Français et technologie - Bombardier Aéronautique construit en français la Série C

Pierre Vallée Collaboration spéciale

L’entreprise Bombardier Aéronautique a remporté samedi dernier le prix Octas dans la catégorie « Le français dans les technologies de l’information » pour la francisation du système d’exploitation de la production à son usine de Mirabel.


« Le nouveau système d’exploitation de la production en français a été mis en place en 2012, explique Brigitte Larivière, vice-présidente aux services applicatifs en technologie informatique chez Bombardier Aéronautique, et il sert présentement pour la production de nos avions de la Série C. »


Le système d’exploitation de la production utilisé chez Bombardier Aéronautique est le système FlexNet, de la société Apriso. « Le système d’exploitation FlexNet est utilisé par nos équipes de production qui assemblent et testent les aéronefs. Il est utilisé sur le plancher de production et permet de suivre pas à pas nos activités et nos processus de production. »


Loin d’abandonner le système d’exploitation Flexnet, Bombardier Aéronautique a choisi plutôt de le franciser. « Ce fut un travail très complexe, car on devait choisir de façon très précise chacun des termes français. Il fallait s’assurer de la continuité du système. »


Cette francisation du système d’exploitation, en plus d’exiger de la précision, fut aussi assez laborieuse. « Le système FlexNet permet le transfert linguistique, mais, malheureusement, on ne peut pas faire ce transfert de façon automatique. Par exemple, si on remplace un terme anglais par un terme français, on ne peut pas ensuite demander au système d’effectuer le changement à chaque endroit dans le système où le terme est employé. Il faut faire chaque changement manuellement. Nous avons consacré 1800 heures de travail à la francisation du système d’exploitation. »


Si ce projet de francisation technologique s’est retrouvé aux Octas, c’est qu’il avait déjà reçu le prix Mérite du français dans les technologies de l’information décerné par l’Office québécois de la langue française. « En remportant le prix Mérite, nous étions automatiquement acceptés comme finaliste aux Octas. Nous avons voulu continuer l’aventure et nous avons soumis notre candidature. »

 

D’une pierre deux coups


Comme il est toujours préférable de regrouper ses efforts, la francisation du système d’exploitation de la production fut aussi l’occasion pour Bombardier Aéronautique de moderniser encore plus le système et d’en profiter pour éliminer le papier en passant aux appareils électroniques.


« Les cahiers de montage dont se servent les équipes de production sur le plancher ont toujours été sur un support de papier. On a profité de l’occasion de la francisation pour éliminer le papier et tout informatiser les cahiers de montage. Aujourd’hui, nos équipes de production se servent de tablettes intelligentes pour faire le suivi de la production et pour utiliser le système d’exploitation de la production. »


Autre problème de taille : il fallait que ce nouveau système d’exploitation de la production soit parfaitement intégré aux autres systèmes informatiques en usage dans l’usine de Mirabel. « Nous avons donc intégré le nouveau système d’exploitation aux six autres systèmes informatiques que nous utilisons, afin que l’information puisse circuler facilement entre les systèmes. Cela a nécessité la mise en place de 26 interfaces. Une équipe de 20 personnes a travaillé à temps plein pendant deux ans pour mettre en place le nouveau système et l’intégrer aux systèmes existants. »


Sans compter que, une fois le système en place, il a fallu former les employés. « Nous avons organisé une formation, ici même dans l’usine, donnée par nos gestionnaires. La formation allait de quatre heures à quatre jours, selon l’usage que l’employé était appelé à faire du système d’exploitation de la production. La formation était en premier de type magistral, car il fallait d’abord que les employés comprennent bien les processus en cause. Ensuite, les employés passaient à la tablette intelligente en ce qui concerne l’exécution et l’usage au quotidien. À ce jour, nous avons formé un peu plus de 300 employés. »


Pour la suite des choses


Bombardier Aéronautique entend bien déployer davantage ce nouveau système français d’exploitation de la production. « D’une part, ce système français d’exploitation de la production servira à la production de nos prochains avions d’affaires, soit le Global 7000 et le Global 8000, présentement en développement. De plus, nous comptons aussi le mettre en place dans notre nouvelle usine au Maroc, qui devrait entrer en activité en 2014. »


Quant à la partie dématérialisée du système d’exploitation de la production, qui a délaissé le papier pour la tablette électronique, l’intention de Bombardier Aéronautique est de répandre son usage dans l’ensemble de ses installations dans le monde. « Évidemment, dans nos autres usines, sauf celle du Maroc, le système d’exploitation de la production fonctionnera en anglais. Déjà, nous avons implanté ce système, mais de façon simplifiée car il fallait agir vite, à notre usine au Mexique. Le système complet sera bientôt mis en place. Ensuite, nous procéderons à l’installation dans chacune de nos autres usines. Ainsi, nous pourrons éliminer le papier pour le suivi du système d’exploitation de la production dans l’ensemble des usines de Bombardier Aéronautique dans le monde. » Dans tous les cas, il faudra évidemment mettre en place les formations appropriées.


 

Collaborateur

À voir en vidéo