Marée noire: des chercheurs dénichent des bactéries affamées de pétrole

En juin 2010, un bateau tentait de limiter l’étalement du pétrole dans le golfe du Mexique.<br />
Photo: Daniel Beltr Reuters / Greenpeace En juin 2010, un bateau tentait de limiter l’étalement du pétrole dans le golfe du Mexique.

Où sont les millions de barils de pétrole déversés dans le golfe du Mexique en 2010? Une équipe de la Woods Hole Oceanographic Institution (WHOI) a trouvé, dans des échantillons de la nappe prélevée pendant le déversement, des bactéries hautement efficaces pour digérer l'or noir.

«À la vitesse à laquelle elles travaillent, nous avons calculé qu'elles ont le potentiel d'avoir digéré une grande partie du pétrole», explique le chimiste Benjamin Van Mooy, joint au téléphone par Le Devoir.

Si les médias ont rapporté certaines informations préliminaires — et parfois contradictoires —, on ne connaît pas encore l'état réel des fonds marins du golfe, précise Benjamin Van Mooy, puisque les équipes scientifiques qui les étudient n'ont pas encore publié leurs résultats. Il semble que les concentrations de pétrole aient radicalement baissé, à la surprise de plusieurs experts. D'ailleurs, les pêcheurs lancent à nouveau leurs filets.

Trois semaines après le colmatage de la fuite, la nappe de pétrole s'était disloquée. Se trouve-t-elle aujourd'hui sous l'eau? Les dispersants l'ont-ils diluée? S'est-elle évaporée? Où encore... les microbes l'ont-elle mangé?

Les bactéries trouvées par Benjamin Van Mooy et son étudiante Bethanie Edwards près de la plateforme Deepwater Horizon se montrent d'une efficacité surprenante. Celles prélevées à l'intérieur de la nappe étaient cinq fois plus efficaces que leurs congénères en surface. «Devant nos résultats, on ne peut que penser qu'elles ont eu un grand rôle à jouer, même s'il y a d'autres processus en jeux, comme l'évaporation du pétrole», dit M. Van Mooy. La biochimiste Bethanie Edward a même eu peur de révéler ses résultats: «[les compagnies pétrolières] pourraient minimiser la gravité des déversements, disant que les microbes vont tout nettoyer!» Leur recherche a été publiée hier dans le journal scientifique Environmental Research Letters.

Aussi efficaces soient-ils, ces microbes ne versent pas non plus dans la magie. En fait, ils consomment le pétrole tout comme nous respirons et mangeons pour nous maintenir en vie. Ces bactéries utilisent le pétrole et l'oxygène pour produire de l'énergie et excrètent en retour du dioxyde de carbone. La catastrophe environnementale a donc également contribué au relâchement de ce gaz à effet de serre dans l'atmosphère.

Les effets de la marée noire subsistent. «C'est toujours néfaste pour l'environnement, ajoute Mme Edwards, puisque des molécules toxiques persistent dans l'environnement sans être complètement dégradées par les bactéries.» Des polluants qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire.

Autre effet négatif: l'activité de ces bactéries diminue la concentration d'oxygène dans l'eau, ce qui peut créer des zones désertiques et sans vie. Effectivement, des chercheurs ont mesuré des baisses de 20 % des concentrations d'oxygène par endroits. Heureusement, à ce taux, la vie marine n'est pas encore menacée et les taux d'oxygène se sont stabilisés depuis.

Les chercheurs sont devant un autre mystère: qu'ont fait ces bactéries avec l'énergie produite? «Elles ne se sont pas davantage reproduites, ce qui est étrange», dit Mme Edwards. Le professeur Van Mooy croit qu'elles pourraient avoir fabriqué des gras et des sucres. Bref, elles ont potentiellement grossi plutôt que de faire des petits, ce qui sera testé dans une nouvelle étude.

Le golfe du Mexique montre une résilience étonnante, mais il faudra des années pour mesurer l'impact réel du déversement qui a suivi l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon.
5 commentaires
  • Sylvain Auclair - Abonné 3 août 2011 10 h 37

    Effet de serre...

    De toute manière, on l'aurait brûlé, ce pétrole.

    Va-t-il falloir un jour pasteuriser l'essence?

  • France Marcotte - Inscrite 3 août 2011 11 h 18

    Idée de scénario

    "La biochimiste Bethanie Edward a même eu peur de révéler ses résultats: «[les compagnies pétrolières] pourraient minimiser la gravité des déversements, disant que les microbes vont tout nettoyer!»"
    «C'est toujours néfaste pour l'environnement, ajoute Mme Edwards, puisque des molécules toxiques persistent dans l'environnement sans être complètement dégradées par les bactéries.»
    "Les chercheurs sont devant un autre mystère: qu'ont fait ces bactéries avec l'énergie produite? «Elles ne se sont pas davantage reproduites, ce qui est étrange» Le professeur Van Mooy croit qu'elles pourraient avoir fabriqué des gras et des sucres. Bref, elles ont potentiellement grossi plutôt que de faire des petits."
    Elles ont potentiellement grossi... On devrait mettre Spielberg là dessus.
    En 2015, des bactéries géantes font leur apparition dans le golfe du Mexique.
    Cette fois elles bouffent les plateformes de forage pour venger les crevettes.

  • France Marcotte - Inscrite 3 août 2011 14 h 05

    M.Auclair

    Vous confirmez il me semble que vous n'êtes pas très fort en chimie...ou en biologie.
    Les bactéries ne sont pas dans le pétrole, elles le dégradent.
    "Ces bactéries utilisent le pétrole et l'oxygène pour produire de l'énergie et excrètent en retour du dioxyde de carbone. La catastrophe environnementale a donc également contribué au relâchement de ce gaz à effet de serre dans l'atmosphère."
    Mais cette transformation chimique n'est pas complète: "des molécules toxiques persistent dans l'environnement (dans l'eau) sans être complètement dégradées par les bactéries. Des polluants qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire."

  • Claude Kamps - Inscrit 3 août 2011 16 h 38

    Comme quoi la panique est pas la bonne arme....

    mais les gens qui sont payés pour nous faire peur, comme Greenpeace, c'est leur seule source de revenu, devrait revoir leurs discours qui ressemble étrangement à celui des politiciens qui «ne veulent que notre bien» surtout si tout les 4 ou 5 ans ils reviennent au pouvoir, même avec des mensonges gros comme des sacoches !!!

    C'est pas la première fois que la terre à des coulées de pétroles bruts, elle a de quoi se défendre !! Je suis curieux de savoir, ce qui est plus intéressant, si ce phénomène est le même dans des mers froides ??

  • France Marcotte - Inscrite 3 août 2011 16 h 55

    M.Kamps

    Je vois que vous n'êtes pas un abonné.
    Avez-vous lu autre chose que le titre de l'article?
    Vous faites un commentaire à partir de quoi au juste?