En bref - Le syndrome de Garfield

Il n'y a pas que les enfants et les adultes des pays riches qui soient frappés par une épidémie d'obésité : leurs chats aussi !

Dans l'ensemble du monde occidental, un chat sur quatre est maintenant trop gros, selon un rapport de 500 pages du Conseil national de recherche des États-Unis. La tendance aurait particulièrement pris du ventre dans les années 90. Et bien qu'on manque de données précises, les experts ne seraient pas étonnés d'apprendre que la courbe à la hausse de l'obésité féline suit en parallèle celle des humains...