Jardin botanique de Montréal - ​Floraison avortée pour la fleur cadavre

La rare et spectaculaire floraison de la fleur cadavre n’aura pas lieu.
Photo: ?Espace pour la vie / Lise Servant La rare et spectaculaire floraison de la fleur cadavre n’aura pas lieu.

Au Jardin botanique de Montréal, elle était attendue avec la même fébrilité que des triplets à Sainte-Justine. La nauséabonde s’est fait désirer pendant 130 jours, tenant en alerte les horticulteurs, prêts à aller humer son haleine fétide en pleine nuit. Or la rare et spectaculaire floraison de la fleur cadavre n’aura pas lieu, avortée en pleine lancée, pour cause probable de panne climatique.

Le spécimen d’Arum titan, aussi appelé Amorphophallus titanum en raison de son très suggestif spadice phalloïde, a été retiré en début de semaine des serres d’expositions du Jardin botanique, où devait se produire sa courte floraison, inversement proportionnelle à l’intensité de son parfum immonde. « En début de semaine, la plante a montré des signes de dépérissement et son spadice s’est affaissé », explique Andrée Hallé, responsable de l’interprétation dans les serres du Jardin botanique.

Si l’on s’excitait tant autour de ce spécimen végétal, c’est que l’Arum titan, en plus d’être la plus grosse et la plus pestilentielle fleur au monde, a aussi le caprice de ne fleurir qu’après dix ou douze ans de croissance et de menus soins. Or l’excentrique, issue des forêts de Sumatra, a expié tout son saoul mardi dans la nuit, avant même d’avoir pu étaler sa corolle asphyxiante au vu et au nez de tous. Épiée par un essaim de botanistes depuis le début du processus floral, entamé fin juillet, la gueuse, accro au soleil tropical, a manqué de souffle, semble-t-il. Après 130 jours d’effort, elle s’est étiolée avant de propulser sa bombe puante. « Le raccourcissement des jours a sûrement joué un rôle. La plante est retournée dans les serres de production », affirme Mme Hallé.

Après des mois de scandales, de maires toxiques et d’odeurs de corruption à Montréal, la bougresse a peut-être craint de ne pas être à la hauteur de la compétition ? Mais l’originale n’est pas partie sans livrer un dernier souffle fielleux. Après l’émission de chaleur à la base du spadice, les fleurs femelles, cachées par la corolle, ont éclos, laissant filer un fumet à nul autre pareil. Les fleurs mâles, elles, n’ont jamais fleuri. « Mardi soir, une odeur vraiment repoussante a émané des spathes entrouvertes. C’était vraiment plus qu’une vague odeur ! », a indiqué la spécialiste.

L’inflorescence de la plante desséchera petit à petit, pour ne garder qu’une feuille géante, destinée à stocker l’énergie dans son tubercule de plusieurs kilos. L’originale tombera en dormance pendant au moins trois à quatre ans, avant de fomenter un autre coup fumant.

Une odeur à la hauteur de sa réputation

L’Arum titan s’est attiré le sobriquet de plante cadavre en raison de son parfum répugnant, qui a pour but d’attirer les bestioles amatrices de viande avariée. Ce Chanel pour mangeurs de carcasses est assez puissant pour être détecté à 800 mètres à la ronde. En dépit des apparences, la plante n’est pas carnivore. « C’est une plante de la famille des Aracées. Elle ne se nourrit pas d’insectes, mais les utilise pour polliniser les fleurs mâles et femelles qui se trouvent à la base de son spadice », explique Sylvie Perron, chef de division à la section horticulture et collection du Jardin botanique.

Contrairement aux fleurs qui attirent abeilles ou papillons, l’Arum titan enjôle avec ses effluves fétides les scarabées et mouches nécrophages qui accourent pour trotter sur les grappes de fleurs situées à la base de son spadice, au summum de la floraison.

C’est le soir venu que la plante exhale son funeste arôme. Le spécimen du Jardin botanique, reçu en 1999 de la Belgique, s’est développé à partir de bulbilles d’une autre plante. Sous nos latitudes, le « Phallus de Titan » ne croît qu’en serre, exposé à la lumière et à de fortes chaleurs. « Si ces plantes sont si prisées, c’est à cause de la rareté et de l’originalité de leur floraison qui est la plus grande au monde, dit Mme Perron. Certains plants ont produit des spadices de plusieurs mètres de hauteur. » Même chez les fleurs, on se bat pour avoir droit de cité dans le Guinness. Le record actuel est détenu par un spécimen du New Hampshire dont le spadice a atteint 3,10 mètres en 2010.

Excessive en tout, Amorphophallus titanum croît à partir d’un tubercule géant en forme de patate, pesant à terme autour de 100 kg. Cet imposant organe de réserve permet à la plante d’assurer sa lente croissance jusqu’à sa spectaculaire et rarissime floraison. Menacée par la déforestation et le pillage dans son milieu naturel, la plante a été désignée « espèce vulnérable » en 1997 et placée sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature.


2 commentaires
  • France Marcotte - Abonnée 29 novembre 2013 11 h 22

    Tu nous inspires, fleur cadavre

    «Après des mois de scandales, de maires toxiques et d’odeurs de corruption à Montréal, la bougresse a peut-être craint de ne pas être à la hauteur de la compétition ?»

    C'est ça ou autre chose, un mystérieux attrait.

  • Annie Bussières - Abonné 29 novembre 2013 14 h 42

    La fleur cadavre, une beauté qui pue.