L'homme et la science - «Son principal legs scientifique est sans doute le développement et l'implantation de ce qu'il appelle l'écologie humaine»

Jessica Nadeau Collaboration spéciale

Ce texte fait partie du cahier spécial Pierre Dansereau, un scientifique remarquable

C'était il y a plus de cinquante ans, sur les bancs de l'Université Laval, dans un cours de botanique. Âgé d'à peine 18 ans, André Hade, étudiant en chimie, fait la rencontre de l'homme qui allait changer le cours de son cheminement scientifique.

«C'était un professeur qui sortait de l'ordinaire, il m'avait fait une excellente impression», se rappelle André Hade, aujourd'hui retraité du Département de chimie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Il se souvient d'avoir été décontenancé, car Pierre Dansereau ne se contentait pas d'enseigner à ses étudiants le strict alphabet des espèces et sous-espèces, il les amenait ailleurs, sortait du programme et faisait des liens avec d'autres sujets connexes.

«Ce qui l'intéressait surtout, c'était la forêt laurentienne, qu'il connaissait très bien, raconte André Hade. Et, ensuite, il avait parlé de la végétation en milieu urbain, et ça, c'était vraiment spécial et déroutant, on ne s'attendait pas à ça. C'était un professeur qui avait une pédagogie très ouverte, très étendue, et qui savait nous intéresser et éveiller nos sens à regarder plus loin que la stricte matière qu'il enseignait.»

L'année suivante, le professeur est parti s'installer à New York. André Hade, de son côté, a poursuivi ses études et est devenu enseignant à son tour. Déjà, il tentait d'appliquer les principes pédagogiques d'une démarche globale et interdisciplinaire qui l'avaient tant frappé dans ses cours avec Pierre Dansereau.

Au coeur des sciences de l'environnement

Les deux hommes se sont retrouvés plus tard, au début des années 1970, pour la création à l'UQAM du tout premier programme de maîtrise en sciences de l'environnement au Canada. André Hade était alors le directeur du programme, et Pierre Dansereau, l'instigateur et la pierre d'assise.

«J'ai été surpris, comme beaucoup d'autres, de voir qu'il revenait au Québec, à l'UQAM surtout, parce que, avec sa réputation, ses travaux et sa reconnaissance internationale qui lui a été accordée dès les années 1970, il aurait pu se retrouver n'importe où dans le monde à occuper un poste dans une université de grande réputation. Mais il a choisi l'UQAM...»

André Hade avoue qu'il était enchanté de retrouver son ancien professeur, mais qu'il était intimidé à l'idée de travailler avec lui. «De se retrouver, comme jeune professeur, à travailler avec quelqu'un de cette envergure, une personnalité aussi reconnue, aussi marquante, c'était un peu intimidant.»

Pendant les cinq ans au cours desquels André Hade a dirigé le programme, les deux hommes ont travaillé ensemble de façon «intensive et presque journalière». Ils sont naturellement devenus des amis, partageant un respect mutuel pour le travail de l'autre.

Pendant des décennies, ils ont travaillé dans le même pavillon, échangeant sur différentes théories, se consultant et collaborant au besoin. «Quand je frappais à sa porte, il était toujours disponible. Lorsque j'abordais un problème, que ce soir directement relié à ses activités ou non, il acceptait volontiers d'en discuter et prenait le temps nécessaire pour m'écouter et me donner son avis et son opinion.»

Au tournant des années 2000, lorsqu'il a publié un ouvrage de vulgarisation scientifique, Nos lacs: les connaître pour mieux les protéger, aux éditions Fides, André Hade a fait appel à son vieil ami pour en rédiger la préface. Le choix semblait tout naturel, d'autant plus que Pierre Dansereau avait lu le manuscrit et l'avait conseillé dans son oeuvre.

Ce sont, notamment, les concepts de solidarité biologique et de responsabilité sociale qui rejoignent les deux hommes autour de ce projet. «Lorsqu'on est un scientifique et qu'on pratique dans un domaine qui correspond à un secteur de l'environnement, forcément, on comprend mieux le sujet et on peut déceler des aspects qui sont particuliers, comme la fragilité. Et lorsqu'on identifie des éléments de fragilité, si on a le moindrement une conscience sociale, on va essayer de sensibiliser nos concitoyens pour améliorer les choses et limiter la détérioration qui peut se produire dans ce milieu en question.»

Un «vrai» intellectuel


André Hade n'a que de bons mots pour son ami Pierre Dansereau. «C'est un homme remarquable à tous les points de vue, affirme-t-il. Sur le plan de la personnalité, c'est un homme qui est aimable, gentil, très respectueux des autres, disponible et généreux. Il est même modeste. Sur le plan scientifique, c'est une personne d'une très grande envergure. Il est d'une intelligence phénoménale pour saisir les choses, établir des liens entre les disciplines et les exprimer.»

Pierre Dansereau est un intellectuel, un vrai, observe André Hade. «Lorsqu'il aborde un sujet, il s'y intéresse profondément, et non pas superficiellement comme c'est trop souvent le cas maintenant.»

Selon lui, l'apport de Pierre Dansereau au monde scientifique et à la société en général est majeur, tant sur le plan de la transmission des connaissances que sur le plan de la production de ces connaissances.«Son principal legs scientifique est sans doute le développement et l'implantation de ce qu'il appelle l'écologie humaine et qu'on appelle souvent maintenant les sciences de l'environnement au sens large. Il a innové en implantant cette notion, qui a été acceptée par le milieu scientifique, développée et qui est maintenant très largement appliquée.»

Au fil des années, Pierre Dansereau a été pour André Hade un professeur, un collègue, un ami et un conseiller. Mais il a toujours été un modèle. «L'apport que monsieur Dansereau a eu sur mon développement scientifique a été d'ouvrir mes horizons aux autres disciplines et de me faire découvrir toute la richesse de la pratique interdisciplinaire. Et, de ce point de vue, ça constitue un modèle à tenter d'imiter et à suivre, parce que ç'a changé mon cheminement scientifique. J'étais essentiellement un chimiste qui travaillait dans le domaine de la chimie. Et monsieur Dansereau, dans le cadre du programme en sciences de l'environnement, a ouvert mes horizons.»

***

Collaboratrice du Devoir