L’Université Laval est toujours réticente au réseau sans fil public

L’Université Laval n’a toujours pas l’intention d’offrir au public l’accès gratuit à son réseau sans fil. Selon la direction, cela menacerait la sécurité de son réseau.


« Il faut comprendre que nos systèmes informatiques, ce n’est pas seulement un accès à Internet, explique le vice-recteur exécutif au développement, Éric Bauce. Il y a toutes sortes de ressources qui viennent avec ça. Pour nous, c’est une question de sécurité des systèmes. On ne peut pas laisser entrer quelqu’un comme ça. Des attaques informatiques, on en a des milliers par jour. »


Outre la sécurité, l’Université Laval invoque des coûts. « Nous, on a des licences à payer. Ce n’est pas gratuit notre accès. »


M. Bauce a accepté de fournir ces explications mercredi, en marge d’un colloque sur les villes intelligentes, un concept qui promeut justement le recours au sans-fil dans les villes.


L’Université offre l’accès au sans-fil gratuit, mais seulement à ses employés et aux étudiants. Pour accéder au réseau, les participants au colloque devaient entrer un code et un mot de passe inscrits sur une feuille qui leur étaient distribuée à leur arrivée. Le coordonnateur de ZAP Québec, Dave G. Pelletier a qualifié cette approche « d’archaïque ». « On est là à parler de Web et tout le monde a sa petite feuille avec son nom d’usager et son mot de passe, déplorait-il. C’est une vieille façon de concevoir le problème. Il serait temps que l’Université suive ses centres de recherches qui ont un pied dans l’avenir. »


Interrogé sur les problèmes de sécurité, M. Pelletier reconnaît toutefois qu’il est difficile d’assurer une sécurité absolue. « Est-ce qu’il y a des finfinauds qui arrivent à contourner les mécanismes de sécurité ? Oui », dit-il.


ZAP Québec milite pour l’accès public aux réseaux sans fil. Plusieurs institutions et entreprises y sont associées, comme l’Université du Québec, le Festival d’été ou encore les plaines d’Abraham. La Ville de Québec a pour sa part son propre réseau de bornes sans fil dans les centres communautaires et les bibliothèques.


À voir en vidéo