Les autos et la sélection naturelle des oiseaux

Darwin n’avait sûrement pas prévu celle-là : des oiseaux urbains seraient en train de vivre une sélection naturelle… grâce à ceux qui survivent aux automobiles. Il s’agit des oiseaux qui construisent des nids sous les viaducs.

Deux ornithologues américains qui ont étudié pendant 30 ans un groupe en particulier, le Petrochelidon - une famille qui comprend plusieurs espèces d’hirondelles - viennent d’écrire que les oiseaux aux ailes courtes ont plus de chances d’échapper à une collision mortelle lorsqu’ils tombent du nid.


En 30 ans, la largeur moyenne des ailes - du moins dans cette région du Nebraska - serait passée de 111 à 106 mm. Or, une aile plus courte permet de virer plus vite…


En fait, pendant ces années, le nombre d’oiseaux retrouvés morts sur la route a diminué, bien que le nombre de nids sous les viaducs, lui, n’ait pas baissé. « Sur 30 ans, résume l’écologiste Charles Brown, vous pouvez voir ces oiseaux être sélectionnés pour leur habileté à éviter les voitures. »