C'est la fin pour le .qc sur le Web

Le Québec n'existera plus sur le Web. Enfin, c'est tout comme puisqu'il est dorénavant impossible d'enregistrer une adresse Internet se terminant par .qc.ca. Seules les adresses comprenant .ca sont maintenant reconnues par l'autorité canadienne compétente en la matière.

Pour compenser, des internautes québécois préparent le dépôt d'une demande de reconnaissance internationale qui permettrait la création du nom de domaine .québec. Avec l'accent s'il vous plaît...

L'Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI), un organisme sans but lucratif, a lancé il y a deux semaines un nouveau système d'enregistrement de noms de domaine «restructuré et rationalisé». L'ACEI gère ce registre depuis une dizaine d'années, après l'avoir récupéré d'une université canadienne. La demande a évidemment explosé. Le registre compte maintenant 1,5 million d'entrées se terminant par .ca. La présente réforme a mis deux ans à aboutir.

Jusqu'ici, en même temps que les .ca, l'ACEI gérait les noms de domaine des niveaux dits inférieurs, provincial (comme cat.on.ca pour l'Ontario) et municipal (comme ottawa.on.ca). Le Musée des beaux-arts de Montréal a par exemple pour adresse mbam.qc.ca.

Or, ces sous-catégories comptent pour à peine 0,68 % du total canadien et pour moins de 1 % du lot au Québec aussi. D'ailleurs, fait étonnant, même si le Québec rassemble le quart de la population canadienne, il n'enregistre que 10 % des noms de domaines. À ce compte, il n'existe «que» 10 000 à 12 000 .qc.ca, dont certains importants tout de même, comme assnat.qc.ca, qui renvoie au site de l'Assemblée nationale.

C'est ceci qui a tué cela, et rien d'autre, selon l'organisme basé à Ottawa. «La population a tranché, explique Byron Holland, président et chef de la direction de l'ACEI. Il n'y a pas de demandes suffisantes pour ces noms. Leur existence complexifie le système et utilise des ressources. Mais la raison principale, c'est vraiment que les gens ne les utilisent pas. Le peuple a parlé.»

L'Autorité canadienne ne gère que les .ca et laisse à d'autres organismes le contrôle des .org. .com et .net. Par contre, l'ACEI respectera les droits acquis et continuera de gérer les noms des niveaux inférieurs existants. «Ces noms demeureront enregistrés jusqu'à ce qu'ils soient supprimés par le titulaire», indiquent les documents officiels. Un enregistrement coûte moins de 50 $ par année.

Le président Holland ajoute que le Canada est un des seuls pays au monde ayant conservé cette division provinciale et municipale. Les Allemands n'ont que le .de. Le site touristique de la ville hanséatique de Lübeck dans le Schleswig-Holstein a comme adresse luebeck-tourismus.de et pas luebeck-tourismus.luebeck.sh.de.

Porte ouverte


Normand Fortier ne se laisse pas abattre, au contraire. Il est le président-fondateur de PointQuébec, un organisme tout entier voué à la création de cette nouvelle place sur le Web. «On ne peut pas avoir un .qc, parce que deux lettres, c'est réservé à un pays, dit-il. Le Québec n'est pas un pays. Par contre, l'organisme international qui gère les extensions a ouvert une porte pour qu'on puisse déposer un nouveau nom, une extension générique de premier niveau, ce qui permettrait d'avoir une adresse du type monentreprise.québec.»

Normand Fortier a lancé ce projet en 2007, soit avant la mutation de l'ACEI. La demande de reconnaissance sera déposée l'an prochain auprès de l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN). La Catalogne a ainsi développé sa propre identité sur le net (avec .cat), et des demandes similaires seront déposées pour obtenir des comptes .berlin, .paris, .bzh (Bretagne), .nyc (New York), cym (Pays de Galles). sco (Écosse) et même .lat, pour toute l'Amérique latine. Tous ces noms seraient des LCTLD, soit des Linguistic and Cultural Top-Level Domain, par opposition aux deux lettres CCTLD qui désignent des Country Codes.

La désignation PointQuébec pousse même l'audace jusqu'à conserver l'accent sur le premier e, même s'il serait possible de ne pas l'indiquer dans l'adresse. «Je veux que le Québec ait son espace Web, dit M. Fortier, un entrepreneur du Web. Je veux que la culture et la langue du Québec aient leur identité dans le "Nouveau Monde" technologique.»

D'un côté, Normand Fortier s'avoue «très content» de la décision d'éliminer le qc.ca, puisqu'il laisse le champ libre à sa nouvelle appellation contrôlée. «Ça nous aide dans notre projet, dit-il. D'un autre côté, si quelqu'un a un site Web qc.ca et qu'il oublie de renouveler ce nom, il ne pourra jamais le retrouver.»

La demande d'une extension générique de premier niveau exclusive au Québec dans Internet de l'organisme PointQuébec a reçu un appui unanime de l'Assemblée nationale en juin 2008. M. Fortier a besoin d'environ 250 000 $ pour mener à bien son projet, dont 185 000 $ pour le seul dépôt du dossier. «On cherche des partenaires économiques, dit-il. On est à 99,9 % de chance d'avoir notre .québec. Mais on ne sait jamais.»

Le dossier devrait aboutir à l'ICANN entre mars et juin prochains. La réponse arriverait à l'automne, avec un délai d'un an pour implanter le système en cas d'approbation de .québec. «Le .qc est toujours disponible, mais il faudrait que le Québec devienne indépendant pour l'utiliser, dit finalement M. Fortier. Mais je ne crois pas que ce soit demain la veille.»
29 commentaires
  • Guillermo Navarro Garcia - Inscrit 26 octobre 2010 06 h 14

    Pourquoi ne pas avoir de .qc tout simplement?

    Les catalans ont le .cat pourquoi le Québec n'aurait pas le .qc tout simplement?

  • oracle - Inscrit 26 octobre 2010 06 h 48

    Inutilement provocateur.

    L'argumentaire ne me paraît pas très convaincant. L'instance désignée par autorité canadienne compétente ignore sans doute que dans bien des cas le citoyen reste beaucoup plus sensible aux "irritants" qu'au contenu plus substantiel de la question de fond.
    Dans le sujet en référence, cette initiative inutilement provocatrice n'aidera en rien à cimenter l'unité canadienne. Bien au contraire !

    Pierre-Michel Sajous

  • Yvan Dutil - Inscrit 26 octobre 2010 07 h 00

    Comment est-ce que les catalans font-eux?

    En Catalogne, on retrouve la terminaison .cat. Comment-est-ce qu'ils font?

  • Sylvain Auclair - Abonné 26 octobre 2010 08 h 20

    Réservé aux pays? Mon œil!

    En plus du .cat dont on a déjà parlé, on retrouve dans les domaines nationaux de premier niveau de nombreuses régions non souveraines, dont:
    la Guadeloupe (.gp), la Réunion (.re), Saint-Pierre-et-Miquelon (.pm) ou les Terres australes et antarctiques français (.tf), qui font partie de la France;
    l'île Norfolk (.nf), sous souveraineté australienne;
    Guernesey (.gg), petite île de la Manche,
    Porto-Rico (.pr), territoire des États-Unis,
    le Territoire britannique de l'océan Indien (.io) (je savais même pas que ça existait!)
    ou Svalbard (.sj), île norvégienne dans l'océan Arctique.

    Par ailleurs, c'est bien beau, .québec avec un accent, mais pour de nombreuses applications, il faudra le transformer en .qu

  • Pierre Marcotte - Inscrit 26 octobre 2010 08 h 39

    Effacer le Qu.ébec de la carte

    Pourquoi ne pas simplement créer notre propre service de réglementation internet ? Rien ne nous l'empêche !

    Pour ce qui est de l'accent, par contre, ça risque d'être plus complexe. Pas impossible, mais complexe.

    Le Canada veut s'accaparer toute la visibilité au nom de l'unité; peu de pays sont aussi divisés que ne l'est le Canada. Ceci n'est que la plus récente trouvaille pour réduire l'empreinte internationale de notre identité. Nous sommes un peuple distinct, nous voulons être reconnu comme tel à la face du monde.

    Pierre Marcotte