Sur l'inforoute - L'édition à la portée de tous

Texte publié dans Le Devoir du lundi 17 juillet 1995

Vous connaissez cette histoire? Cinq gars entrent à l'hôtel... Non, rassurez-vous, je ne vous ferai pas le coup de la blague cochonne destinée à vous faire rouler par terre. Reste que l'histoire que je vais vous raconter commence comme ça. Enfin presque. Mais là s'arrête le rapprochement parce que mon but n'est pas de vous faire rire mais de vous démontrer, par un exemple bien réel, l'une des caractéristiques à mon sens les plus significatives du World Wide Web, le mode d'accès de loin le plus convivial à Internet.

Cette caractéristique, c'est celle de donner à quiconque est branché la possibilité de se faire éditeur ou diffuseur, pour le meilleur et pour le pire. Pas besoin de presse, d'équipement sophistiqué, de réseau de distribution, d'antenne ou de permis. Un accès au réseau, une connaissance minimale du système de codage en hypertexte (Hypertext Markup Language, HTML pour les intimes), un peu de travail et voilà, le tour est joué. Le WWW, pour ceux et celles qui se posent la question, c'est comme un immense cahier à anneaux auquel on peut greffer des pages de son cru, des pages qui contiennent des liens menant à d'autres pages et que l'on peut appeler sur l'écran de son ordinateur en un tour demain. Facile je vous dis.
 
Demandez à Jean-Pierre Cloutier, un gars de Hull qui publie, depuis le début de l'année, les Chroniques de Cybérie, un must pour qui veut se tenir au courant des nouveautés sur le WWW particulièrement en ce qui touche le Québec et les sites francophones. L'origine des Chroniques remonte au mois de décembre, dans un petit bar de Hull, le café Aux Quatre Jeudis, où quelques internautes ont l'habitude de prendre l'apéro après le travail: «À l'époque, raconte-t-il, on s'échangeait des adresses WWW sur des bouts de serviettes de papier et des cartons d'allumettes. Un jour, quelqu'un m'a suggéré de lui communiquer certaines adresses par courrier électronique; un autre m'a demandé une copie conforme puis un autre aussi. Les Chroniques étaient lancées avec, au début cinq abonnés.»
 
Distribuées d'abord par courrier électronique, un mode de diffusion toujours utilisé, les Chroniques sont logées sur un site WWW depuis avril. Son auteur, qui dirige une boîte de communication, les met à jour chaque semaine avec l'aide de Mychelle Tremblay pour la mise en forme en HTML.
 
Jean-Pierre Cloutier définit ainsi les balises qu'il s'est imposées quant au contenu des Chroniques: «Tout ce qui est intéressant sur le Web, surtout si c'est en français et si ça provient du Québec. Lorsque c'est possible, on essaie de coller à l'actualité, mais on propose aussi des choses plus générales. Je ne suis donc pas un gardien de liste, mais un chroniqueur qui commente allégrement la qualité ou la pertinence des sites.»
 
Les cinq copains du début se sont multipliés comme des petits pains. Si M. Cloutier refuse de préciser le nombre d'abonnés par courrier électronique («Je suis très discret là-dessus parce qu'un petit malin s'est servi de la liste pour promouvoir un livre», explique-t-il) sinon pour dire que la liste est «importante», il transmet par contre volontiers les statistiques de fréquentation du site WWW où on en enregistré, en juin, 5370 accès.
 
Les gardiens

Pour dénicher les vrais gardiens de listes, ceux qui se sont donné comme vocation de rassembler dans un même site les adresses susceptibles d'intéresser au premier chef les internautes québécois, il faut aller voir du côté de La Toile du Québec ou de Internet en français.
 
La Toile, c'est l'affaire d'Yves Williams et Christian Guy, deux internautes assidus dont la seule ambition est de faire connaître à leurs semblables les sites du Québec. Présente sur le WWW depuis près de trois mois, elle répertorie des centaines de sites dans une douzaine de catégories. C'est propre, facile à consulter, pratique et surtout mis à jour hebdomadairement. Un site sans fla-fla qui fait une excellente porte d'entrée québécoise. Je l'écris parce que je le pense, pas parce que les deux associés travaillent au Devoir
 
Pour dénicher les sites francophones, on peut aussi compter sur Internet en français, un site créé et maintenu par Serge Tremblay, de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Plus large de vocation que La Toile, le site trifluvien, qui compte 36 catégories, est un excellent endroit pour trouver les liens avec la France. Un endroit bien tenu pour faire des découvertes. Sur le World Wide Web dans la langue de Molière. Quel pied!
 
Time déculotté

Vous avez vu la une du Time du 3 juin au sujet de la pornographie sur Internet? CYBERPORN, que ça disait pour annoncer un reportage choc basé sur une étude exclusive montrant comment l'hydre de la pornographie peut être envahissant: «Pouvons-nous protéger nos enfants et la liberté de parole?», demandait le très sérieux magazine.
 
HotWired, la version électronique du magazine Wired, n'y est pas allée avec le dos de la cuillère pour démolir point par point ce reportage choc rédigé par Philip Elmer-De Witt, journaliste senior du Time. «JournoPorn. Dissection of the Time Scandal» titrait HotWired pour faire contrepoids au magazine à grand tirage. Une mise à mort lente et systématique que je vous dit. Un contre-reportage fascinant qui nous donne un aperçu de la manière dont sont faites les choses dans les grands médias. Pas toujours impeccable, même chez les plus grands.
 
Pour accéder à HotWired, il faut s'abonner mais ça vaut le coup. Et c'est gratuit.
 
Oups!

Merci pour les mots d'encouragement que vous m'avez fait parvenir après la publication de la première chronique, lundi dernier. Merci aussi à Louis Bilodeau qui me fait aimablement savoir que j'ai confondu octets et bits, ce qui est tout à fait exact. Un octet, c'est, en anglais, un byte, soit huit bits. Je le savais pourtant!
 
Pour vous remercier, je vous annonce qu'une version en hypertexte de la chronique sera disponible le jour suivant sa publication dans Le Devoir. L'adresse est à la fin.
 
Des liens à explorerChroniques de Cybérie
http://iconode.ca/cyberie/index.html
 
La Toile du Québec
http://www.vir.com/~wily/quebec.htm
 
Internet en français
http://www.uqat.uquebec.ca/~wwweduc/franc.html
 
HotWired
http://www.hotwired.com
 
La version en hypertexte de Sur l'inforoute est disponible à l'adresse http://www.vir.com/~wily/inforoute/chrnint.htm
 
Pour me rejoindre:
chevreu@cam.org