Les autos et la sélection naturelle des oiseaux

Deux ornithologues américains qui ont étudié pendant 30 ans un groupe en particulier, le Petrochelidon - une famille qui comprend plusieurs espèces d’hirondelles - viennent d’écrire que les oiseaux aux ailes courtes ont plus de chances d’échapper à une collision mortelle lorsqu’ils tombent du nid.


En 30 ans, la largeur moyenne des ailes - du moins dans cette région du Nebraska - serait passée de 111 à 106 mm. Or, une aile plus courte permet de virer plus vite…


En fait, pendant ces années, le nombre d’oiseaux retrouvés morts sur la route a diminué, bien que le nombre de nids sous les viaducs, lui, n’ait pas baissé. « Sur 30 ans, résume l’écologiste Charles Brown, vous pouvez voir ces oiseaux être sélectionnés pour leur habileté à éviter les voitures. »

À voir en vidéo