Vraisemblablement un météore…

Le 15 février dernier, un météore d’environ 11 tonnes avait explosé dans le ciel de la Russie, laissant voir une traînée lumineuse caractéristique. Le ciel étant couvert, cette lumière n’a pu être observée dans le cas de l’objet ayant causé un émoi, mardi soir, dans l’ouest du Québec.
Photo: Agence France-Presse (photo) Oleg Kargopolov Le 15 février dernier, un météore d’environ 11 tonnes avait explosé dans le ciel de la Russie, laissant voir une traînée lumineuse caractéristique. Le ciel étant couvert, cette lumière n’a pu être observée dans le cas de l’objet ayant causé un émoi, mardi soir, dans l’ouest du Québec.

C’est fort vraisemblablement l’entrée dans l’atmosphère terrestre d’un météoroïde, un gros caillou venu de l’espace qui, par son bruit retentissant, a provoqué l’émoi des habitants de l’ouest de Montréal, de l’Outaouais, de l’est de l’Ontario et du nord de l’État de New York, mardi soir vers 20 h.

 

Différents témoignages d’internautes indiquent que le bruit a été entendu sur plusieurs centaines de kilomètres, ce qui exclut un phénomène météorologique local comme un coup de tonnerre, voire l’explosion d’un transformateur, d’autant qu’Hydro-Québec n’a relevé aucun bris sur l’ensemble de son réseau. Selon Robert Lamontagne, professeur d’astronomie à l’Université de Montréal, « l’explication la plus cohérente » est celle d’une météorite, mais elle ne peut être confirmée pour le moment vu l’insuffisance des informations recueillies. Les témoins sont nombreux à avoir relaté le bruit, mais personne n’a vu la caractéristique traînée lumineuse de ce corps en fusion étant donné que le ciel était couvert. Seuls quelques rares individus affirment avoir vu une lueur bleue, jaune ou blanche dans le ciel — rien de comparable à ce qui avait été observé en Russie le 15 février dernier alors qu’un météore d’environ 11 tonnes avait explosé à son entrée dans l’atmosphère.

 

Un bang supersonique

 

Un caillou provenant de la ceinture d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter ou tout simplement un fragment de Mars ou de la Lune serait donc à l’origine de ce phénomène. Lorsqu’il a pénétré dans l’atmosphère terrestre, la friction de l’air l’aurait chauffé et rougi, d’où la formation d’une traînée lumineuse, que l’on désigne sous le nom de météore. Lors de sa traversée de l’atmosphère, le caillou voyageait à une vitesse pouvant atteindre 60 000 km/h, une vitesse supérieure à celle du son dans l’air qui a entraîné ce bang supersonique qui se fait normalement entendre quand un avion franchit le mur du son. « Il est aussi possible qu’une partie du bruit soit due à la désintégration du caillou à plus basse altitude », explique M. Lamontagne. Très souvent, quand le caillou est relativement peu massif, tous les débris brûlent dans l’atmosphère. Mais parfois, certains débris survivent à la traversée et atteignent le sol, c’est ce qu’on appelle des météorites. Aucun débris n’a été retrouvé à la suite du bruit de mardi soir, et cela risque d’être difficile d’en dénicher, car il y a eu très peu de témoins qui auraient pu nous renseigner sur la trajectoire de l’objet céleste. De plus, il s’agira vraisemblablement de tout petits cailloux bien banals à côté de ce qui avait été trouvé en Russie.

3 commentaires
  • France Marcotte - Abonnée 28 novembre 2013 08 h 14

    Le ciel noir plein de mystères

    ...«de tout petits cailloux bien banals», mais en pleine zone habitée.

    Projeté de cette hauteur, je n'aurais pas voulu être fauchée par l'un d'eux en traversant une rue.

    On nous infantilise. N'ayez crainte, aucun malheur ne viendra perturber vos achats de Noël.

    • Marc Lacroix - Abonné 28 novembre 2013 18 h 18

      Mme Marcotte, pourquoi parler d'infantilisation ? Le caillou était probablement petit et s'est simplement désintégré, il n'y a pas d'infantilisation dans ça, on n'a pas trouvé de trace !

    • France Marcotte - Abonnée 29 novembre 2013 11 h 47

      Ah bon, si vous le dites.

      L'article, lui, ne le dit pas.