petits. »

Suivi des hibernacles

Les techniciens de la faune du ministère visitent les hibernacles (sites où hibernent les chauves-souris) en automne ou au printemps, dans le but de dénombrer les individus des colonies. Ces suivis ont été interrompus afin de ne pas déranger les chauves-souris durant une période où elles sont particulièrement sensibles au syndrome du museau blanc.

Comité de rétablissement des chauves-souris

Il y a un peu plus d’un an, le ministère a réuni un comité d’experts ayant le mandat de planifier des stratégies pour réduire les principales menaces qui pèsent sur l’espèce, dans l’espoir de rétablir les populations.