En bref - Études en voie de disparition

Les biologistes spécialisés dans la conservation de la nature mettent en moyenne plus de temps que les autres biologistes avant de publier une étude. Pas pratique, pour une discipline dont un des objectifs est de protéger les espèces menacées de disparition...

C'est la conclusion à laquelle en arrivent deux étudiants de l'Université de l'Utah, après avoir examiné 2000 articles publiés en 2007 dans 14 journaux spécialisés en sciences de la vie. Le temps moyen entre la dernière collecte de données et l'envoi de l'article au journal était de 696 jours pour un article sur la conservation, contre 605 jours pour un article sur la taxonomie et 189 jours pour un article sur l'évolution.

À voir en vidéo