En bref - Le scientifique en chef critiqué

«On trouvait déplorable qu'un scientifique en chef ne s'adresse pas en premier à ses pairs, mais plutôt aux gens de l'industrie. On voulait solliciter son attention pour qu'il s'intéresse davantage aux questions de la science et du bien commun», a dit Jean Bernatchez, professeur à l'Université du Québec à Rimouski et signataire de la pétition.

À voir en vidéo