CRCHUM en PPP : le délai et le budget ont été respectés

Sur la rue Saint-Denis, au-dessus de l’autoroute Ville-Marie, on inaugurait mardi en grande pompe les deux nouveaux bâtiments qui accueilleront les scientifiques du Centre de recherche du CHUM. On saluait aussi le fait que le projet réalisé en partenariat public-privé a été complété dans les délais prévus et sans dépasser le budget établi au départ.

 

Voisin du futur mégahôpital qui continue de s’élever au gré du fourmillement incessant des ouvriers, le CRCHUM rassemblera en un même lieu les quelque 160 équipes de recherche qui étaient dispersées en six endroits distincts au sein des différents pavillons du CHUM. Cette masse critique d’environ 350 chercheurs et 345 étudiants gradués fera du CRCHUM « l’une des 10 ou 15 plus grandes concentrations de recherche biomédicale au monde », a souligné le directeur du CRCHUM, Jacques Turgeon.

 

Les deux tours reliées entre elles par une passerelle hébergeront des laboratoires de recherche fondamentale et clinique, de même qu’un centre intégré d’enseignement et de formation qui permettra aux étudiants de simuler des interventions cliniques, de même qu’une garderie de 80 places. « L’idée de rassembler sous un même toit les 160 équipes de recherche vise à créer un continuum entre la recherche fondamentale et la recherche clinique, et ce, à côté d’un hôpital universitaire. Cette proximité renforcera la synergie entre les chercheurs, les cliniciens et le personnel soignant au bénéfice des patients », a souligné Christian Paire, directeur général et chef de la direction du CHUM.

 

470 millions

 

Les deux édifices ont été érigés selon les normes de la certification Leed argent. Grâce à de nombreuses ouvertures sur toutes les façades, l’intérieur des bâtiments est inondé de lumière.

 

Ces infrastructures ont donc vu le jour grâce à un partenariat (PPP) signé entre le CRCHUM et Accès Recherche Montréal, au coût de 469,5 millions de dollars. Ce montant inclut la conception, la construction du projet, ainsi que les coûts de financement et ceux liés à l’entretien et au maintien pour les 30 prochaines années. Le ministre de la Santé, le Dr Réjean Hébert, qui était présent à l’événement, s’est dit heureux que l’échéancier ait été respecté, mais il précise que son gouvernement n’envisage aucun autre projet du genre. Il a également indiqué qu’il « demeure en mode évaluation, car il désire s’assurer que les avantages qu’on prédisait aux PPP seront au rendez-vous ».

À voir en vidéo