La STM repousse le logiciel libre

On efface tout et on refait la même chose. La Société de transport de Montréal (STM) envisage, pour une deuxième fois, d'exclure les logiciels libres d'un important appel d'offres visant à acquérir plus de 2500 suites bureautiques. Avec deux études «sérieuses et documentées» en main pour justifier son geste, la STM se prépare donc à accorder ce contrat évalué à 500 000 $ à la multinationale américaine Microsoft, et ce, même si Québec vient d'adopter une nouvelle loi pour faire plus de place aux logiciels libres dans l'administration publique.

«Nous avons commandé deux études qui recommandent l'acquisition de la suite Microsoft en raison des coûts d'intégration plus élevés si on envisageait du logiciel libre», a indiqué hier au Devoir Marianne Rouette, porte-parole de la STM. Les analyses en question ont été pilotées par CGI, en collaboration avec la société de transport, pour l'une et par le Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM), pour l'autre. «Pour le moment, le nouvel appel d'offres n'a pas été lancé, mais il pourrait cibler uniquement ce [logiciel privatif]», ajoute-t-elle.

Des pressions

En septembre dernier, la STM avait suspendu son appel d'offres visant l'acquisition de 2577 licences de la suite bureautique Microsoft Office 2010 à la suite des pressions exercées par l'Association pour l'appropriation collective de l'informatique libre (FACIL). En substance, le groupe de pression déplorait le biais de l'appel d'offres favorisant un produit précis et surtout l'absence de mise en concurrence réelle avec des solutions informatiques dites ouvertes.

Les produits Microsoft sont associés à des formats informatiques dits propriétaires qui induisent une dépendance à la multinationale américaine. En juin 2010, les tribunaux du Québec ont d'ailleurs établi l'illégalité de ce type d'appel d'offres dans une cause opposant la Régie des rentes du Québec et la boîte de consultants en informatique libre Savoir-Faire Linux. L'attribution d'un contrat de 723 000 $ pour des produits Microsoft sans évaluation d'équivalent en format ouvert était alors au coeur du litige.

Tout en disant avoir adopté du logiciel libre à d'autres endroits de son administration, la STM se prépare toutefois à reprendre son appel d'offres pour le remplacement de suites bureautique là où elle l'avait laissé. L'appel, dans sa forme Microsoft-centriste, a été annulé en avril dernier. Un nouvel appel pourrait être lancé cet automne.

Notons qu'au début du mois de juin, Québec a adopté la Loi sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises du gouvernement — c'est son titre —, qui vise à favoriser la prolifération du logiciel libre dans l'appareil gouvernemental. Dans les grandes lignes, la loi appelle les «organismes publics» à «considérer les logiciels livres au même titre que les autres logiciels», peut-on lire. Et ce, afin d'assurer «la pérennité du patrimoine numérique gouvernemental».

À ce jour, plusieurs gouvernements, dont celui de Barack Obama aux États-Unis, ont pris ce genre de décisions afin de faire plus de place à l'informatique ouverte, en opposition aux logiciels propriétaires fermés. La diminution des coûts d'acquisition, une plus grande flexibilité informatique et une meilleure sécurité des données gouvernementales sont aussi mises de l'avant pour expliquer cet appel à la mutation informatique et à l'adoption plus large du logiciel libre.
3 commentaires
  • André Cotte - Abonné 29 juin 2011 07 h 46

    Quand on est drogué aux logiciels propriétaires... difficile de se sevrer

    Je crois qu'on exagère toujours la différence entre des logiciels libres et propriétaires au niveau de l'efficacité et de la convivialité. Les principes devraient primer à l'occasion.

    Les sacro-saintes habitudes qu'il ne faut pas bousculer, voilà ce qui retarde l'utilisation de solutions moins coûteuses et plus avantageuses à moyen et à long terme.

    Les études faites par la STM sont-elles publiques (tient on se retrouve encore dans le libre, l'Open Data) ? J'aimerais bien y jeter un coup d'oeil, moi qui ne carbure qu'aux logiciels libres depuis plus de 5 ans.

  • Luc Fortin - Inscrit 29 juin 2011 14 h 06

    Tant qu'à vouloir être ouvert...

    Et si celui qui réclame de l'Open Data débutait en prêchant par l'exemple? Avez-vous des liens avec FACIL et Savoir-faire Linux?

    Soyons 100% Open Data!!! 8;-)

  • Marc Lavallée - Inscrit 5 juillet 2011 08 h 21

    Désolant

    La STM agit ainsi comme un prestataire de services privés, en protégeant des intérêts qui ne sont pas ceux des citoyens montréalais. Avec une telle mentalité de PPP, ceux qui commandent et produisent ces "études" ne sont probablement pas des utilisateurs de la STM (ni de logiciels libres), et leur ingéniosité se limite ici à contourner une nouvelle loi qui sert de levier pour l'innovation.

    La STM devrait pourtant être un vecteur de changement en milieu de travail, là où c'est toujours le plus efficace. Un organisme public se doit d'incarner l'intelligence et la modernité, tout en inspirant la solidarité. Faire la promotion du transport en commun à Montréal, ça passe aussi par la transmission des valeurs de la STM.