Le grand collisionneur reprend du service

Berlin — Le plus grand accélérateur de particules du monde a été remis en service, cette fin de semaine, après un arrêt de deux ans pour améliorer ses équipements, donnant le coup d’envoi d’une nouvelle mission qui pourrait permettre aux scientifiques de percer certains mystères de l’Univers.

Dimanche, les scientifiques du Centre européen de recherche nucléaire (CERN) ont lancé deux faisceaux de protons dans l’anneau de 27 kilomètres du Grand collisionneur de hadrons, installé dans un tunnel sous la frontière franco-suisse, près de Genève.

Le collisionneur a précédemment permis de découvrir le boson de Higgs, une particule élémentaire qui a longtemps fait l’objet de théories sur la structure de l’Univers, mais dont l’existence n’a été confirmée qu’en 2013.

Cette fois-ci, le collisionneur fonctionnera avec deux fois plus d’énergie. Dans les trois prochaines années, les scientifiques espèrent confirmer d’autres théories de la physique, notamment en ce qui concerne la matière noire de l’Univers.

Le CERN a indiqué que la remise en service du collisionneur s’était déroulée plus rapidement et plus facilement que prévu. Néanmoins, il faudra encore attendre avant qu’il fonctionne à pleine vitesse et que les collisions de particules puissent commencer.

Joerg Wenninger, coordonnateur des opérations du collisionneur, a indiqué qu’il faudrait encore de six semaines à deux mois pour établir les premières collisions stables permettant de mener des expériences, car il faut encore lancer un à un les instruments et les systèmes.

La matière noire et l’énergie sombre composent l’essentiel de l’Univers, mais les scientifiques n’ont pas encore été en mesure de les voir ; c’est pourquoi ils cherchent à les apercevoir dans des collisions à haute vitesse de particules, dans des expériences en orbite menées à bord de la Station spatiale internationale, ou dans les mines souterraines très profondes.

Le CERN a dépensé l’équivalent de 187 millions $ CAN pour améliorer le Grand collisionneur de hadrons.